LES BLOGUES

<i>Et vous trouvez ça drôle?</i> Et comment!

30/03/2013 11:28 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT
Shutterstock

L'audacieux cambrioleur John Dortmunder est de retour dans une nouvelle aventure du grand maître du polar Donald Westlake, Et vous trouvez ça drôle ?

Dortmunder est pris au piège. Il a été photographié à la sortie d'un cambriolage. Les clichés sont en possession d'Eppick, un policier à la retraite devenu privé, qui en profite pour le faire chanter. Soit il commet un vol pour son client, un richissime et irascible vieillard qui veut récupérer un jeu d'échecs d'une valeur inestimable, soit il va en prison. Dortmunder est déprimé et fait tout pour retarder l'échéance, mais doit néanmoins s'exécuter. Comment s'emparer d'un jeu lorsque celui-ci se trouve au deuxième sous-sol, dans la chambre forte blindée d'une banque, au cœur de Manhattan?

Et vous trouvez ça drôle? est la quinzième apparition du personnage le plus charismatique de Donald Westlake, John Dortmunder, entrepreneur en cambriolage...

Le vol du précieux jeu d'échecs va être un moment particulièrement audacieux dans sa carrière. Soumis aux dures lois de l'improvisation, Dortmunder et sa bande vont pourtant transformer en succès une situation qui menaçait de sombrer dans l'anarchie. Du pur délice où on retrouve bien sûr l'humour d'un Westlake en bonne forme. À travers sa longue carrière ponctuée d'aventures rocambolesques, Dortmunder nous a habitués à ce que tout ce qu'il touche se transforme rapidement en catastrophe. Nous le savons, Westlake aussi. En monument de la littérature policière qu'il est, il s'en amuse et sème ici et là des indices souvent faux afin de nous égarer, ce qui, au final, nous donne une conclusion extraordinaire et imprévisible.

Caractéristique particulière de la série: il n'y a aucune violence, aucune scène sanguinolente, aucune trace de vulgarité. Il n'y est pourtant question que de cambriolage! Donald Westlake est un auteur d'une grande perversité. Il emprunte au réel quelques éléments afin de situer les scènes et les protagonistes. New York, Manhattan, quelques rues et édifices, métro et taxis. Pour le reste, c'est de la pure création littéraire. John Dortmunder, Andy Kelp et les autres sont des brigands pas comme les autres. Ils ne prennent aux plus riches que ce dont ils ont besoin pour continuer à vivre sans les chaînes du travail quotidien. Une forme de simplicité volontaire!...

L'histoire nous est présentée selon le strict point de vue des voleurs, la morale n'y a donc aucune place. Dortmunder et sa bande sont de vilains garçons exerçant un métier punissable avec une dextérité inouïe. Nul porte, serrure, coffre ne peuvent résister à leurs effractions qui ne laissent pas de traces!

La série ne serait pas si attachante sans les personnages. S'il y est question d'aventures et de vols, la thématique principale est la fratrie. Cette amitié indéfectible qui pousse les uns et les autres à s'épauler et se solidariser, parfois au péril de leur vie, souvent au risque d'aller en prison. Les exemples de cette loyauté sont légion. Dans Et vous trouvez ça drôle? Dortmunder verra tous ses compagnons venir à sa rescousse même s'il est le seul visé par le chantage. Cette complicité s'établit aussi avec le lecteur puisqu'on sent la présence au-dessus de notre épaule du grand écrivain qui prévoit et anticipe nos pensées pour nous déjouer habilement.

La série se distingue aussi par l'humour. Westlake est un partisan des finales étonnantes et imprévisibles. Celle de ce polar vient renforcer l'affirmation selon laquelle Dortmunder et son groupe sont les plus malchanceux cambrioleurs du monde littéraire.

Donald Edwin Westlake a fait paraître son premier roman en 1959. Auteur de plus de 100 polars sous divers pseudonymes (on en recense au moins 10!) dont deux séries marquantes: Parker, 1962-2008, et Dortmunder, 1970-2009. Donald Westlake est décédé en 2008. Et vous trouvez ça drôle ? est l'avant-dernier de la série. Il en restera un petit dernier à traduire avant que les admirateurs sombrent dans la nostalgie et ça, ce n'est pas drôle. Les monstres sacrés nous quittent, mais leurs œuvres éclatantes demeurent...

Donald Westlake, Et vous trouvez ça drôle?Éditions Rivages/Thriller (2013), (What's so funny?, 2007), traduit de l'américain par Pierre Bondil. 361 Pages.