LES BLOGUES

Lettre de John Maynard Keynes à Martin Coiteux

01/12/2014 12:02 EST | Actualisé 30/01/2015 05:12 EST

Cher Martin,

Je me permets de t'écrire après avoir lu ta dernière affirmation dans les médias. Tu as dit que « la pensée magique ne suffit plus » et que l'austérité est la « seule » solution pour s'attaquer à la « crise » des finances publiques. Pourtant, dans nos discussions passées, il m'avait semblé que nous avions atteint un terrain d'entente à propos de « la pensée magique » que contenait l'austère économie de type laisser-faire qui s'appuyait sur un ensemble d'axiomes indémontrables. Car penser que le retrait de l'État amènerait automatiquement les investisseurs à stimuler l'économie et à « créer » de l'emploi relève non pas de la science, mais de la pensée magique, surtout dans un contexte de stagnation économique. Comme Friedrich Hayek, avec qui j'ai eu mes différends à l'époque, tu disais pourtant lors de nos conversations que l'économie est une science morale (et non une science pure) et tu condamnais tout laisser-faire dogmatique, tout en te méfiant d'une intervention excessive de l'État dans la société. Jusque-là, on pouvait se comprendre.

Mais voilà, tes actions et tes discours me disent que tu as embrassé la pensée magique que tu prêtes à tes opposants. Tu as ainsi quitté la famille libérale pour aller rejoindre Milton Friedman et sa petite bande d'extrémistes, qui sont bien incapables de comprendre quoi que ce soit à la société et à ses fonctions économiques. D'abord parce que ce sont des croyants qui ont adopté le credo du laisser-faire dogmatique, qui nous a si mal servi durant les années 1920 et contre lequel je me suis battu. Puis, n'étant formés qu'en économie, ils ne savent voir le monde qu'avec cette lorgnette. Ce qui les empêche d'émettre des propositions sérieuses sur l'économie, car ils ne connaissent ni la société ni l'État. Ils ne comprennent pas l'interpénétration et l'interdépendance de toutes les sphères humaines.

Ainsi, Friedman et ses disciples peuvent avancer que toute intervention de l'État est néfaste pour la liberté, sans comprendre qu'ils condamnent la majorité à ne pouvoir jouir de cette liberté. Pourtant, un des éléments fondamentaux du libéralisme est que les êtres humains auraient quitté l'état de guerre (l'état de nature) en décidant de former une communauté politique, puis de porter à leur tête un gouvernement qui défendra leurs intérêts. De cette façon, la paix et l'ordre accompagnent la liberté et l'égalité pour permettre que toute communauté soit éthique, viable et stable.

Si tu te rappelles bien, lorsque j'ai écrit en 1936 mon livre Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, c'était à l'époque de la grande dépression. Les gouvernements formatés au laisser-faire dogmatique regardaient passivement la situation en espérant toujours que l'économie se redresserait seule, qu'elle se rééquilibrerait seule, que l'investissement privé reprendrait de lui-même. C'est de « la pensée magique » Martin! La misère et les inégalités se répandaient, la liberté pour la majorité se limitait à celle de mourir de faim, les tensions sociales et politiques s'accroissaient, les gens se méfiaient les uns des autres. Pendant ce temps, les spéculateurs continuaient à s'enrichir en pariant sur l'échec des autres. Les communautés politiques n'étaient plus viables, stables et éthiques ; leurs gouvernements avaient failli à la tâche.

L'épreuve des faits aurait dû conduire les dirigeants à comprendre que les investisseurs privés ne déliaient pas les cordons de leur bourse dans un contexte de crise économique, et ce, peu importe si les finances publiques sont équilibrées ou non. Formés à l'économie classique, ils n'ont pas su lire attentivement leur Adam Smith, qui n'a mentionné dans son œuvre colossale que trois fois l'expression de la main invisible du marché et qui ne condamnait pas le rôle de l'État dans l'économie. Ils ont aussi négligé l'œuvre de John Stuart Mill qui voyait une interpénétration nécessaire de la liberté individuelle et des contraintes collectives pour qu'une communauté politique soit viable.

On a donc vu apparaître toutes sortes de mouvements politiques (bolchéviques ou fascistes) qui prônaient des solutions radicales et dangereuses pour le libéral que je suis. La population désemparée était de plus en plus interpellée par ces mouvements. Comment reprocher cela au peuple alors que leurs gouvernements libéraux ne défendaient plus les conditions minimales pour que leurs libertés fleurissent? Ma Théorie générale était un traité éthique, pragmatique et stratégique : elle prenait en compte les faits (l'absence d'investissements et la thésaurisation des riches), proposait un mode d'emploi pour sortir de la crise et relancer la demande (l'intervention massive de l'État), cherchait à redonner un peu de dignité à la majorité pour que celle-ci se détourne de ces mouvements politiques extrémistes. Il faut être pragmatique et voir qu'une communauté politique se maintient tant que les personnes qui en font partie y tirent un avantage, bénéficie d'un bien-être minimal qui leur permet de jouir de leurs libertés.

C'est ce pragmatisme que j'ai essayé de faire entrer dans la tête des gagnants de la Première Guerre mondiale lorsqu'ils imposèrent le Traité de Versailles à l'Allemagne vaincue et exsangue. J'ai tenté de leur faire comprendre qu'ils ne mettaient pas en place les conditions de la paix, mais, condamnant le peuple allemand à la misère et à l'humiliation, qu'ils préparaient la prochaine guerre.

Je croyais donc que ces bêtises avaient été laissées derrière nous, qu'elles avaient prouvé leur inefficacité et leur dangerosité, mais voilà qu'elles reviennent avec la force insoupçonnée de l'aveuglement en déchirant le nouveau contrat social qu'avait été l'État-providence. Un gouvernement qui humilie et condamne à la misère son peuple et qui change les termes du contrat sans avoir son accord se met aussi en état de guerre (sociale) avec lui. On peut s'attendre à ce qu'il se lève et exprime sa colère.

Cher Martin, je te le dis en terminant, ta foi déraisonnée envers un austère laisser-faire dogmatique et ta vision purement économique de la communauté t'exile de la famille libérale et te met en mauvaise compagnie, avec Friedman et ses Chicago boys qui craignent davantage l'inflation et l'endettement que le chômage et la misère sociale. Pourtant, ces sont ces derniers qui mènent tout droit à la guerre sociale.

Est-ce cela ton souhait?

J. M. Keynes

VOIR AUSSI:

Les compressions du gouvernement Couillard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter