LES BLOGUES

Il doit donc y avoir une fin

25/09/2014 02:18 EDT | Actualisé 25/11/2014 05:12 EST

Charlotte rédige un blogue pour The Huffington Post UK depuis 2013; elle a malheureusement succombé à un cancer de l'intestin mardi le 16 septembre. Elle a écrit un dernier billet qu'elle désirait partager avec ses lecteurs. Nous sommes privilégiés de pouvoir vous l'offrir ici.

J'ai toujours été une bonne planificatrice. J'aime les listes et les feuilles à cocher, les notes de tâches à faire et les objectifs concrets. Je suis très bonne lorsqu'il s'agit de commencer quelque chose, mais honnêtement, je me lasse facilement et perds l'intérêt rapidement une fois l'enthousiasme initial passé.

Je n'ai pas eu le luxe de m'ennuyer durant mon cancer. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut simplement abandonner si on en a envie cette journée-là. Il n'y a pas de bouton pour l'éteindre d'un jour à l'autre. Du moins, pas pour moi. À partir de mon premier jour comme patiente, je me suis présentée à tous les tests, examens et rendez-vous. J'ai tenté tous les traitements offerts incluant les thérapies médicales traditionnelles, manger du fromage cottage huilé, faire de l'acuponcture et boire du jus de chou frisé. Le cancer est devenu notre vie. Les fêtes, les coupes de cheveux et les leçons d'hélicoptère ont tous été planifiés selon les bonnes ou mauvaises fins de semaine dans mon horaire de chimio. Involontairement et comme des témoins innocents, Danny et Lu ont vu leur enfance protégée, mais aussi dictée par mes régimes variés. C'est tout ce qu'ils ont connu et ils ont tout de même réussi à devenir de bons enfants, qui sont aimés, chéris et équilibrés, ou du moins je l'espère.

Ce dont nous les avons protégés a maintenant dû être dévoilé. Après mon anniversaire, j'ai commencé à me sentir « pas si bien ». Nous sommes donc « passés » à l'hôpital où j'ai subi les examens habituels. Malheureusement, lorsque combinés à un test récent, les résultats n'étaient rien de moins que bouleversants. Nous ne faisions plus face à un plan d'action de mois en mois, avec quelques mois de tampon à la fin. On me donnait quelques jours, ou peut-être une semaine ou deux. On ne s'attendait pas à ce que je quitte l'hôpital, mais j'ai réussi à retourner à la maison au dernier moment afin de passer le peu de temps qu'il me reste avec mes enfants adorés et mon mari dévoué.

J'écris ceci assise sur le sofa, relativement sans douleur, et occupée à faire mes petits projets comme gérer les funérailles et vendre ma voiture. Chaque matin au réveil, nous sommes reconnaissants de pouvoir nous blottir l'un contre l'autre et que je puisse embrasser mes bébés.

Lorsque vous lirez ceci, je ne serai plus là. Rich tentera de mettre un pied devant l'autre, de continuer, un jour à la fois, sachant que je ne me réveillerai plus à ses côtés. Il me verra lorsqu'il aura le luxe de rêver à moi, mais dans le soleil dur du matin, le lit sera vide. Il sortira deux tasses de l'armoire, avant de réaliser qu'il n'y a qu'une tasse de café à préparer. Lucy aura besoin que quelqu'un lui donne sa boîte d'élastiques à cheveux, mais il n'y aura personne pour lui faire ses tresses. Danny aura perdu un de ses policiers Lego, mais personne ne sera précisément duquel il s'agit ni où le chercher. Vous chercherez le billet le plus récent sur le blogue. Il n'y en aura pas, car ceci est le chapitre final.

Ainsi, je laisse un trou béant, injuste, cruel et inutile, pas juste sur Halliford Road, mais dans toutes les maisons, pensées et souvenirs de mes êtres chers, mes amis et ma famille. Pour tout cela, je suis désolée. J'adorerais être encore parmi vous, rire et manger mon dernier aliment bizarre mais miraculeux, et dire des bêtises « Charleyesques ». Il y a tellement de ma vie que je veux encore vivre, mais je sais que je ne pourrai pas le faire. Je veux être là pour mes amis à mesure qu'ils avancent dans la vie, voir mes enfants grandir, et vieillir et devenir déplaisante aux côtés de Rich. Mais on me refusera toutes ces expériences.

Mais à vous, on ne les refusera pas. Alors, en mon absence, s'il vous plaît, s'il vous plaît profitez de la vie. Prenez-la à deux mains, agrippez-là, secouez-la et croyez-y à chaque seconde. Adorez vos enfants. Vous n'avez réellement aucune idée à quel point vous êtes bénis de pouvoir les chicaner le matin pour qu'ils se dépêchent de se brosser les dents.

Aimez votre être cher et s'il ne peut pas vous rendre l'amour en retour, trouvez quelqu'un qui pourra. Tout le monde mérite d'aimer et d'être aimé en retour. Ne vous contentez de rien de moins. Trouvez un emploi que vous aimez, mais ne devenez pas son esclave; on n'inscrira pas « J'aurais souhaité travailler davantage » sur votre pierre tombale. Dansez, riez et mangez avec vos amis. Les vraies amitiés qui sont fortes et honnêtes sont une véritable bénédiction et un choix que nous pouvons faire, plutôt que de devoir être fidèle à quelqu'un à cause d'un lien sanguin. Choisissez-les savamment, vos amis, et puis chérissez-les de tout l'amour que vous pouvez trouver. Entourez-vous de belles choses. La vie comporte son lot de gris et de tristesse : cherchez l'arc-en-ciel et encadrez-le sur votre mur. Il y a du beau dans toute chose; mais parfois il faut regarder d'un peu plus près afin de le trouver.

Donc, voilà pour moi. Merci beaucoup pour l'amour et la gentillesse dont vous m'avez témoignés à votre petite façon au courant des 36 dernières années. Aux méchantes petites filles sur le terrain de jeu qui m'ont poussée dans les orties à l'âge de six ans, aux maris en deuil qui m'ont dit ce que leur femme avait fait afin de préparer leurs jeunes enfants à sa mort au courant la dernière semaine, et à tout le monde que j'ai rencontré sur mon parcours. Eux et vous m'ont tous aidé, d'une petite façon quelconque, à devenir la personne que j'ai été.

S'il vous plaît, veuillez maintenant utiliser cet amour pour moi et le transférer à Rich, à mes enfants, ma famille et mes amis proches. Et lorsque vous fermerez vos rideaux ce soir, cherchez une étoile. Ce sera moi, qui vous regarde de haut en sirotant un piña colada et en savourant une boîte de chocolats fins.

Bonne nuit, au revoir et que Dieu vous bénisse.

Charley xx

Ils sont décédés en 2014