RECEVEZ LES NOUVELLES DE Daniel Marois
 

Polar au féminin, Black Blocs!

Publication: 8/03/2012 12:02

Cette semaine, il sera question de polars écrit par une femme. Une rareté, croyez-vous? Une gâterie? Un caprice, peut-être? Elsa Marpeau n'a rien d'un bonbon, croyez-moi, ou alors un bonbon noir qui explose en bouche!

Si l'on remonte le temps, jusqu'aux origines des romans de genre (au sens large, allant des romans d'aventures, façon Walter Scott, à Alexandre Dumas père) en passant par la création du fantastique (qui donne naissance au roman noir (le gothique). Un nom surgit et ce n'est pas celui d'un mâle. Mary Shelley et son Frankenstein (1818). Elle est anglaise, comme le sera Agatha Christie. Dès le début on trouve des femmes à la plume bien acérée!

Maintenant, vous n'avez pas à chercher longtemps dans les méandres de vos mémoires pour faire ressurgir des auteures. De Patricia Highsmith à Mary Higgins Clark. De la reine actuelle, Val McDermid à ses prétendantes, Laura Wilson et Louise Welsh. De Patricia Cornwell à sa version américano-québécoise Kathy Reich. Martha Grimes, lauréate 2012 du prix Grand Master, Minette Walter, etc. Leur littérature policière présente les protagonistes dans un univers décloisonné permettant une plus grande place à la vie familiale et amoureuse.

Black Blocs

Mais s'il y a beaucoup d'auteures qui s'adonnent au polar, force est d'admettre qu'elles se cantonnent majoritairement au roman d'enquête et au suspense. C'est ici que nous revenons à la chronique régulière, car notre sujet du jour, vous l'aurez déduit est une femme, une auteure française qui ne fait pas dans la dentelle! Elle s'empare du roman noir et le secoue avec une stylistique, une prose, un souffle qui surprend le plus aguerri des lecteurs.

Elsa Marpeau revient à la Série noire avec Black Blocs aux Éditions Gallimard. Son premier titre, Les Yeux des morts, s'est mérité en 2011 le prix Nouvel Obs-Bibliobs du roman noir. Grande amatrice des auteurs David Peace, Marin Ledun et Antonin Varenne (lire un entretien ici), son troisième polar est déjà prêt.

Black Blocs raconte les péripéties de Swann Ladoux, une technicienne en laboratoire de l'université de Jussieu à Paris. Déambulant à travers une manifestation, elle retourne à son logis dans lequel elle découvre son conjoint assassiné d'une balle dans le dos. Swann ne réagit pas comme on pourrait s'y attendre. Au contraire, elle lorgne le cadavre et la mare de sang, touche son conjoint et glisse même un doigt dans la plaie puis s'étend contre lui jusqu'au lendemain matin ou elle alertera les autorités. Cette réaction curieuse vient ancrer l'impression persistante d'un grand amour pour feu le professeur Samuel Bordat.

La scène de crime est examinée par des policiers lorsque se présente le commandant Legal et le capitaine Bouveresse, des agents spéciaux appartenant à la direction centrale du renseignement intérieur. Qu'est-ce que Samuel peut bien avoir à faire avec un service anti-terroriste? L'univers de Swann déjà bousculé par la mort violente se déchire un peu plus. Elle découvre tout un pan jusqu'ici inconnu de la vie de son conjoint. Il n'était pas que professeur à Jussieu, il était aussi informateur pour les affaires anti-terroriste (SDAT). Elle apprend que Samuel possédait une maison à Montreuil, laquelle est occupée par des révolutionnaires anarchistes qui ne rêvent qu'à faire exploser des bombes et nuire aux grands capitalistes. Samuel était le leader et le plus violent d'entre eux.

La double vie de son conjoint fascine Swann. Mais sous des allures placides, elle bouillonne de rage et suit chaque piste tentant de découvrir le meurtrier afin de le tuer.

Black Blocs s'inscrit tout naturellement dans la série noire en présentant une vue interne d'un groupuscule de l'ultragauche. Au départ, Swann Ledoux est une petite bourgeoise comme les autres, elle en vient à se cristalliser aux contacts du groupe de manifestants. Sa vie bien tracée jusqu'alors bascule dans une violence revendicatrice qui lui plaît.

L'écriture d'Elsa Marpeau est précise et emprunte souvent des accents poétiques pour accentuer les éléments sombres et lugubres du récit. La description de la manifestation contre l'OTAN est une pièce d'anthologie à elle seule. Un sujet déroutant traité avec un savoir-faire qui laisse espérer d'autres polars aussi tonitruants. Elsa Marpeau est une auteure à surveiller de près.


Elsa Marpeau, Black Blocs, éditions Gallimard Série Noire, 7 mars 2012, 323 pages.

 

Suivre Daniel Marois sur Twitter: www.twitter.com/@danimarois