Dominique Hoppe

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Dominique Hoppe
 

Mon premier blogue sur le HuffPost

Publication: 27/03/2013 14:57

Voici donc mon premier blogue sur le Huffington Post Québec. C'est important un premier blogue. Il peut inspirer l'envie ou le rejet, faire de son auteur un «favori » ou le faire bannir à jamais!
Plutôt que le consacrer à un des sujets qui me tiennent à cœur - la Francophonie, la diversité linguistique culturelle et conceptuelle dans le fonctionnement des institutions multilatérales, la rénovation des organisations internationales, la participation de la société civile à l'élaboration des nouvelles règles de gouvernance mondiale, la place de la jeunesse dans les processus décisionnaires, etc. ... -, il me semble plus légitime d'écrire sur les raisons qui m'ont donné envie de rejoindre les blogueurs du Huffington Post et de faire savoir, dès mes débuts, aux lecteurs potentiels, ce qu'ils pourront trouver dans mes articles!

Pourquoi écrire pour le Huffington Post?

Je crois que cette formule représente l'avenir de l'expression publique. C'est un mode de communication moderne, ouvert, libre, qui cumule les avantages de la presse formelle (large diffusion, sélection des intervenants...) et des blogues individuels (liberté de sujets et de ton, proximité avec les lecteurs...). Pouvoir écrire sur ce que l'on veut, quand on le veut est une grande chance. Pouvoir le faire dans un cadre qualitatif avec une garantie de visibilité publique est un véritable privilège.

Alors, comment vais-je utiliser ce privilège?

Tout d'abord en exposant des points de vue différents. Je m'explique. Globalement, partout dans le monde, plus les sujets sont sensibles, plus les dogmatismes s'opposent. Guidés par la conviction plutôt que la raison, manichéens dans leurs analyses, ils imposent généralement des conclusions paralysantes. C'est un phénomène naturel. Il est plus simple de reconnaitre ce que l'on est, ce que l'on croit par appartenance identitaire, comme étant l'expression évidente de la vérité; surtout quand on est entouré de gens qui pensent la même chose de la même façon. Or, un des avantages de fréquenter au quotidien des gens venant de dizaines de pays différents c'est que les vérités se croisent, se confrontent ou se complètent sans qu'il soit possible d'ignorer totalement la vérité de l'autre. Et cette diversité nous enrichit, nous humanise. S'il est un beau cadeau qu'offrent les organisations internationales que je fréquente depuis 30 ans, c'est celui-là! C'est un cadeau que j'aimerais partager ici sur les sujets d'actualité. Oui. J'aimerais offrir un regard d'ailleurs.

J'aimerais ensuite intervenir sur le Huffington Post en introduisant des sujets qui, quoiqu'essentiels pour la bonne marche du monde, sont rarement abordés. Je veux parler des organisations internationales. En effet ces univers restent obscurs pour la plupart des gens. On sait vaguement de quoi il s'agit. On connait les noms: ONU, UNESCO, UNICEF, FMI, Banque mondiale, Cour pénale internationale... Mais on ne connait pas vraiment leur fonctionnement, leur quotidien, les véritables effets de leurs actions, et au-delà des règles formelles sensées les contrôler, la façon dont elles sont réellement dirigées. Pourtant la mondialisation fait de ces entités des acteurs de plus en plus importants pour le quotidien de tous les citoyens du monde. Faire prendre conscience de ces univers, éveiller l'attention de la société civile sur leurs (dys)fonctionnements me semble une cause digne d'intérêt qui, je l'espère, vous intéressera.

Enfin, mon dernier type d'intervention se fera en partageant mes ressentis. Je veux ici m'exprimer sans filet, sans réflexion stratégique, sans prudence tactique, postures devenues quasi inconscientes tant elles sont intégrées aux milieux diplomatiques et politiques qui forgent mon quotidien. Coups de cœur, coups de sang, coups de « blues », coups de gueule ... je me permettrai tous les coups. J'espère que vous serez nombreux à apprécier de les recevoir  !

À très bientôt donc sur le HuffPost Québec.

 
Suivre Le HuffPost Québec