LES BLOGUES

La rentrée, quand le coeur tiraille

04/09/2016 08:09 EDT | Actualisé 04/09/2016 08:09 EDT

Je lis depuis quelques jours sur la blogosphère tout ce que la rentrée engendre pour bien des familles. Il y a ceux qui disent se réjouir, mais ils ne sont pas majoritaires. J'entends des parents inquiets, soucieux du bien être de leurs amours et je lis à travers les lignes: je constate tout ce qui remonte de l'enfance, de notre vie bien rangée, tout ce qu'on voudrait épargner à nos petits, et aussi tout ce qu'on aimerait avoir la force de refuser ou de changer.

La rentrée c'est pour certains: forcer à rentrer dans un moule, un moule unique et rigide qui ne prend pas en considération les aptitudes, les rythmes, les besoins et les subtilités de chacun. La rentrée c'est se conformer, se résigner même, c'est un frein à notre créativité, notre vent de liberté. Je vois à quel point c'est une période anxiogène et une immense gestion pour resserrer ce qui était plus souple durant l'été, pour notre enfant intérieur, qui lui a subi, appris à faire ce qu'on attendait de lui, mais aussi pour le parent qui est dans l'espoir de vouloir mieux pour celui qu'il guide, pour celui à qui il voudrait donner le choix, à son grand amour qu'il choisirait tant épargner.

Je devine les rythmes bousculés, les combats qu'on n'ose plus mener, les espoirs déchus. Je sens l'humain qui souffre de ne pas être libre, de se sentir à l'étroit dans une vie programmée. Je perçois la difficulté d'accepter de ne pas être maître de ses décisions, car la peur de se marginaliser ou de vivre à contre-courant se fait trop forte, mais aussi la peur de mal faire en prenant des trajectoires hors normes. La pression sociale et le jugement des autres sont plus forts que jamais. Ils voyagent entre les générations, nos souvenirs d'enfants et nos projections. La séparation réveille des blessures profondes, se conformer peut provoquer de vives angoisses.

«Suivre le courant, baigner dedans depuis toujours, pilotes automatiques la plupart du temps, la rentrée apporte un sursaut de vie, l'envie de modifier des routines trop lourdes et écrasantes.»

Suivre le courant, baigner dedans depuis toujours, pilotes automatiques la plupart du temps, la rentrée apporte un sursaut de vie, l'envie de modifier des routines trop lourdes et écrasantes. D'oser peut être changer d'avis ou de perspective. Le corps se défend et tente de fuir, la raison elle, souvent plus forte, plus efficace.

On doute, on remet en question, on se demande ce qui rendrait heureux et ce qu'on voudrait modifier. Mais le poids du quotidien qui file à vive allure nous fait oublier rapidement nos rêves, il faut garder la tête hors de l'eau, on fonce sans plus penser, tous logés à la même enseigne, nous replongeons, assommés par les croyances et les attentes omniprésentes.

J'ai de la peine pour nos sensibilités, trop souvent écorchées. J'ai de la peine de nous voir nous éteindre en taisant nos envies, par crainte d'être exclus, de ne pas être reconnus.

Mais je nous trouve beaux, d'essayer, d'avancer, de nous questionner. Restons conscients, parfois la force de transformer les choses prend du temps, mais en attendant, gardons l'énergie de se convaincre que ces schémas ne nous correspondent peut être pas et tentons de faire de ces habitudes, des habitudes temporaires, si elles nous rendent malheureux.

Souvent se laisser aller à rêver en croyant très fort qu'un jour nos envies prendront forme nous aide à traverser des périodes plus exigeantes.

Je vous souhaite pour cette rentrée d'être complètement vous, ni rebelles, ni conformistes, mais définitivement sensibles, et connectés à vos rêves futurs!!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Comment avoir une meilleure estime de soi

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter