LES BLOGUES

L'équité intergénérationnelle: défis et opportunités pour le Québec

07/12/2014 08:09 EST | Actualisé 06/02/2015 05:12 EST

Actuellement, la Commission de la Relève de la Coalition avenir Québec (CRCAQ) promeut un thème qui concerne tous les jeunes Québécois et l'ensemble des enjeux nationaux : l'équité intergénérationnelle. En effet, avec la tournée « Pensez à nous! Pensez #Équité », la CRCAQ visite les universités québécoises pour favoriser la participation des jeunes à la vie publique afin d'assurer un avenir prometteur pour le Québec. Ainsi, avec des idées audacieuses, modernes et novatrices, les jeunes caquistes veulent redonner aux jeunes Québécois le goût de l'engagement politique, et leur prouver que leur voix compte dans les débats de société.

L'urgence de penser aux jeunes

Ces temps-ci, ceux qui prônent le statu quo sanctifient les droits acquis sans penser à long terme. Par conséquent, dans cette dynamique, les décideurs oublient l'équité intergénérationnelle. Mais que signifie ce principe au juste? Concrètement, il s'agit de l'engagement envers l'équité fiscale entre les générations, de la mise en place d'une politique économique axée sur l'innovation et sur la création d'emplois de qualité. La CAQ a pensé à un projet en droite ligne avec ce principe : le Projet Saint-Laurent.

De plus, le Québec devra affronter plusieurs défis, tels que la pérennité des régimes de retraite, le choc démographique issu du vieillissement de la population et le maintien de l'accessibilité à la Régie des rentes, où l'équité intergénérationnelle devra dominer la réflexion. Les décideurs devront alors penser à long terme pour façonner l'avenir du Québec et donc penser à nous, les jeunes.

Pour illustrer cette nécessité, il importe de souligner de graves iniquités intergénérationnelles qui s'accentueront sans solutions innovantes. Premièrement, de huit travailleurs pour un retraité en 1971, ce ratio a baissé à 4:1 en 2010 et baissera à 2:1 en 2030 si la tendance se maintient. Ainsi, les jeunes devront soutenir sur leurs épaules les services publics sans qu'ils soient nécessairement de qualité comparable à ceux dont leurs ainés ont pu bénéficier. Ils devront également payer les lourdes dettes publiques qui ont créé un filet social généreux (pas un mal en soi) à crédit sans pouvoir en bénéficier.

Conséquemment, les jeunes seront soumis à une pression fiscale accrue et leur pouvoir d'achat diminuera, ce qui précarisera la compétitivité économique nationale. Or, nos gouvernements actuels ne désamorcent pas, par électoralisme, ces bombes à retardement.

Créer de la richesse pour assurer l'équité intergénérationnelle

Certes, la pyramide québécoise des âges ne joue pas en faveur des jeunes qui constitueront, dans le futur, une minorité numérique marquée. Cela se reflètera inévitablement dans la conception de politiques publiques. De là vient la nécessité que les jeunes se fassent entendre pour mettre l'équité intergénérationnelle à l'ordre du jour.

Avec des ressources multiples et un capital humain exceptionnel, le Québec a tout pour permettre à ses jeunes de réussir. Or, ces immenses opportunités demeurent grandement inexploitées par les décideurs actuels.

Pour inverser la tendance, la CAQ a pensé au projet Saint-Laurent : un plan économique novateur, global et crédible qui permettra d'augmenter la qualité de vie des Québécois avec la création d'emplois de qualité et la stimulation d'investissements massifs dans des innovations et dans des secteurs économiques de pointe. Ainsi, un gouvernement caquiste pourra penser à nous, les jeunes, en bâtissant un Québec prospère et gagnant qui a l'équité intergénérationnelle en tête.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter