LES BLOGUES

Je me suis choisie et je suis fière d'avoir eu le courage de le faire

J'ai passé plusieurs longues années, inconsciente du temps qui défilait sous mes yeux à une vitesse vertigineuse.

07/09/2017 09:00 EDT | Actualisé 07/09/2017 09:29 EDT
Dina Daher
J'ai fait mon premier roadtrip à New York et le jour de ma fête, j'étais en haut du Rockfeller center à respirer à pleins poumons l'air glacial de la ville.

Depuis mon plus jeune âge, j'aimais la vie et j'appréciais sa beauté.

Je m'émerveillais devant la moindre scène qui passait devant mes yeux.

Un soleil qui se couche, une abeille qui butine, un bourgeon de fleur qui s'apprête à clore... sont capables de me tirer un soupir du fond de la poitrine. Un soupir de reconnaissance d'être en vie, d'être capable de voir tant de beauté, de sentir l'air frais me caresser la face, d'entendre, de toucher, de sentir, de goûter...

On tient pour acquis nos sens, la fonction de nos sens et la perception qu'ils font de tout ce qui nous entoure.

J'ai passé plusieurs longues années, inconsciente du temps qui défilait sous mes yeux à une vitesse vertigineuse.

La vie est un cadeau, un privilège et c'est notre devoir de bien la vivre. J'ai passé plusieurs longues années, inconsciente du temps qui défilait sous mes yeux à une vitesse vertigineuse.

En un clin d'oeil, mes vingtaines et puis mes trentaines sont finies. Je n'étais pas heureuse. Je n'ai pas pu en profiter comme j'y avais toujours rêvé pendant mon adolescence.

Oui, j'ai fondé une famille, j'ai eu de merveilleux enfants que j'adore plus que tout au monde, mais à part ça, la femme en moi pleurait les années de sa jeunesse qui disparaissaient sans aucun sens.

Dans son âme, elle vibrait à la puissance 250, mais la réalité était toute autre chose. Elle se sentait prisonnière d'une réalité plate. Cette réalité ne l'aidait pas à s'épanouir. Bien au contraire.

Elle fanait jour après jour et se disait qu'il y aurait une fin un jour HEUREUSEMENT. Nous ne sommes pas éternels... UNE CHANCE!

Mais la vie est bien faite! Elle ne nous laissera pas tomber si on tient fort à elle. Un événement malheureux a eu lieu au sein de mon couple et ce miracle que j'attendais désespérément depuis des années s'est produit! Il ne fallait pas manquer mon train. C'était là ou jamais!

J'ai pris mon courage à deux mains et j'ai sauté dans le vide.

J'ai choisi de vivre, de savourer le goût de l'air.

Je savais au fond de moi que mon coeur de saumonfinirait par refuser d'obtempérer à cette réalité. Que mon âme voulait s'enivrer de chaque jour passé.

J'ai fait ma valise et je suis partie sans regarder derrière moi. Sans aucun regret.

Quatorze mois se sont écoulés depuis ce moment. Je respire mieux, je vois mieux, j'entends mieux, je sens plus.

J'ai sauté en parachute pour souligner mes 40 ans. J'ai fait mon premier roadtrip à New York et le jour de ma fête, j'étais en haut du Rockfeller center à respirer à pleins poumons l'air glacial de la ville.

J'ai fait d'autres roadtrips. Je suis descendue en tyrolienne du plus haut mont au Vermont et j'ai vécu ma première expérience de Montgolfière. J'ai d'autres plans à exécuter sur ma liste «Retour à la vie».

J'ai retrouvé le goût de vivre encore plus qu'avant.

Je me suis réveillée d'un long sommeil et mon coeur est en voie de guérison, prêt à s'essayer à nouveau. J'ai retrouvé le goût de vivre encore plus qu'avant.

Comment ai-je osé penser un jour de vouloir partir plus rapidement?

Je joue même mieux mon rôle de mère et je suis devenue une femme épanouie, bien dans sa peau, qui s'aime et s'assume. C'est exactement l'image que je veux transmettre à mes filles.

Je me suis choisie et je suis fière d'avoir eu le courage de le faire.

Se choisir est une décision qu'on prend, mais c'est aussi un devoir à accomplir. Quand je pensais à la peine de mes parents de me voir malheureuse, ça me rendait plus malheureuse encore. Je me mettais à leur place et l'idée de savoir que ma fille souffrait, me tuait. Je me suis choisie et je suis fière d'avoir eu le courage de le faire.

Je vis un jour à la fois, mais ça ne m'empêche pas de rêver loin, de faire des plans futurs et d'avoir des ambitions.

Il suffit d'écouter son coeur et ses tripes pour que tout le reste déboule après...

L'important est d'être troublé, d'aimer, d'espérer, de trembler, de vivre! Auguste Rodin

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à nouvelles@huffpost.com