LES BLOGUES

La liberté 55 au Parti québécois

06/06/2017 10:44 EDT | Actualisé 06/06/2017 10:44 EDT

Le slogan «Liberté 55» faisait rêver! Pour moi, ce fut liberté 59, et je termine ma 15e année de cette autre belle phase de vie qu'est la retraite. Oui, la vie est belle, et mon hérédité devrait me permettre de voir le projet de toute une Nation se réaliser. 2026 n'est pas si loin! Moi, je vais continuer d'y militer, activement!

La proposition 55 du rapport final de Osez repenser le PQ (le rapport suit à la fin du blogue) ne fait définitivement pas partie de la solution. Il n'est pas trop fort de parler d'un «PQ Exit» forcé! Elle n'a rien d'une incitation à la «Liberté».

Mettre en place un plan vigoureux de transition intergénérationnelle et de mentorat : Dans le cadre d'une démarche de transition intergénérationnelle sur cinq ans, tous les membres d'exécutif âgés de plus de 70 ans pourront, sur une base volontaire, trouver un protégé de moins de 40 ans à qui céder leur siège pour ensuite lui ofrir du mentorat activement pendant une période d'au moins deux ans. En ofrant du mentorat à un plus jeune à l'exécutif, le membre de longue date poursuit son implication et demeure présent au conseil, tout en s'assurant de la pérennité du mouvement, sans quoi le parti ne pourra pas connaître de relance. D'autres participants ont également suggéré que les mandats au sein des exécutifs de circonscription soient limités à 8 ans, de manière à assurer la présence de sang neuf sur une base continue. (extrait du rapport Osez repenser le PQ)

Il s'agit, bel et bien, d'une proposition d'âgisme discriminatoire, dans un vocabulaire des plus crasse, qu'il faut vigoureusement combattre. Cette proposition doit purement et simplement être retirée.

Aurait-il été acceptable de discuter, de façon négative, de l'égalité homme/femme, de discrimination selon la couleur de la peau, de la religion...? Bien sûr que NON!

La souveraineté n'a jamais été l'affaire d'une seule génération, et nous avons toutes et tous intérêt à y œuvrer, ensemble.

Des idées vieilles?

D'ailleurs, à partir de quel âge une idée, une opinion, devient-elle vieille? Car c'est de cela qu'il s'agit! Qui peut répondre? Un jeune, un vieux, un jeune vieux, un vieux jeune?

Tout au plus, une plus longue expérience de vie pourra-t-elle permettre de mieux les appuyer! Bien sûr, «aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années»! A contrario, vouloir gravir les échelons du pouvoir peut, parfois, mener à la compromission! Avec l'âge, cette propension et d'autres choses, j'en conviens, s'amenuisent. Il devient alors plus urgent et important d'aller au fond des choses!

Le PQ, un parti de vieux?

Bien sûr, au PQ nous devenons «vieux» à compter de la 31e année. Quitter les instances jeunes pourrait-il être si traumatisant qu'il faille imposer aux 70 ans et plus de prendre la sortie?

Comment est-ce qu'un parti qui peut, autrement, s'enorgueillir d'avoir à lui seul plus de membres jeunes que le total des membres de la plupart des autres partis, peut-il se sentir si complexé?

Le PQ n'est pas qu'un parti politique. S'il compte, encore et encore, tant de membres âgés, militant activement, c'est simplement qu'ils croient en leur objectif de jeunesse, la souveraineté.

Le PQ n'est pas qu'un parti politique. S'il compte, encore et encore, tant de membres âgés, militant activement, c'est simplement qu'ils croient en leur objectif de jeunesse, la souveraineté.

Acadie, où j'ai oeuvré depuis 10 ans, compte un grand nombre de militants âgés qui ont fait le PQ de René-Lévesque à aujourd'hui. Ils méritent plus qu'une gifle de leur Parti! Ils méritent surtout d'être bien représentés!

Des instances jeunes responsables?

D'ailleurs, n'y a-t-il pas un PQ d'instances jeunes complètement autonomes et qui peuvent véhiculer directement leurs idées à tous les niveaux, en plus d'avoir, d'office, droit à un représentant sur chacun des Conseils exécutifs de circonscription, donnant un accès direct à toutes les autres instances?

En quoi la proposition 55 peut-elle «faire partie de la solution» dans la réforme de ces instances, sauf, couper dans le haut de la pyramide d'âge, juste pour pouvoir afficher une statistique rajeunie?

Une question de représentativité et de démocratie

Dorénavant, qui pourra penser au PQ?

J'ai repris ma carte du PQ pour l'élection 2007, un projet de retraite. Enfin, mon tour de mettre l'épaule à la roue! Un nouveau membre, déjà vieux?

J'ai toujours pensé qu'au moins 1 des quelque 100+ votes de majorité de la nouvelle députée de Crémazie était dû aux quelque 3000 appels de pointage et sorties de vote que j'ai faits, en équipe avec la centaine d'autres militants.

Ma proposition en Conseil national du minimum de 1000$ de financement annuel garanti à chacune des circonscriptions s'est soldée, il y a quelques années, en un beau moment de solidarité. Ça n'a pas plu à l'Exécutif national, mais il fallait régler ce problème qui perdurait.

J'ai fait de très nombreuses autres interventions, généralement bien accueillies, mais celles dont je suis le plus fier sont celles du Conseil national du 10 novembre 2013.

J'ai d'abord plaidé en faveur d'une Charte des valeurs équilibrée. Pas celle de Bernard Dranville... Aujourd'hui, c'est pratiquement la position du PQ. Ça s'appelle du leadership! Pourquoi n'avons-nous pas été plus nombreux?

Mais, j'ai aussi été particulièrement révolté, autant par le processus que par le fond de la proposition d'«urgence» Drainville/Marois. Assez, c'était assez! Premier au micro «CONTRE», j'ai été grandement étonné par ce jeune homme qui s'est allié au vieux! Je salue son courage et son éloquence. J'ai eu le silence, il a eu les huées! Nous avons été 5 à sauver l'honneur du PQ!

Je me permets de rappeler que tous nos représentants d'office, députés et ministres, sans exception, se sont écrasés. Triste moment pour le PQ! Ratée historique pour le Québec!

Dans la dernière année seulement, j'ai qualifié, à moi seul, Alexandre Cloutier dans deux circonscriptions et couvert sa campagne dans trois. Quel plaisir de jaser Souveraineté avec ces quelque 500 membres!

Mais je dois m'excuser auprès des membres ayant un courriel Vidéotron. Mon intervention tardive n'a pas permis de régler, à temps, le problème des courriels hebdomadaires des candidats qu'ils n'ont jamais reçus. Parfois trop patient?

J'ai appuyé le vote à 16 ans. Ma proposition visant à briser, dans la fonction publique, le cercle de la précarité des emplois pour les jeunes, qui mine tant le développement des compétences et la vie des jeunes familles, avait alors été bien accueillie par Mme Maltais.

Et j'en passe!

Vous me direz que je ne parle que de moi?

Effectivement! Imaginez ce que la centaine de «vieux», comme moi, peuvent faire?

Rapport final by Parti Québécois on Scribd

LIRE AUSSI:

» Constitution: les Canadiens ne veulent pas d'un débat sémantique, dit Trudeau

» Les passages les plus surprenants de la Politique d'affirmation nationale du Québec

» Le Parti québécois demande la tenue d'états généraux sur les aînés


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter