LES BLOGUES

Mais où s'en va le civisme?

27/07/2013 09:56 EDT | Actualisé 26/09/2013 05:12 EDT

Cette semaine, un texte qui ne parle pas de police! Juste de civisme.

Le civisme est en principe la clé de la survie d'une société. Nous sommes des êtres grégaires pouvant vivre en groupe. Alors pourquoi, lorsque nous augmentons le nombre de personnes dans une pièce, nous tentons d'augmenter les règles concernant la vie en groupe alors que dehors, nous les oublions sciemment?

Regardez autour de vous. Combien de fois dans une journée vous faites- vous bousculer dans une allée d'une petite ou grande surface, sans même un tout petit excusez-moi. Nous ne sommes qu'un obstacle de plus. Verrons-nous un jour des cas de rage d'allées de magasins? Oubliez-le «donne ta place» dans l'autobus ou le «cédez le pas» à une autre personne.

Combien de fois en voiture, des piétons traversent les rues sans même vous regarder? C'est à vous de les éviter! Plusieurs grandes villes font pousser comme des champignons ces fameuses lignes jaunes peintes quelques fois à moins de 100 mètres d'un feu de circulation, comme si les piétons ne pouvant plus respecter les feux, il en incombait aux automobilistes d'en payer le prix.

Combien de fois cyclistes, des voitures forcent leurs arrêts en vous regardant comme si vous étiez un petit tas de merde ou vous ignorent tout simplement, vous êtes devenus invisibles. Combien de fois piétons, des cyclistes ou conducteurs de voitures négligent de vous laisser passer, alors que vous traversez sur un feu vert. En revanche, combien de fois piétons, vous décidez de ne pas hâter le pas, en regardant l'automobiliste d'un air de défi ou vous l'ignorez complètement. Combien de fois lors d'averses ou au printemps, des voitures vous éclaboussent d'une vague boueuse et filent allégrement en ramasser un autre un peu plus loin? Peut-être est-ce devenu un sport?

Petit à petit, nous avons construit un monde nouveau, celui du Je suis la personne la plus importante au monde. Nous ne disons plus mon ami et moi, mais bien le contraire. Le je est devenu symbole de l'existence même. Le «Vous le valez bien» des commanditaires à la télé est typique de cette volonté d'être unique et seul sur cette planète. Aurions-nous créé un monde basé sur le narcissisme?

La Charte des droits de la personne avait pour effet de protéger et égaliser les rapports entre les êtres humains. Depuis, nous vivons progressivement une perversion de l'idée première.

Imaginez: vous êtes deux personnes, vous êtes l'une et l'autre, l'être le plus important à vos yeux et selon votre vue, l'être le plus important dans l'entourage. Comment faire pour donner raison ou de l'importance à l'autre, se croyant lui aussi, l'être le plus important de ce même entourage?

En détruisant l'idée que la société prime sur l'individu, nous avons détruit l'idée même de la politesse et du civisme, de l'altruisme et la compassion. Cette société mondialiste va finir par créer un monde autiste, égocentrique, robotisé et renfermé sur lui-même.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Vélo en ville au Canada