LES BLOGUES

Faire le plein chez soi à 35 cents le litre?

22/11/2014 09:13 EST | Actualisé 22/01/2015 05:12 EST

Le Pegasi est un petit véhicule urbain à deux places qui fonctionne au gaz naturel. Il est conçu pour être conduit dans les villes où il y a des infrastructures pour le gaz naturel et où vous pouvez faire le plein directement à partir de votre domicile ou à partir d'une station publique de ravitaillement en gaz naturel. Le Pegasi serait capable de rouler jusqu'à 70 km/h et couvrir une distance de 100 km. Il serait capable de se ravitailler dix fois plus rapidement qu'une voiture électrique et il en couterait quatre fois moins qu'une voiture à essence pour faire le plein.

L'historique

Le gaz naturel coute aujourd'hui moins de 35 cents le litre et il est plus propre que l'essence. Nous pouvons adapter les moteurs à combustion existants au propane liquide (PL) ou au gaz naturel (GN), et certains fabricants proposent déjà des moteurs fiables qui fonctionnent au PL/GN. En fait, il y a plus de 14,8 millions de véhicules dans le monde qui utilisent le gaz naturel (Source: Wikipédia). L'été dernier, j'ai demandé à une équipe d'étudiants en génie de l'École de technologie supérieure de créer un document technique qui détaillerait la façon dont nous pourrions construire un prototype «P0» du Pegasi. Une fois le projet livré, j'ai demandé au designer industriel Jan Bujnak de créer un plan pour ce nouveau concept de véhicule urbain.

Comment ça fonctionne

Le Pegasi serait propulsé par un moteur Subaru EH72 LP/NG. C'est un modèle éprouvé de 25 cv. Une autre option serait d'utiliser un modèle de 40 cv, le EH99. La transmission serait à variation continue (CVT) similaire au VTT Can-Am.

Bien sûr, le gaz naturel prend plus d'espace de stockage que le carburant ordinaire. Sur le Pegasi, deux réservoirs cylindriques de 30 litres seraient placés sous les sièges côte à côte. Ils seraient donc facilement accessibles pour le ravitaillement ou l'entretien et ils offriraient une protection pour les impacts possibles à l'avant ou à l'arrière. À 3600 psi, ces réservoirs pourraient fournir environ 3,5 heures de fonctionnement en continu. Les propriétaires seraient en mesure de ravitailler leurs voitures directement à partir de leur maison en installant un compresseur Coltri MCH14. Le ravitaillement prendrait moins de 45 minutes, ce qui est encore 10 fois plus rapide que le ravitaillement d'une voiture Smart électrique munie d'un chargeur rapide.

Le Pegasi serait construit avec un châssis en tubes métalliques. La carrosserie pourrait être en plastique moulé par injection afin de réduire le poids et le cout. Le premier modèle pourrait être lancé avec un habitacle fermé, et un modèle convertible pourrait être introduit d'ici quelques années.

À quoi ça sert

L'idée derrière le projet Pegasi est de développer un petit biplace abordable fonctionnant au gaz naturel. Le véhicule serait en mesure de voyager à des vitesses allant jusqu'à 70 km/h et pourrait couvrir une distance d'environ 100 km avant d'exiger un ravitaillement. Il serait conçu tout d'abord pour la conduite en ville (donc pas sur les autoroutes). Vous seriez en mesure de faire le plein à la maison en moins d'une heure et à une fraction du cout du carburant ordinaire. L'équipe d'élèves en Génie mécanique a travaillé environ 900 heures sur ce projet et ils ont réalisé une évaluation et une description du projet totalisant 127 pages. Si vous êtes intéressés à en savoir plus sur le Pegasi, n'hésitez pas à me contacter.

L'équipe

Je tiens à remercier Alexandre Jodoin, Marc-André L'Heureux, Éric Massouh, Stécy Riendeau et Antoine Sutter qui ont créé la description du projet Pegasi. Je tiens également à remercier les trois professeurs qui ont supervisé les travaux des étudiants soit Raynald Guilbault, Zhaoheng Liu et Patrick Thériault. Finalement, j'aimerais remercier Jan Bujnak qui a créé les images du concept Pegasi. Jan est basé en Slovaquie et est diplômé de l'Académie des beaux-arts et de design à Bratislava. Jan Bujnak a également fait les images de l'Arrakis, du Night Car et de l'Otobuxi.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter