LES BLOGUES

4 étapes pour réussir sa St-Valentin

08/02/2015 11:48 EST | Actualisé 10/04/2015 05:12 EDT

La St-Valentin peut-être vécue sur fond d'automatisme -- j'achète des fleurs ou du chocolat, histoire de ne pas me sentir coupable -- ou à titre d'exercice réel, pour écouter vraiment ce que nous dit la personne qu'on aime et aller à sa rencontre.

Cette fête est ce qu'on décide d'en faire: la fête commerciale entre toutes ou un prétexte pour exprimer notre amour à la personne qu'on aime et qui partage notre intimité.

C'est qu'en couple, on s'en passe des messages! Certains sont subtils, d'autres beaucoup moins, mais j'ai observé qu'une partie sensible des messages communiqués n'est pas saisie, pas reçue par les conjoints(es). Cette portion qui nous échappe souvent et dont beaucoup ne veulent pas prendre conscience, c'est l'expression des désirs, demandes et besoins de notre conjoint(e).

En général, si on est le moindrement sensible à l'autre, on sait très bien ce qui pourrait lui faire plaisir. Mais souvent, nous offrons une résistance quand vient le moment de lui donner ce qu'il/elle désire vraiment. Il faut beaucoup de confiance en l'autre pour lui offrir ce qu'il veut.

Voici quatre étapes pour nous rapprocher de la satisfaction des désirs de notre conjoint(e):

1. Faire l'inventaire de ce qu'on sait, dans notre for intérieur, qui lui ferait plaisir

Qu'il nous en ait déjà fait part ou non, il est important de ne rien balayer sous le tapis : un souper intime dans un bon resto, une alliance, passer l'aspirateur à sa place, recevoir des fleurs, qu'il/elle change les couches du bébé pour toute une semaine, qu'elle porte une nuisette sexy... quoi que ce soit.

2. Voir avec vérité et humilité ce que ces demandes éveillent en nous

Il est important ici de tout noter : « C'est trop cher pour moi», « Si je lui donne ça, elle va croire qu'elle compte plus que je ne lui ai exprimé jusque-là», «Si je le lui donne, il va penser qu'il peut tout me demander», « En lui donnant ce qu'il veut, je vais perdre mon pouvoir sur lui », « Elle va croire que je suis dépendant et elle risque de se désintéresser », etc. Il faut être cruellement honnête avec soi-même et ne rien se cacher.

3. À la lumière de la réflexion précédente, faire un choix

Peut-être ne puis-je pas lui offrir ce qu'il veut mais je peux tenter de m'en approcher. Il y a plein de façons de faire un pas dans la bonne direction pour que la personne sente qu'on l'a enfin entendue et comprise.

Respecter sa propre mesure quand on offre un cadeau est aussi très important. Je ne parle pas ici seulement de respecter nos moyens financiers, mais de se respecter soi-même. Si je ne respecte pas « ma mesure », au sens de « ma capacité réelle », je ne pourrai pas honorer mon cadeau jusqu'au bout. Nos capacités réelles diffèrent d'une personne à l'autre.

4. Offrir notre cadeau et le livrer jusqu'au bout

Si j'ai offert de m'occuper du souper pendant toute une semaine pour qu'il/elle puisse se reposer et se sentir gâté(e), je vais le faire sans rechigner ni soupirer d'exaspération. Je vais honorer ce à quoi je me suis engagé dignement et jusqu'au bout, pour ne pas lui gâcher son plaisir.

C'est souvent à l'étape 4 qu'on se tire dans le pied. On a fait notre réflexion, pris notre décision, mais en nous, ça continue de tergiverser.

En reprenant mon exemple du point 4, si faire le souper pour une semaine est trop pour moi et que je ne l'ai pas vu, il y a des risques que je ne sois pas à mon meilleur vers la fin de la semaine. Par contre, si je suis sensible à moi dans le processus, je peux offrir de faire le souper pour trois jours consécutifs. Comme ça je peux l'offrir sans crainte de devenir désagréable.

Le but de l'exercice est de faire plaisir à la personne qu'on aime en l'écoutant vraiment et en répondant, autant que faire se peut, à ses demandes.

Bonne St-Valentin à tous et quels que soient vos désirs en relation, qu'ils soient entendus!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

10 restaurants à l'ambiance romantique

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter