Claude Malaison

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Claude Malaison
 

Nos dirigeants d'entreprise sont atteints d'immaturité numérique !

Publication: 16/10/2013 14:18

Il y a eu les «Digital Natives», maintenant il y a les «Digital Immatures», comme disent nos voisins du Sud. C'est d'ailleurs eux qui en viennent à cette conclusion dans une étude très sérieuse intitulée Embracing digital technology (Pdf) et menée par la MIT Sloan Managemant Review en collaboration avec Cap Gemini. Ils ont sondé les coeurs et les esprits de 1 559 dirigeants des plus grandes entreprises dans 106 pays à travers la planète, dont 37% aux USA et 5% au Canada. Et comment en arrivent-ils à cette affirmation ? Simple. Suffit de regarder le tableau qui suit.

2013-10-16-immaturit.jpg

Seulement 15% des dirigeants (figure n°1), ceux qui sont supposés mener, être capables de décider, d'innover, de se battre pour assurer la compétitivité de leur entreprise ou de celle de leurs actionnaires, seulement 15% donc, se disent à l'aise et en contrôle de leur stratégie numérique. Les auteurs les appellent les Digirati ou Digerati dans le milieu: «These companies have executives that share a strong vision for what new technologies bring, invest in and manage digital technologies quickly and effectively and gain the most value from digital transformation».

Et dire qu'on parle des grandes entreprises multinationales. Leurs dirigeants n'ont aucune idée de ce qui se passe (1) dans leur propre entreprise, (2) chez leurs compétiteurs, (3) dans la société. Il y en 14 % qui en savent juste assez pour dire non à toute tentative d'adaptation ou d'évolution (conservatives). Dans le domaine de la science on les appellerait les négationnistes. Et il y a les autres... Les débutants. Pathétique de constater qu'ils sont la vaste majorité... 65% d'entre eux n'ont qu'une vague idée ou pas d'idée du tout de ce qui se passe dans leur entreprise, des initiatives souvent mises de l'avant par les employés eux-mêmes. Ces dirigeants dépendent encore et souvent de leur adjointe administrative (secrétaire) pour rédiger leurs courriels et se servent de leurs téléphones intelligents... Pour téléphoner ou suivre les cotes de la bourse. Vous riez ? Regardez bien autour de vous...

L'étude est claire est dévastatrice: l'immaturité numérique est un fléau global. Et pourtant, ces dirigeants se le font dire et pas seulement par le MIT ou Cap Gemini... 87% d'entre eux savent qu'il vont tôt ou tard frapper un mur et que pour l'éviter ils devront mettre en place une vraie stratégie numérique, mais 64% d »entre eux admettent ne pas assez vite, qu'il n'y a pas de sentiment d'urgence !!! Voyez la figure n°5 ci-dessus. C'est la première de toutes les causes de l'incurie numérique. Évidemment, l'argent insuffisant vient en second. Pas d'urgence = pas de fonds... Aussi dans les causes majeures, les rôles et responsabilités mal définis (imputable à la haute direction) et manque de vision (idem).

Et lisez bien ces deux phrases assassines. Les bras m'en sont tombés. On retrouve ces deux phrases ailleurs dans l'étude : «Where CEO's have shared their vision for digital transformation, 93% of employees feel that it is the right thing for the organization. But, a mere 36% of CEO's have shared that vision». Et c'est sans parler des bénéfices tangibles et intangibles de telles visions ou stratégies. Voyez les deux graphiques ci-dessous:

2013-10-16-montageRSI.jpg

Les Digirati y gagnent sur tous les tableaux, que ce soit en création de revenus, en profitabilité, en valeur sur le marché, en meilleure expérience-client et améliorations opérationnelles et en changements du modèle d'affaires. Une cerise sur le sundae avec ça ? Et pourtant ils ne seraient que 15% à en profiter pleinement. Ho ! C'est la compétitivité et de le profitabilité de notre économie qui est en jeu ici...

On parle et écrit beaucoup sur le fossé générationnel. J'en parle souvent dans mes conférences. Il ne faut surtout pas sous-estimer ce facteur sociologique-clé. On parle abondamment de la facilité qu'ont les jeunes des générations Y et NG (Net Generation) à intégrer les nouvelles technologies dans leur travail et d'en tirer le maximum d'efficacité, mais qu'en est-il des autres ? Des X et des Baby Boomers. Certains s'adaptent et parfois avec une aisance surprenante. Ce ne semble pas être le cas chez nos dirigeants.

2013-10-16-Fig7.jpg

Ces six facteurs de résistance au changement leur sont attribuables selon l'étude du MIT et ne venez pas me dire que vous n'avez jamais entendu une de ces réflexions. C'est là que doit intervenir la gestion du changement. Mais malheureusement, la gestion se fait en amont en non en aval. Elle se fait une fois la décision prise de bouger numériquement. Ici, il faut plutôt travailler à changer les attitudes et comportements avant. Et là, on tombe dans le cercle vicieux... Pour agir avant, il faut que l'agent de changement interne ou externe aient le feu vert qui vient de la hiérarchie, mais comme on le voit, si celle-ci est réfractaire, comment y arrivera-t-on ?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • La fourchette électronique pour mieux manger

    Les gens souhaitant maigrir pourraient bientôt être aidés par une fourchette intelligente qui alerte en vibrant quand on mange trop vite. Il s'agit d'une fourchette ordinaire. "Mais son manche, un peu plus gros que la normale, cache un système électronique avec des capteurs "qui détectent à chaque fois que la fourchette est portée à la bouche. Si vous allez trop vite, l'électronique est programmée pour déclencher une alarme" et la fourchette se met à vibrer, indique Jacques Lépine (sic), le Français inventeur de l'ustensile. Commercialisée dans un premier temps aux Etats-Unis à partir du mois d'avril, et pour un prix prévu de 99 dollars.

  • L'écran qui permet de regarder deux films en même temps

    Le téléviseur nouvelle génération dit organique électroluminescent (OLED ou OEL) de la marque sud-coréenne Samsung, baptisé F9500, est le premier au monde à proposer cette fonction baptisée "multi-view" (multi-vues) et qui "permet à deux personnes de regarder des contenus complètement différents en même temps sur le même écran, avec le son correspondant", a affirmé le groupe à la veille de l'ouverture du salon annuel de la high tech International CES. Pour ne voir que celles correspondant au programme qui les intéresse, les deux spectateurs devront utiliser des lunettes 3D spéciales, avec des haut-parleurs personnels intégrés qui leur fourniront le son stéréo correspondant à ce qu'ils regardent. En résumé, la qualité et la vitesse de rafraîchissement des images sont tellement élevées qu'on peut se contenter d'en utiliser une sur deux. Samsung n'a pas donné d'indication sur le prix et le moment auquel il comptait commercialiser le téléviseur.

  • Les voitures sans chauffeur deviennent réalité

    Les constructeurs automobiles comme Audi expérimentent de nouvelles techniques pour rendre leurs véhicules de plus en plus autonomes. Avec de gros capteurs sur son toit, sa batterie de senseurs et caméras à l'avant, la berline Lexus exposée par Toyota ne passe pas inaperçue. De par son aspect, le prototype ressemble beaucoup à la voiture autonome déjà conçue par Google. Sur autoroute, dans un embouteillage ou quand il n'y a pas trop de feux de circulation par exemple. Il suffit d'enfoncer un bouton sur le volant pour que la voiture se mette à conduire toute seule. Elle adapte automatiquement sa vitesse à celle qui la précède et reste dans sa file en suivant le marquage au sol. Pendant ce temps, le conducteur peut lire ses mails ou passer un appel vidéo... Pour autant, Toyota affirme que sa voiture sans chauffeur ne sera pas mise sur le marché dans un avenir proche. Même son de cloche chez Audi, où l'on concède qu'il reste beaucoup de problèmes légaux à régler. Mais le système de pilotage assisté utilise des équipements "qui sont déjà en production en série, ou en sont proches" et pourrait arriver sur le marché "d'ici 5 à 8 ans".

  • La télévision qui vous regarde

    Au salon électronique CES de Las Vegas, certaines télévisions "intelligentes", connectées à internet, sont équipées de technologies qui "voient" le spectateur, avec l'objectif de proposer des programmes plus adaptés. Cela peut sembler inquiétant pour ceux qui ont lu "1984" de George Orwell, mais selon les acteurs du secteur, c'est la nouvelle étape de l'évolution de la télévision. Le fabricant chinois TCL a dévoilé un téléviseur et un décodeur qui utilisent la plateforme Google TV, capable de reconnaître la personne qui regarde pour suggérer des programmes. L'appareil, développé avec le groupe américain Marvell Technology, utilise des capteurs et la reconnaissance vocale pour déterminer qui sont ses spectateurs, et faire des propositions de vidéos ou d'émissions susceptibles de leur plaire. Cette interactivité ouvre de nouveaux horizons aux publicitaires, qui pourront mettre au point des annonces plus ciblées, mais soulève les mêmes inquiétudes pour la vie privée que la collection de données sur la toile.

  • L'ongle augmenté

    Conçu dans un matériau spécifique, il sert de stylet de précision et évite les erreurs causées par des doigts trop gros sur les écrans tactiles.Le "nanonail" se colle comme n'importe quel faux ongle et passe totalement inaperçu sous une couche de vernis. Il supporte l'acétone des dissolvants et passe sans problème sous la douche. "L'ongle devait être beau, je ne voulais pas que les femmes aient à faire un compromis", explique sa créatrice. Elle espère mettre le produit sur le marché d'ici trois ou quatre mois: "Nous aimerions pouvoir le licencier à un grand groupe cosmétique, pour avoir une distribution mondiale. Mais si ça ne marche pas, ce sera vendu sur notre site internet".

  • Le sac à main batterie

    La société autrichienne SunnyBag s'est inquiétée pour sa part de l'alimentation électrique. Ses sacs à main en cuir intègrent des panneaux solaires flexibles. Ils alimentent une petite batterie qui sert de secours quand celle du téléphone est à plat. Cela peut aussi servir pour un appareil photo ou tout autre engin se chargeant via un port USB. "Notre objectif était de combiner la mode et le fonctionnel", indique Kerstin Kurre, gestionnaire de produit. "Chaque femme et beaucoup d'hommes portent un sac, et tout le monde a des problèmes de batterie".

  • Les gants-téléphone

    Le filon représenté par l'essor des smartphones a aussi été repéré par des acteurs de la mode et de l'habillement, qui intègrent des écouteurs à leurs bonnets ou cache-oreilles, fournissant le cas échéant écharpes ou gants assortis. La société italienne hi-Fun va un cran plus loin et "met un téléphone dans ses gants", explique Rick Sadofsky, le patron de l'entreprise Bullboat qui distribue ses produits aux Etats-Unis. Ils sont d'apparence très classique, en maille grise ou noire. Mais quand le téléphone sonne, le gant gauche vibre. On décroche en appuyant sur un petit bouton intégré au poignet, puis on met le pouce au niveau de l'oreille et le petit doigt devant la bouche: un écouteur a été intégré au premier, et un microphone au second. Les gants sont reliés sans fil au smartphone par bluetooth, "une technologie facile, qui fonctionne avec la plupart des appareils", souligne Sadofsky.

  • L'oreillette avec écran intégré

    La société américaine Vuzix s'est aussi fait remarquer au CES avec une oreillette sans fil pour téléphone, prolongée d'une branche qui amène un petit écran au niveau de l'oeil. Celui-ci reflète l'écran du smartphone auquel est connecté l'appareil, qui sera commercialisé au deuxième semestre pour un prix sous 500 dollars. Mais Vuzix présente également un projet plus élaboré, qui pourrait être mûr d'ici à 18 mois et est présenté comme le "saint graal" par David Lock, son responsable pour la région Europe-Moyen-Orient-Afrique: de vraies lunettes, permettant de voir à travers les verres mais aussi d'y visualiser en toute discrétion l'écran de son téléphone ou d'un autre appareil.

  • L'ordinateur sur la tête

    Le "Golden I" présenté sur le stand de Verizon tourne sous une version modifiée d'Android. L'appareil dispose d'une caméra 14 megapixels et peut être contrôlé par la voix. Selon le fabricant, l'appareil sera particulièrement adapté pour les travaux de construction et les services d'urgences.

  • L'ange-gardien de vos plantes

    Le Flower Power de Parrot, un petit accessoire équipé de capteurs et planté dans un pot se charge d'examiner tous les quarts d'heure l'état de la plante et ses besoins. Les "bulletins de santé" sont ensuite envoyés à un smartphone ou une tablette. Aucun prix ou date de sortie n'ont été communiqués.

  • La télé courbe

    "La courbe a beau être très légère, il ne s'agit pas moins d'une petite révolution industrielle, <a href="http://www.lefigaro.fr/hightech/2013/01/09/01007-20130109ARTFIG00375-un-televiseur-a-ecran-courbe-chez-samsung-et-lg.php">écrit <em>Le Figaro</em></a>. LG et Samsung présentent sur le salon les premiers téléviseurs Oled courbes, qui permet d'obtenir un effet similaire à celui d'un écran de cinéma panoramique. Cela fait plusieurs années que les experts du secteur rêvaient à l'apparition de télés incurvées. Même si aucun des deux fabricants coréens n'a donné de date pour la mise sur le marché, on peut imaginer qu'ils seront un jour commercialisés.

  • Le smartphone à écran flexible

    "Il est très attendu, Samsung l’a finalement dévoilé à la presse lors du CES 2013. Il, l’écran souple évidement qui préfigure une nouvelle façon de concevoir la mobilité et pourrait offrir de nouveaux usages", <a href="http://www.cnetfrance.fr/news/ces-2013-samsung-youm-l-ecran-souple-pour-smartphones-et-tablettes-39786093.htm">estime cnetfrance.fr</a>.

  • La TV-3D transparente

    "De son côté le chinois Hisense se taille un beau succès avec son prototype de télé transparente et en 3D!, <a href="http://www.lefigaro.fr/hightech/2013/01/09/01007-20130109ARTFIG00375-un-televiseur-a-ecran-courbe-chez-samsung-et-lg.php">indique Le Figaro</a>. Le concept, qui pourrait être commercialisé cet été au environ de 3000 dollars, a avant tout un usage professionnel. Cela permet la aussi de mettre en avant des objets, de réaliser une animation en 3D, tout en ayant par transparence, une vue sur le 'vrai' produit.

  • L'hélico télécommandé par la pensée

    "Autre révolution en marche, <a href="http://www.rue89.com/2013/01/12/voiture-robot-fourchette-intelligente-smartwatch-le-meilleur-du-ces-2013-238517">écrit Rue89</a> : les appareils exploitant les ondes cérébrales de l’utilisateur. (...) En témoigne cet hélicoptère construit par Neurosky entièrement pilotable par la pensée – à condition de se coiffer d’un casque futuriste très laid.

  • Les écouteurs sans écouteurs

    Le nouveau casque de Panasonic exploite la connectivité osseuse de la boîte crânienne. Les embouts sont placés directement sur les os de la tempe et es vibrations transmises vers le nerf auditif par les os. L'utilisateur peut ainsi écouter sa musique tout en restant attentif à son environnement extérieur. Panasonic un évoque une écoute plus sécurisée.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



 

Suivre Claude Malaison sur Twitter: www.twitter.com/Emergent007

Suivre Le HuffPost Québec