Brittany Gibbons

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Brittany Gibbons
 

Ce qui s'est passé lorsque j'ai fait l'amour tous les jours pendant un an

Publication: 23/08/2013 09:35

J'ai fait l'amour tous les jours pendant un an et je ne vous ai rien dit.

Mais j'ai tout filmé, le lien est → ici !

Je plaisante.

Je n'étais même pas sûre d'aller jusqu'au bout, mais voilà, nous y sommes. *tapote la place vide sur le canapé*

Cet e-mail n'a jamais été publié dans la rubrique "E-mails" de mon site, principalement car il est de ces vérités qui font un peu trop mal à entendre.


22 mai 2012
à: andy@email.com
de: brittany@email.com

Hé, pourrais-tu me faire une liste des 5 parties de mon corps que tu préfères ?

à: brittany@email.com
de: andy@email.com

Cul cheveux visage lèvres décolleté.

à: andy@email.com
de: brittany@email.com

Ouah ! Doucement Casanova ! Je vais finir par tomber enceinte !

à: brittany@email.com
de : andy@email.com

Honnêtement, je ne t'ai pas vu toute nue depuis des années.


Et ben, merde.

Le fait est que je ne suis pas du tout à l'aise avec l'intimité. Je suis d'une famille peu démonstrative et parfois je déteste mon corps, le profil parfait de l'autiste. Mon mari est très beau et surtout très très sexy, mais tous nos problèmes venaient de moi. Je n'arrivais pas à calmer mes angoisses et le sexe était devenu un moment anxiogène qui ne pouvait finir que de deux manières.

1. Je l'évitais. C'était difficile et stressant de cacher mon corps sous deux édredons et une combinaison de ski dans le noir, alors je faisais diversion. J'ai des crampes. J'ai trop de boulot. Gigi a peur de dormir seule, prenons-la avec nous dans le lit. Oui, je me suis servie de ma fille de quatre ans comme barrage. C'est impossible d'avoir envie après avoir lu trois histoires de Martine, c'est tout simplement impossible.

2. J'essayais de lui expliquer pourquoi j'étais complexée. Il m'a demandée pourquoi je ne me satisfaisais pas de ses compliments sur mon physique. Je me suis sentie conne, très conne.

Après beaucoup de larmes et un curry de crevettes, l'idée m'est venue d'avoir des rapports sexuels tous les jours pendant un an, en évitant de penser aux éventuels problèmes de santé et de logistique. L'idée lui a plu. J'aurais aimé pouvoir dire que c'était une décision profonde, mais la vérité, c'est que j'avais peur qu'il s'intéresse moins à moi car j'agissais de manière désintéressée à cause de mon manque de confiance et il commençait à s'inquiéter à force de m'entendre dire des choses du genre "ça a l'air sympa de faire chambres séparées ?"

(Spoiler alert : je suis toujours pour les chambres séparées, car il ronfle et mâche dans son sommeil et il est contre la couleur verte et les édredons.)

Nous nous sommes rendu compte que si nous nous concentrions sur l'intimité, cela raviverait tout ce que, pendant les sept années suivant la naissance de notre fille, nous avons tâché d'éviter, sous couvert de fatigue et de manque de confiance. C'est ainsi que j'ai réussi à surpasser ma peur de manger des huîtres et de conduire dans la neige. Vous vous y collez jusqu'à ce qu'elles n'aient plus le goût de morve ou que vous n'ayez plus l'impression de ne pas contrôler le véhicule. Vous vous forcez à la faire jusqu'à ce que vous vous sentiez à l'aise. Vous vous forcez à le faire jusqu'à ce que soudainement vous aimiez ça.

Suite de l'article sous le diaporama

Loading Slideshow...
  • Les bénéfices du sexe sur la santé

    Hormis le fait d'être le <em>fun</em> et d'apporter du plaisir, le sexe offre aussi de nombreux bénéfices sur la santé. Découvrez les avantages d'avoir des rapports sexuels de façon régulière...

  • Le sexe... éloigne la maladie

    Selon <a href="http://www.wilkes.edu/pages/1.asp" target="_hplink">l'université de Wilkes</a>, faire l'amour deux fois par semaine libère un anticorps appelé immunoglobuline A or IgA, qui aide à protéger contre le corps contre les infections et les maladies. D'autres recherches suggèrent également que de fréquentes éjaculations (au moins cinq fois par semaine) chez l'homme réduisent le risque de développer, plus tard, un cancer de la prostate. Lisez le <a href="http://www.bjui.org/default.aspx" target="_hplink">British Journal of Urology International</a> à ce sujet (en anglais).

  • Le sexe... fait brûler des calories

    Cela ne prend pas un expert pour deviner que de faire l'amour de façon énergique revient à faire de l'exercice. Ainsi, une session de trente minutes d'actions sous (ou sur) les draps brûle environ 85 calories. Si vous faites le calcul, après des sessions comptabilisant un total de 42 heures, vous pourriez brûler 3,570 calories, ce qui équivaut à une livre. En ayant un rapport sexuel trois fois par semaine pendant un an, vous pourriez brûler l'equivalent de <strong>cinq livres</strong> par année. Oubliée, la diète!

  • Le sexe... soulage la douleur

    Pendant le rapport sexuel, une hormone appelée oxytocine est libérée lors de l'orgasme; elle accroît le niveau d'endorphines qui agissent comme un antidouleur naturel. Et le corps peut se relâcher. De nombreuses personnes constatent ainsi que leurs maux et douleurs (maux de tête, crampes, etc.) disparaissent ou s'améliorent après un rapport sexuel.

  • Le sexe... aide à combattre la dépression

    Les femmes qui ont des orgasmes régulièrement sont généralement plus relaxes, moins déprimées, et physiquement et émotionnellement plus satisfaites. Le sexe aide aussi à mieux s'endormir et relâche la tension nerveuse en produisant, dans le cerveau, de la sérotonine - qui contrôle l'humeur et que l'on trouve également dans les antidépresseurs.

  • Le sexe... vous garde jeune

    Faire l'amour régulièrement libère donc une pléthore d'hormones dans le corps, appelées «Les hormones du bonheur». Et elles contiennent de la testostérone. Avec l'âge, le niveau de testostérone diminue. Ainsi, de nombreux rapports sexuels assurent un bon niveau de testostérone dans le corps. Cette hormone joue un rôle important: elle garde les os et les muscles en santé, sans oublier l'aspect jeune de la peau. Chez les femmes, les rapports sexuels réguliers favorisent la bonne santé du plancher pelvien et réduit ainsi les risques d'incontinence lié à l'âge.

Je ne peux pas parler pour Andy, à part qu'il en a vraiment profité, mais pour moi, cette année de sexe a eu pour but de faire comprendre à mon cerveau qu'il fallait assumer mon corps quand j'enlevais mes vêtements.

Les débuts ont été difficiles. J'étais tout le temps en train de me préparer. À la fin de la journée, je me penchais au-dessus du lavabo pour me nettoyer le visage en pensant à des draps frais et à une bonne nuit de sommeil, puis je me rappelais qu'il fallait encore faire l'amour et je me disais "super, une corvée quotidienne de plus à faire".

Puis, au lieu d'être une corvée, c'est devenu le moment de la journée où j'étais le plus en paix. Le moment où je pouvais avoir une véritable conversation avec mon mari, où il m'écoutait au lieu de regarder la télévision par dessus mon épaule ou de jouer aux Lego.

J'en ai parlé à quelques amis et ils ont tous réagi de la même façon : "oh, je ne pourrais pas". Et je comprends totalement, mais en réalité, j'ai appris de nombreuses choses sur moi-même entre les draps.

C'est pas toi, c'est moi. Arrête d'être bizarre

Je n'aimais pas mon ventre. Mes cuisses. Mon corps lorsque j'étais allongée sur le dos. Une myriade de petites choses irrationnelles. J'avais à nouveau la même conversation avec Andy, je lui disais que j'étais complexée et que je ne me sentais pas sexy, puis il passait 10 minutes à me dire à quel point j'étais magnifique et 30 minutes de plus à bouder et être vexé car il ne m'avait pas fait changer d'avis. En plus de pas avoir confiance, je me sentais comme une merde. Cela devait cesser. J'essayais de lui expliquer que c'était génial qu'il me voit comme ça, mais le but, c'était que moi, je me vois comme ça aussi. Au moins, s'il voulait que je participe activement et ne sois pas qu'un simple trou sur un matelas. Cela a pris du temps avant qu'il comprenne qu'il n'était pas la raison pour laquelle je ne me sentais pas sexy, mais que sa réaction rendait les choses plus difficiles. Je voulais prendre du plaisir pendant le sexe. Et la solution était que je me sente en confiance et en beauté, c'était mon voyage, pas le sien, mais recevoir des encouragements était un véritable plus.

Nous avons rapidement compris, que les rapports avec une Brittany qui s'assume étaient beaucoup mieux.

De jolis sous-vêtements me rendent heureuse

Ce n'est pas un secret, j'aime la mode, mais je m'étais rendu compte que quand j'étais à la maison en mode maman/épouse/moldu/canapé, je me mettais à l'aise. Et c'était bien. Honnêtement, je ne suis pas le genre de nana à vous dire de porter des talons pour faire les courses ou un pantalon pour aller chercher vos enfants à l'école alors que vous ne descendez même pas de voiture. Un jour, alors que je m'habillais pour un enterrement de vie de jeune fille en extérieur par plus de 30°C, j'ai décidé de laisser tomber les sous-vêtements de maintien, et je me suis rendu compte que les seuls sous-vêtements que je possédais étaient des sous-vêtements de maternité miteux ou des slips à 50 centimes l'unité que j'attrapais en bout de rayon au supermarché pour mes semaines de règles. Ce n'était pas étonnant que je ne me sente pas sexy, j'avais les sous-vêtements d'une petite vieille incontinente.

Je suis allée dans un magasin grande taille et j'ai acheté plein de culottes à 20€ les 5. Certaines étaient unies, d'autres en dentelle et elles m'allaient très bien. Je m'autorisais même à marcher de mon placard à la salle de bain en culotte, en parfaite opposition avec la course sauvage que j'avais l'habitude d'entreprendre une serviette autour des hanches, ma gaine roulée en boule dans mes vêtements lorsque je pensais qu'Andy ne faisait pas attention.

Je suis retournée en acheter et aussi quelques dessous aguicheurs que j'enfilais dans une cabine afin d'envoyer les photos à Andy qui était au travail. Inutile de dire qu'il était émoustillé, mais c'était plus que ça. L'effort que je faisais à porter des jolies culottes même sous une paire de jean's me donnait l'impression d'être sublime et mon cerveau en avait bien besoin.

Aujourd'hui j'assume

J'aime être à genoux, je ne jouis pas quand il est en moi, mais seulement quand il est en dehors. J'aime les rapports oraux, mais je n'aime pas qu'on me touche les tétons, car je ne sens rien. Je n'aime pas non plus sentir un souffle dans le cou, car je suis très chatouilleuse et que ça me donne la chair de poule et mes poils repoussent trop vite. S'il-te-plaît, arrête de faire ça.

Tout ça ? J'ai dû m'habituer à exprimer tout ça à voix haute et dépasser l'idée que j'étais une nympho égoïste et exigeante. J'ai le droit de prendre du plaisir, autant que lui, mais plutôt que d'attendre qu'il découvre tout ça, ce qui est au passage totalement injuste, j'ai découvert ma voix et je m'en suis servie.

Bizarrement, c'était très excitant.

Et maintenant, la nympho ?

Nous sommes moins déterminés à le faire tous les jours, mais nous faisons clairement des efforts et cela nous aide à être plus ouvert l'un à l'autre. Lorsque vous avez une case "épilation des testicules" dans votre agenda, on peut supposer que l'on est prêt à parler de tout.

5 août 2013 à: andy@email.com de: brittany@email.com

Alors, prends 2 min, les 5 parties de mon corps que tu préfères.

à: brittany@email.com
de: andy@email.com

Seulement 5 ? Je choisis : la courbure de ta taille entre les seins et les fesses, l'endroit du poignet où tu mets du parfum, tes cheveux quand tu les lâche le matin, la peau toute douce entre tes seins, et toutes les taches de rousseur sur tes bras et tes épaules.

à: andy@email.com
de: brittany@email.com

C'est marrant, c'est ce que je préfère moi aussi. On a les mêmes goûts en parties du corps, un jour je te montrerai ma collection dans le congélateur.

 

Suivre Brittany Gibbons sur Twitter: www.twitter.com/brittanyherself

Suivre Le HuffPost Québec