LES BLOGUES

Facebook et Twitter ont-ils sonné le glas de Wikipédia?

02/02/2014 09:44 EST | Actualisé 04/04/2014 05:12 EDT

J'ai publié récemment sur Facebook un extrait d'un article paru dans la Technology Review du MIT et qui, par son titre, semble sonner le glas de Wikipédia. Ce n'est pas le premier. Plusieurs blogues et revues spécialisées insinuent depuis des mois, voire des années, que l'encyclopédie collaborative a vécu et est sur le déclin, que le nombre de contributeurs baisse, que la fondation a de la difficulté à se financer, qu'il y a des guerres internes, etc.

C'est un peu tous ces propos et bien d'autres qu'on retrouve dans un reportage intitulé The Decline of Wikipedia et écrit par Tom Simonite. Habituellement, je me méfie des Augures, de ceux qui prédisent ou qui semblent vouloir prédire l'avenir, surtout en matière de nouvelles technologies.

Mais dans ce cas particulier, Simonite me touche particulièrement, car je suis un contributeur à Wikipédia et en plus, il cite abondamment Jimmy Wales, le fondateur de l'encyclopédie mondiale, un bonhomme que j'ai appris à connaître et à apprécier lors de sa visite à Montréal dans le cadre d'un webcom en 2010. J'ai donc retenu quelques passages particulièrement significatifs et qui me poussent personnellement à une profonde réflexion sur l'avenir du Web dit collaboratif ou participatif, collectif ou n'importe quel nom que vous voudrez bien lui donner... Voici l'extrait :

wales

«Jimmy Wales, now just a regular Wikipedian but still influential with editors and the Wikimedia Foundation, dismisses suggestions that the project will get worse. But he believes it can't get significantly better without an influx of new editors who have different interests and emphases. "When you look at the article on the USB standard, you see it is really amazing and core to our competency as a tech geek community, but look at an entry about somebody famous in sociology, or Elizabethan poets, and it is quite limited and short and could be improved," he says. "That's not likely to happen until we diversify the community."

Première remarque: En effet, Wikipédia ne serait-il l'affaire que d'une centaine de milliers de geeks à majorité masculine et un peu macho sur les bords et qui préservent jalousement leur «droit d'aînesse» devant les nouveaux contributeurs(trices) venu(e)s prêter main-forte dans d'autres domaines, tels que les arts. C'est une critique très forte, entendue souvent, écrite dans cet article, mais aussi vécue personnellement :

«The main source of those problems is not mysterious. The loose collective running the site today, estimated to be 90 percent male, operates a crushing bureaucracy with an often abrasive atmosphere that deters newcomers who might increase participation in Wikipedia and broaden its coverage».

Et dans un certain sens, l'auteur a raison. Les wikis permettent soit un minimum de niveaux d'approbation soit une multitude, comme le démontre ce graphique. Dans toutes les organisations, on nomme ces structures, des systèmes de gouvernance...

bureaucratie

Et encore, si ce n'était que cela, l'encyclopédie collaborative pourrait quand même fonctionner avec le bon vouloir de tous et toutes. Wales mentionne que la communauté pourrait et devrait vivre et essaimer à travers la diversité des intérêts, des spécialités et des opinions, surtout avec l'ajout d'un nouvel outil d'édition plus friendly user.

«Wales hopes Visual Editor will do that by attracting people who are similar to those already editing the site but have interests beyond the male- and tech-centric--as he puts it, "geeks who are not computer geeks." But he admits to worrying that making Wikipedia simpler to edit could instead confirm that the project doesn't appeal to people who are not computer geeks.»

Mais... Il y a toujours un mais exprimé ici par nul autre que Clay Shirky. Comme le mentionne le reportage, Clay a été un des premiers à vanter les mérites de sites comme Wikipédia et le fait que des gens soient capables de collaborer collectivement et atteindre des buts jusque là impensables pour une entreprise ou organisation conventionnelle.

«Indeed, larger cultural trends will probably make it a challenge to appeal to a broader section of the public. As commercial websites have risen to prominence, online life has moved away from open, self-governed crowdsourcing communities like the one that runs Wikipedia, says Clay Shirky, a professor in the Interactive Telecommunications Program at New York University. Shirky was one of the biggest boosters of an idea, popular during the previous decade, that the Web encouraged strangers to come together and achieve things impossible for a conventional organization. Wikipedia is proof there was some truth to that notion. But today's Web is dominated by sites such as Facebook and Twitter, where people maintain personal, egocentric feeds. Outside specific settings like massive multiplayer games, relatively few people mingle in shared virtual space. Instead, they use mobile devices that are unsuited to complex creative work and favor neatly self-­contained apps over messier, interconnected Web pages.»

La terrible réalité est là. D'une part, le commercial a tué le communautaire et d'autre part Facebook, Twitter et le mobile ont tué le partage au profit de l'exposition de soi, de l'égo! Je remarque cette tendance à tous les jours sur les réseaux sociaux. J'ai aussi blogué sur la disparition des commentaires sur nos blogues respectifs. Au lieu de commenter cet article, plusieurs d'entre vous vont le retweeter, le liker le Google+sser et ainsi de suite. À mon premier billet sur le Huffington Post Québec, j'ai eu plus de 200 partages, mais pas un commentaire! Et pour celui-ci, comme pour les autres, je ne saurai jamais ce que vous en pensez.

Même chose donc pour les Wikis... Parce que Wikipédia en est un. Une encyclopédie collaborative en mode wiki. De moins en moins de contributeurs et surtout une gang de geeks. De plus en plus de compagnies qui essaient d'y faire du placement de produit ou de personnes, des newbies qui tentent de faire de leur mieux pour entrer de nouveaux sujets, parfois gauchement et vous avez la guerre entre les diverses parties. Résultat collatéral: les contenus qui s'appauvrissent. Triste constat que je suis en train d'écrire. Devons-nous tirer le rideau et dire que le Web participatif et collaboratif, basé sur la bonne volonté de changer les choses et même le monde est bel et bien en déclin et que Wikipédia en est l'exemple le plus visible?

Et que dire des utilisateurs, nous tous en somme... Nous utilisons de moins en moins Wikipédia et de plus en plus Google. Le verbe googler existe maintenant, mais pas celui de wikipédier... Vous cherchez un mot, une définition, un site, une idée ? Vous aller sur Google et dans le cas du navigateur Chrome, même pas besoin, vous tapez dans la barre d'adresse et hop le tour est joué...

En résumé, les vieux réseaux sociaux à la Facebook et les nouveaux à la SnapChat ou Whatsapp auraient tué la collaboration au profit de l'égo-publication alors que Google, et dans une moindre mesure Bing, auraient tué la pertinence encyclopédique. En terminant, quelques chiffres glanés dans le reportage et qui laissent entrevoir une autre réalité . Wikipédia est peut-être en déclin, mais continue de dominer le marché de l'encyclopédie en ligne.

Wikipedia c'est:

  • La version anglaise de Wikipedia a 4,4 millions d'articles; il y a 23,1 millions articles de plus dans 286 autres langues.
  • On a toujours cru que le nombre d'éditeurs était de 100 000. Le nombre maximal de 51 000 a été atteint en 2007 et a décliné constamment depuis et atteint à ce jour 31 000 éditeurs actifs.
  • Les fonds amassés par la Wikimedia Foundation sont passés de 4 millions à 45 millions
  • Juste un commentaire assassin de ZimbaZumba:

    «Wikipedia is Orwell's Animal Farm in real life. Wikipedia started as an optimistic, open and free entity. With time some animals became more equal than others and it spiraled into a hierarchical and dictatorial dystopia, just as Orwell would have predicted.»

Et vous, vous en pensez quoi ? Wikipédia a-t-il encore sa place sur le Web et dans votre vie ?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les 30 premiers tweets de l'histoire

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?