LES BLOGUES

L'histoire du Cirque du Soleil selon Gilles Ste-Croix

28/09/2016 08:17 EDT | Actualisé 28/09/2016 08:17 EDT

«Si tu traverses la porte, tu rentreras pas ici.»

De là à dire que l'avertissement de son père l'a mené à devenir un des fondateurs du Cirque du Soleil, il y a un pas, mais la décision que Gilles Ste-Croix a prise de quitter la maison familiale à l'âge de 16 ans a été déterminante dans sa vie.

Comme beaucoup de créateurs québécois, Gilles Ste-Croix est issu d'une famille très modeste. S'il avait voulu poursuivre ses études, il aurait eu à choisir entre devenir prêtre ou militaire pour que sa scolarité soit payée. Écoutant sa petite voix intérieure, il a opté pour la liberté, sachant qu'il avait en lui la curiosité pour apprendre et avancer.

gilles stecroix

Dans le récit biographique Ma place au Soleil, qu'il publie aux éditions La Presse, le grand Gilles, qui a 67 ans aujourd'hui, raconte son chemin de Ste-Croix jusqu'à ce poste dans la haute direction du Cirque du Soleil qu'il a occupé la moitié de sa vie.

Le parcours de cet autodidacte n'a rien d'une ligne droite: planteur de tabac en Ontario, vie de bohème sur le bord du Pacifique, dessinateur dans un bureau d'architecte à Vancouver, vie en commune en Estrie, ce n'est qu'à 29 ans qu'il a l'idée d'un théâtre de rue dans Charlevoix. La troupe s'appellera Les Échassiers de Baie-Saint-Paul et elle attirera un autre autodidacte comme lui, Guy Laliberté.

Chemin faisant, ensemble, et avec d'autres, l'échassier et le cracheur de feu créeront le Cirque du Soleil dans un mélange d'improvisation, d'audace et de bluff. À lire les chapitres sur la pré-histoire de ce cirque sans animaux, le succès qui a suivi n'était pas donné d'avance. Le démarrage a été laborieux. Mais lorsque ça décolle, c'est fulgurant!

Pour Gilles Ste-Croix, qui a travaillé 30 ans dans l'ombre parce que la collégialité était la règle, Ma place au Soleil est l'occasion de revendiquer sa part du succès du Cirque du Soleil. «Guy et moi on était tous les deux des audacieux, des fonceurs chacun à notre façon. Lui s'occupait de la business et moi j'avais l'instinct pour trouver des idées et des artistes. Mais bon, le Cirque c'était un travail d'équipe, je n'étais pas là pour me mettre en valeur. Aujourd'hui j'ai envie de raconter mon histoire pour mes enfants, mes petits-enfants et ceux que ça intéresse.»

Il n'est pas arrivé souvent dans l'histoire du Cirque du Soleil qu'un de ses acteurs les plus importants parle sans filtre de ce fleuron québécois très porté sur le secret.

L'ancien vice-président à la création ne manque pas d'anecdotes. Il a été de la première tournée du Cirque du Soleil. Le plus casse-cou, il faisait des saltos de la mort sur ses échasses. Une pratique qui lui a donné l'impression d'être invincible.

«Quand tu fais 500 saltos comme ça et que tu survis, tu te dis que peut-être la mort n'existe pas. J'avais dit à ma mère de ne pas s'inquiéter, que je savais ce que je faisais. De toute façon, j'avais pas le choix, c'était le seul moyen que j'avais de nourrir mes enfants.»

Gilles Ste-Croix a quitté la piste à 35 ans pour devenir, après une incursion à l'université et à l'Opéra de Montréal, le directeur artistique du Cirque du Soleil, qui lui doit, entre autres, la venue des artistes chinois et russes et la fascination des Japonais pour la compagnie québécoise.

Quand on dit que le succès du Cirque a été fulgurant, ce n'est pas une exagération. Les spectacles sous chapiteaux se multiplient (Le Cirque réinventé, Saltimbanco, Alegría, Quidam) et, ne refusant aucune opportunité, la compagnie québécoise accepte de créer des spectacles dans des théâtres permanents créés pour elle à Las Vegas et en Floride (Mystère, O, La Nouba).

Les pages sur les débuts dans la capitale du jeu sont fascinantes. Vous avez là un groupe de saltimbanques québécois qui tient la dragée haute à des tenanciers de casino. Gilles Ste-Croix raconte comment il a servi de paratonnerre aux multiples pétages de coche de Steve Wynn lors de la création du spectacle Mystère. Steve Wynn avait beau être celui qui allongeait les millions pour la création du spectacle au Treasure Island, il n'avait pas beaucoup de recours: dans les contrats, Guy Laliberté s'est toujours assuré d'avoir le contrôle artistique.

«Notre capacité à bluffer nous a beaucoup servi à Las Vegas, même si nos interlocuteurs n'étaient pas dupes de nos méthodes. Steve Wynn me disait: ''Mr. Ste-Croix, you say so much to tell me nothing.'' Mais on a assumé le bluff et on a livré ce qu'on a promis.»

Avouons que les méthodes de créations «très organiques» du Cirque du Soleil n'avaient rien pour rassurer. En entrevue, Gilles Ste-Croix conviendra que le Cirque a beaucoup pratiqué le work in progress: «On avait une prémisse, je pourrais même dire un obscur pressentiment, puis on essayait de construire là-dessus.»

Cette méthode l'a obligé à gérer beaucoup de crises.

Il calmera notamment Yoko Ono dans ses réticences devant Love, le spectacle inspiré de la musique des Beatles. Il ira au front devant Neil Aspinal, le gardien de cette musique. Il affrontera un Criss Angel enragé qui voulait lui casser la gueule.

Le livre de Gilles Ste-Croix est passionnant parce qu'il n'est pas arrivé souvent dans l'histoire du Cirque du Soleil qu'un de ses acteurs les plus importants parle sans filtre de ce fleuron québécois très porté sur le secret.

Je me suis réjoui de lire les réserves de Ste-Croix sur Zarkana, des réserves que j'ai toujours eues. Je l'ai trouvé honnête de parler sans détour de l'échec de Banana Shpeel, qu'il qualifie de premier vrai flop du Cirque du Soleil. Il donne sa version du schisme avec Normand Latourelle, un des artisans de la première heure. Il raconte sans faux-fuyant sa propre déconvenue comme producteur de Cheval-Théâtre, spectacle équestre qui l'a acculé à la faillite.

N'attendez pas les règlements de compte, ce n'est pas le genre de cet homme affable. On est plutôt dans les mémoires d'un homme affranchi. «C'est vrai que je n'aurais pas pu écrire ça en 2013. Je suis sûr qu'il y a des choses, Guy Laliberté va dire "pourquoi t'as parlé de ça?" Et je vais lui répondre: parce que c'est ça qui s'est passé. Puis 20 ans après, qu'est-ce que ça peut bien faire?»

Quand je lui demande qu'est-ce qu'il croit avoir légué après toutes ces années au front, il me répond sans hésitation: l'audace.

«Je n'ai pas voulu être dans l'armée, ça m'a propulsé à défoncer des portes. Je trouve que les jeunes d'aujourd'hui manquent d'audace. C'est une autre génération.»

Souhaitons que ce livre incite la nouvelle génération à aller voir s'il y a du soleil de l'autre côté de la porte de la maison familiale.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le Cirque du Soleil

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter