LES BLOGUES

Qui est le marquis de Villar Mir, l'investisseur-mystère de Pauline Marois?

28/01/2014 12:31 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

En marge du sommet de Davos, la première ministre Pauline Marois a frappé un grand coup en promettant un investissement privé de 375 millions de dollars, la création potentielle de 300 emplois et l'installation d'une usine de silicium quelque part à Saguenay, Bécancour ou ailleurs. Les concessions accordées à l'entreprise devraient faire hausser les sourcils: un tarif d'électricité préférentiel inférieur de 20% aux 4,6 cents du kilowattheure déjà consentis aux industries énergivores, plus un congé d'impôt de 10 ans.

Alors que des élections générales pourraient être déclenchées d'ici la fin de l'hiver et que les élus salivent à l'idée d'attirer cette manne inespérée dans leur circonscription, aucun des grands partis d'opposition, CAQ ou PLQ, ne risque de crier trop fort contre ces concessions inédites au capital privé; cela correspond tout à fait à leur idéologie fondamentale. Et puis, personne n'oserait cracher sur la création d'emplois.

Qui est exactement cet investisseur miracle sorti du chapeau des magiciens péquistes? C'est écrit en bas du communiqué de presse du gouvernement, mais le détail n'a pas été largement repris au moment de l'annonce: c'est le même qu'un des deux partenaires qui construisent en ce moment le Centre hospitalier de l'Université de Montréal, le CHUM, dans un partenariat public-privé. Par contre, ce que ne dit pas le communiqué, c'est que l'homme qui contrôle la société en question est un des noms fréquemment mentionnés dans l'énorme scandale politico-financier qui ébranle depuis un an le gouvernement conservateur de l'Espagne, l'affaire Bárcenas. Une histoire de financement occulte du parti au pouvoir, de dessous de table à des politiciens, de comptes secrets en Suisse et dans des paradis fiscaux, bref une sombre affaire qui ferait prendre pour de la petite bière nos turpitudes québécoises.

Les médias ont amplement rapporté que l'investisseur, FerroAtlántica est le premier producteur mondial de silicium métal, mais peu ont expliqué que c'est aussi une filiale à part entière d'une des plus grandes fortunes d'Espagne, le Grupo Villar Mir, fondé en 1987 par Juan Miguel Villar Mir. Cet ingénieur de formation a servi en 1975-76 comme ministre des Finances dans le premier gouvernement du roi Juan Carlos 1er, à la mort du dictateur Francisco Franco. Pendant qu'il faisait de la politique, il présidait également une compagnie d'électricité de la région de Santander, la Electra de Viesgo. C'est toutefois en 1987, avec l'acquisition judicieuse d'une entreprise de travaux publics en difficulté, Obrascon, qu'il a été véritablement propulsé dans la cour des grands. Prix d'achat: une peseta!

Anobli en 2011, le marquis de Villar Mir, est un homme de 82 ans. Il est à la tête d'une fortune évaluée à plus d'un milliard de dollars par la revue Forbes et préside aujourd'hui aux destinées d'un immense empire. Le Grupo Villar Mir possède la principale compagnie d'électricité d'Espagne, il est présent dans l'électrométallurgie, l'immobilier, les fertilisants, la cimenterie, le commerce des vêtements pour enfants, la distribution du diesel, mais son fleuron est sans conteste l'ancien Obrascon, rebaptisé Obrascon Huarte Lain (OHL), une des principales multinationales du secteur de la construction et des travaux publics. OHL, chiffre d'affaires de 10 milliards de dollars en 2011, accumule les grands projets prestigieux: le TGV qui reliera la Mecque à Médine en Arabie saoudite, le Chemin de fer polaire de la Russie ainsi que la nouvelle liaison ferroviaire Marmaray entre les rives européennes et asiatiques de la Turquie.

Obrascon Huarte Lain a déjà deux pieds au Canada. En Ontario, il est partenaire à 50 % d'un projet de 400 millions de dollars pour l'expansion du métro de Toronto. Et à Montréal, il est l'un des deux piliers du consortium Collectif Santé (avec la Britannique Laing O'Rourke) qui construit le CHUM en PPP, un projet de plus de 2 milliards de dollars. Après le scandale du Centre hospitalier de santé McGill et les révélations sans fin sur les magouilles de l'industrie de la construction et des firmes de génie-conseil, on s'attendrait à ce que nos gouvernements scrutent à la loupe le pedigree des bénéficiaires des grands contrats publics. Pour l'instant, seuls la CSN et Québec solidaire ont réclamé des enquêtes sur le contrat du CHUM, la première à l'Autorité des marchés financiers, le deuxième à l'Unité permanente anticorruption.

Pourtant, si les adjoints de la première ministre épluchaient soigneusement les grands quotidiens du monde, ils n'auraient pas manqué de noter qu'en Espagne, le nom du marquis de Villar Mir est associé au plus gros scandale politico-financier de ce pays. Tout est parti de la publication d'une bombe, le 18 janvier de l'an dernier, par le grand quotidien conservateur madrilène El Mundo, des notes manuscrites de l'ex-trésorier du Parti Populaire, Luis Bárcenas. Ces révélations ont été reprises et amplifiées quelques jours plus tard par le numéro un de la presse espagnole, le quotidien El País. Bárcenas, aujourd'hui en prison, tenait une comptabilité parallèle de sa formation, avec une liste impressionnante de donateurs, de bénéficiaires, de montants et de dates qu'il inscrivait lui même à la main sur des feuilles volantes. Au fil des mois, on s'est aperçu qu'il avait mis en place, depuis deux décennies, un système de paiements clandestins à son parti ainsi qu'à plusieurs de ses hauts responsables.

Aucune de ces allégations n'a été prouvée en cour, mais, selon El País, Bárcenas se serait retourné contre ses anciens collègues et alléguerait que l'actuel chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, touchait déjà des sommes dès 1997, alors qu'il était membre du gouvernement Aznar, et qu'il aurait reçu plus de 25 000 euros (37 000 $) au fil des ans. L'ex-trésorier soutient également que la liste des bénéficiaires aurait compris plusieurs caciques du Parti populaire, dont Soraya Sáenz de Santamaría, vice-présidente du gouvernement, María Dolores de Cospedal, secrétaire générale du parti, et Carlos Floriano, sous-secrétaire général.

Le nom de Juan Miguel Villar Mir, PDG d'OHL, cobâtisseur du CHUM, est apparu dès la publication des premières notes manuscrites. Dans une déclaration au juge d'instruction Pablo Ruz, Luis Bárcenas a déclaré que peu avant les élections générales de 2011, le marquis de Villar Mir avait fait un don clandestin de 300 000 euros (450 000 $) au Parti populaire. L'ex-trésorier soutient que l'argent a été remis en main propre au chef du Parti populaire, Mariano Rajoy, par l'entremise de son prédécesseur aux finances de l'organisation, l'avocat Álvaro Lapuerta. Messieurs Rajoy et Villar Mir nient catégoriquement ces allégations. Selon la presse espagnole, Bárcenas deviendrait de plus en plus bavard pour se venger du chef de son parti, sur qui il comptait pour le sortir du pétrin. Le trésorier déchu est en prison depuis le mois de juillet, la justice craignant qu'il s'enfuie à l'étranger.

Les rentrées d'argent mentionnées dans la comptabilité parallèle de l'ex-trésorier sont très importantes, 7,5 millions d'euros en 20 ans (11,3 millions $), provenant, du moins selon les notes de Bárcenas, de 14 entreprises différentes, dont Obrascon Huarte Lain. Les versements réguliers à des personnalités du Parti populaire auraient commencé dès 1997, sous le gouvernement de José Maria Aznar, dont quelques-uns à un énigmatique «J.M». Il existerait encore des fonds secrets répartis à l'étranger, les enquêteurs cherchent à mettre la main sur des comptes en Suisse, en Uruguay et dans certains paradis fiscaux.

L'affaire Bárcenas n'est pas sans rappeler un autre scandale, l'affaire Gürtel, une enquête du célèbre juge d'instruction Baltasar Garzón, celui qui avait essayé de faire arrêter le dictateur chilien Augusto Pinochet. En 2009, ce juge avait mis à jour une série de pots-de-vin en échange de contrats publics dans la Communauté autonome de Valence, un système dont les bénéficiaires étaient de hauts responsables régionaux du Parti populaire. Luis Bárcenas avait été inculpé dans cette affaire et il avait dû démissionner de son poste de trésorier national du parti. Son dossier avait toutefois été classé en septembre 2011, un an après le limogeage du juge Garzón pour une histoire d'écoutes électroniques non autorisées. En mars 2012, le tribunal de l'Audience nationale a cependant rouvert l'enquête sur les transactions financières de Bárcenas dans le cadre de l'affaire Gürtel. Un boulet au pied qui semble avoir fortement incité l'ancien trésorier du parti gouvernemental à égrener ses révélations contre ceux qui l'ont lâché.

Rien n'indique que les méthodes espagnoles de financement politique et de retour d'ascenseur aient été exportées de notre côté de l'Atlantique. Il n'en reste pas moins qu'une des entreprises du Grupo Villar Mir va pouvoir acheter notre électricité à des prix qui défient toute concurrence au moment même où Hydro-Québec essaie d'augmenter les tarifs de millions de consommateurs québécois. Le marquis de Villar Mir a de toute évidence l'oreille du gouvernement Marois. Autant qu'il avait celle de son prédécesseur, l'administration Charest.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les hommes et femmes les plus riches du monde

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?