Claude Aubin

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Claude Aubin
 

Bassement humain

Publication: 22/03/2014 09:12

Juillet 1979. Le grand Jean et moi terminions notre journée, quand nous recevons un dernier appel. Un homme malade, sur la rue Lafontaine. Nous sommes tout près et en moins d'une minute nous sommes sur les lieux.

Devant la porte se tient un vieil homme tout rabougri que je prends d'abord pour le malade.

- Bonjour, vous voulez aller à l'hôpital?

L'homme me fait signe que non, et d'une main tremblante me montre la porte derrière lui.

- C'est mon ami, je crois qu'il est mort.

Nous suivons le vieil homme qui trotte péniblement vers une cour arrière. Devant une fenêtre poussiéreuse, il pointe d'un doigt tremblant l'intérieur de la maison. Sur le plancher de la cuisine gît un corps et juste à voir la couleur bleuâtre de la peau, je comprends qu'il n'y a plus rien à faire. Fracassant une vitre de la porte, nous entrons. Là, une caractéristique odeur fétide et doucereuse plane. L'homme n'est mort que depuis deux ou trois jours seulement, mais c'est l'été.

- Vous connaissez son nom?

- Gaston.

C'est drôle, ils se connaissent depuis des lunes, mais le vieillard ne connait pas le nom de famille de son ami. Je me mets donc à la recherche d'un nom et de la famille. De son côté, Jean s'occupe du médecin légiste. À l'époque, un médecin de la ville venait sur les lieux pour constater le décès, avant la possible remise du corps.

- Je sais qu'il a une fille, elle reste pas loin d'ici, mais ça fait des années qu'elle ne vient pas le voir. Il a aussi un neveu qui vient une fois de temps en temps, pour emprunter de l'argent.

Fouillant un tiroir de commode, je me retrouve devant une bonne liasse d'argent. Quelques centaines de dollars, sinon un millier. Je compte donc les billets devant le vieil homme, j'en suis au beau milieu quand, tout à coup, une grosse femme cheveux hirsutes, l'œil mauvais et l'air colérique, passe la porte enjambant le mort, sans même s'y attarder un instant.

- C'est mon père... Pis, il y a de l'argent icitte!

Je regarde le vieil homme à mes côtés, dont le visage se ferme en exprimant un dédain certain.

- Avez-vous trouvé de l'argent? Avez-vous fouillé?

Je lui montre la liasse que je comptais, elle y jette un œil cupide avant d'ajouter:

- Je sais qu'il y en a d'autres.

Je n'ai pas le temps de répondre qu'un revirement de situation s'opère. Un deuxième individu passe la porte, le neveu! L'homme chétif, aux yeux de fouine, regarde distraitement le corps avant d'affronter sa cousine.

- Moé aussi j'suis de la famille... Il y a de....

- On est au courant.

À voir les yeux de mon partenaire, je sais qu'il est tout près de péter un plomb. Alors, laissant là tout l'argent, je prends le bras du vieil ami du défunt.

- On n'a plus rien à faire ici. OK les deux requins, battez-vous pour l'argent, je vous laisse le cadavre en prime.

Jean et moi étions aussi tristes que ce vieil homme jetant un dernier coup d'œil à un ami inanimé. La journée prenait fin et ce n'était pas trop tôt. Le chemin du retour s'est fait en silence. Le lendemain, nous passerions à autre chose. C'était ça aussi la police.

Loading Slideshow...
  • À la retraite

    Ma photo de retraite: on m'avait demandé une cravate, j'ai mis mon foulard palestinien, c'est un tissu noué autour du cou... c'est comme une cravate

  • <strong>1969.</strong> Un mariage en uniforme: Violette, la belle mère de Claude Aubin, était fière...

  • <strong>1973:</strong> Claude Aubin avec sa fille. Papa ressemblait à un des criminels qu'il poursuivait.

  • <strong>1998.</strong> Homophobie sur la piste cyclable: un pauvre gars venait de se faire poser une plaque de métal, l'autre était dans le coma.

  • Un dessin de Fred Serre qui illustre la difficulté parfois d'être flic...

  • Mes patrons me voulaient en veston.

  • Petite fabrique à pot, rue Notre Dame, à Montréal!

  • Démonstration de boîte à voler.

  • L'oeil de verre du jeune homme que je connaissais traînait quelques mètres plus loin.

  • Opération Notre Dame de Grâce chez les <em>Rebels</em>, gang de rue influant dans l'Ouest de la ville

  • L'homme qui fut mon ombre pandant des années Nick Sobol, un génie!

  • Un autre de mes mauvais tours: le père Noël est un sympathisant Hell's qui me doit une faveur. Le pauvre se retrouve entouré par près de 100 policiers. Il n'aura jamais été aussi mal à son aise.

  • Préparation d'une perquisition avec John Parker

  • <em>The Rebels</em>: un gang de rues anglophone. Meurtres, tentatives de meurtres, prises d'otages, vol de camions bancaires, drogues, armes, prostitution. Ils ont fait plus!

  • Ma façon de porter une cravate et un veston.

  • Article sur des fraudes de cellulaires

  • Au coin de Berri et Notre dame, je marchais sur la cervelle de la personne accidentée.

  • Une caricature de Fred Serre sur un événement documenté dans un journal, qui nous fait rire et... réfléchir

  • Opération à Laval: fausse monnaie, hash, héroïne, cocaïne et armes à feu.

  • Le poste 33: plus de 300 hommes y travaillent, policiers en uniforme et hommes de la sûreté.

  • Ma source venait d'appeler quand la nouvelle est sortie. J'ai fait arrêter le suspect caché à Toronto. Il a demandé aux enquêteurs s'ils travaillaient pour moi... Quelle insulte pour les gars des Homicides.

  • Pour les journaux... des montres à faire identifier par les victimes. Je faisais ça régulièrement, ça faisait suer mes patrons car je monopolisais la salle de conférence, qu'ils ne se servaient qu'en de rares occasions.

  • La piste cyclable... 3 hommes battus dont un dans un coma profond pour plus d'un mois, il se suicidera plus tard.

  • Le poste 25: vétuste mais possédant une âme.

  • La chef présumée d'un groupe de la mafia russe à Montréal, ce groupe tentera de me faire disparaitre.

  • Il fallait faire attention, donc nous avons intercepté Robert alors qu'il urinait dans une toilette publique. Pas facile de sortir son arme quand tu as les maims occupées.

  • Ce bébé avait été oublié. Il a fini au poste

  • Autre perquisition de stupéfiants à moins de cent mètres du palais de justice.

  • À la fin d'une longue filature, je dormais debout.

  • Il fallait bien s'ammuser un peu entre les meurtres, les viols et les over-doses.

  • m

    Hôpital de Montréal pour enfants. Les policiers y vont à tous les Noël porter des cadeaux. Cette année là, j'en étais à mon deuxième contrat sur ma vie par la mafia russe. Il y a des causes pour lesquelles on doit oublier nos petits problèmes.

  • Des heures et des heures passées au téléphone...

  • J'ai assisté à une circoncision avec mes amis de la communauté juive.

  • Les policiers ont aussi marché beaucoup.

  • Ces deux cyclistes étaient à l'avant de la parade

  • Les joyeux motards

  • Et le Che!

  • Des gens en noir?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?
 

Suivre Claude Aubin sur Twitter: www.twitter.com/@claudeaubin

Suivre Le HuffPost Québec