David Suzuki

RECEVEZ LES NOUVELLES DE David Suzuki
 

La protection de nos milieux marins est une question d'identité

Publication: 11/04/2012 10:39

Nous, les Canadiens et Canadiennes, aimons la nature et les grands espaces. Que l'on parle à ceux qui visitent notre pays ou aux gens que nous rencontrons en voyage, nos conversations finissent presque toujours par aborder le thème de nos grands espaces naturels et de nos territoires vierges. Notre souci de l'environnement est l'un des traits de caractère qui nous définit.

Mais jusqu'à quel point sommes-nous prêts à protéger ce qui se retrouve au cœur de notre identité?

Malgré nos parcs nationaux qui agissent comme des réserves naturelles pour la faune et la flore et d'audacieuses politiques adoptées par certaines de nos provinces les plus progressistes pour lutter contre les changements climatiques, le fait demeure que notre système de réglementation pour la protection de l'environnement se voit de plus en plus déclassé par un gouvernement fédéral qui donne priorité aux intérêts de certaines industries plutôt qu'à l'environnement et l'économie qui en dépend.

Ce comportement est particulièrement dangereux lorsqu'il s'agit de la préservation des écosystèmes qui dépendent de solides politiques et règlementations afin de prospérer. Par exemple, seulement un pour cent des océans du Canada et des milieux marins sont protégés ce qui est bien en deçà des 10 pour cent recommandés par la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies.

Les modifications règlementaires environnementales proposées par le gouvernement actuel nous indiquent que l'environnement n'est pas du tout une priorité. Le gouvernement fédéral a récemment annoncé son intention de réduire la portée de la Loi sur les pêches en la dépouillant de ses dispositions en terme de protection des habitats. Il envisage aussi de modifier la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (LCÉE) de façon à ce qu'il soit plus facile pour les compagnies minières et pétrolières, par exemple, de passer à travers les failles réglementaires pour pouvoir ainsi lancer des projets plus rapidement que le temps requis pour en évaluer tous les impacts sur l'environnement.

Ces modifications législatives pourraient avoir de graves répercussions sur la santé des milieux marins, y compris le golfe du Saint-Laurent. Les réserves en pétrole et gaz qu'on y retrouve sont dans la mire de l'industrie et des gouvernements qui y voient des opportunités économiques rentables à court terme. L'affaiblissement des lois environnementales pourrait avoir un impact direct sur l'avenir et la santé du golfe en donnant l'accès à l'industrie pétrolière à cet écosystème fragile et complexe.

J'ai eu la chance de visiter les îles de la Madeleine, au cœur du golfe du Saint-Laurent, au printemps 2011 avec mon ami George Stroumboulopoulos. Nous filmions un segment web visant à sensibiliser le public sur l'importance du golfe du Saint-Laurent ainsi que sur les risques découlant du forage pétrolier et gazier. La beauté naturelle de cet endroit m'a tellement inspiré que j'ai écrit La déclaration des protecteurs du golfe. On y lit, entre autres choses, « De nos jours, l'explosion de la population, la puissance technologique, la consommation croissante, et l'économie mondiale exercent des pressions multiples sur le golfe. Nous comprenons que notre bien-être économique et social dépend d'un écosystème du golfe en bonne santé. »

Il s'agit d'un appel afin de ralentir et pour que nous puissions prendre en considération la valeur de la nature ainsi que l'importance de cet endroit pour les gens qui y vivent et en fait, pour nous tous. Le temps est venu de défendre un écosystème unique parmi les plus précieux de la planète du développement industriel.

Il y a eu beaucoup de bruit autour du développement potentiel de la filière pétrolière et gazière dans le golfe du Saint-Laurent, surtout en ce qui concerne un projet de forage exploratoire au gisement potentiel Old Harry. Les enjeux sont élevés. Selon le gouvernement du Québec, à lui seul, le gisement potentiel Old Harry est le double de la taille du champ pétrolifère Hibernia, avec un potentiel estimé à deux milliards de barils de pétrole ou son équivalent en gaz naturel.

Nous devons réfléchir aux impacts à long terme du développement de cette industrie d'un point de vue environnemental en tenant compte des communautés qui sont tributaires des ressources abondantes du golfe du Saint-Laurent depuis des milliers d'années. La Fondation David Suzuki et ses alliés se sont engagés à sensibiliser la population aux conséquences des choix faits aujourd'hui sur les générations de demain.

Les scientifiques disent que nous devons mieux connaître les écosystèmes du golfe du Saint-Laurent et les relations complexes qui se sont développées entre eux et l'Homme au cours des millénaires. C'est pourquoi nous devons investir dans la science basée sur la recherche et renforcer nos connaissances avant de faire quoi que ce soit qui pourrait compromettre la santé des écosystèmes du golfe. La Loi sur les pêches et la LCÉE sont basées sur des données scientifiques solides. Il est d'une importance capitale que toute modification apportée à ces lois soit soutenue par ces mêmes processus scientifiques.

Le golfe du Saint-Laurent et tous les écosystèmes marins du Canada sont d'une valeur inestimable pour nous tous. Nous nous devons de garder des lois et des règlementations rigoureuses afin de nous assurer de protéger ces lieux qui nous donnent tellement et nous aident à nous définir en tant que Canadiens et Canadiennes.

Rédigé avec la participation du Chef des projets scientifiques à la Fondation David Suzuki, Jean-Patrick Toussaint.