LES BLOGUES

Luzia, le Mexique chimérique du Cirque du Soleil

21/06/2016 09:24 EDT | Actualisé 21/06/2016 09:24 EDT

Après m'être ennuyé prodigieusement en décembre dernier au spectacle Toruk, inspiré d'Avatar succès du box-office mondial, j'étais content de retrouver le Cirque du Soleil que j'aime vendredi soir. Un spectacle sous chapiteau porté par l'idée d'un Mexique chimérique. Ce Luzia possède la signature du duo Daniele Finzi Pasca-Julie Hamelin, mais il faut saluer Brigitte Poupart qui a mené le projet à bon port. Rappelons qu'en cours de création, Daniele Finzi Pasca s'est retiré pour être auprès de sa blonde malade. Julie Hamelin est finalement décédée le 14 mai quelques jours après la première, beaucoup trop jeune à l'âge de 43 ans.

Qu'est-ce que c'est la signature du duo Finzi Pasca-Hamelin? C'est un cirque qui met en scène des humains, qui fait porter à la vie des habits de poésie, qui sait caricaturer les lubies, qui a une propension au rétro plus qu'au moderne. Rappelez-vous Rain, Nebbia, Cortéo. Luzia est de la même eau.

L'eau est d'ailleurs la vedette de ce spectacle. Pour la première fois sous chapiteau, le Cirque du Soleil fait pleuvoir sur scène. Et c'est rafraîchissant, même pour moi qui n'aime pas la pluie.

Il y a un numéro de roue Cyr et de trapèze sous la pluie. Poétique. Un numéro de sangles qui combine bassin d'eau et pluie. Gracieux. Un clown qui se fait narguer par l'eau qui tombe du ciel, mais jamais dans sa gourde. Hilarant. Et une scène où des images d'animaux apparaissent dans les trombes d'eau. Magnifique.

Ceux qui disent que tous les spectacles du cirque se ressemblent devront se trouver une nouvelle défaite pour bouder leur plaisir.

Il y a aussi du nouveau en matière de numéros de cirque. Le lancer de l'acrobate vous décrochera le cœur. Ils s'y mettent à trois pour projeter une artiste dans les airs et la récupérer in extremis, comme si c'était une statue.

Il y a un hommage au soccer avec une démonstration stupéfiante d'habilité avec le ballon rond. J'aimerais voir si Drogba, Ronaldo ou Messi arriveraient à faire aussi bien. Les cerceaux chinois sont réinventés parce que les anneaux sont déposés sur des tapis roulants qui ont pour effet de changer complètement la dynamique de ces sauts d'adresse.

Finalement on a un numéro d'équilibre sur cannes extrême, puisque les cannes s'insèrent les unes dans les autres amenant l'acrobate presque au faîte du chapiteau.

J'ai eu un peu plus de réserves pour les balançoires russes et les mâts chinois qui manquent un peu de pimiento. Et bien qu'il soit peut-être l'artiste le plus applaudi de la soirée, je demeure toujours aussi perplexe devant les numéros de contorsion. Mais le choix de le faire s'exécuter ce monsieur Gumby russe sur une musique indienne (de l'Inde) et entouré de lampions, fait un peu moins freak show.

Ce qui contribue à la magie envoûtante de Luzia c'est la somme de ses parties. Oui le cirque, mais aussi la musique de Simon Carpentier, différente du son habituel du Cirque du Soleil.

Les décors épurés, mais parfaitement évocateurs. Les éclairages tantôt chauds comme le soleil, tantôt doux comme le rayon de la lune. Les costumes qui épousent parfaitement la signature Finzi Pasca-Hamelin dont je parlais. Et les marionnettes géantes qui sont un formidable ajout dans l'univers de la compagnie montréalaise.

Bref le Cirque du Soleil n'a pas vendu son âme en se faisant acheter. C'est encore une magnifique machine à créer du rêve. Il fallait voir la réaction ébahie de mes voisins de siège pour s'en convaincre. Penelope Cruz, Xavier Bardem et leurs enfants avaient les yeux ronds tout du long.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

LUZIA - Cirque du Soleil

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter