LES BLOGUES

On ne négocie pas l'austérité, on la combat

16/10/2014 11:15 EDT | Actualisé 16/12/2014 05:12 EST

Samedi 20 septembre avait lieu à Montréal une manifestation monstre contre le projet de loi 3 sur la réforme des régimes de retraite des employés municipaux. À l'appel des grands syndicats représentants la fonction publique, près de 50 000 manifestants ont pris la rue pour clamer haut et fort leur désaccord face à cette énième mesure austère du gouvernement Couillard.

À la tête de l'imposant cortège, les grands bonzes du syndicalisme québécois portaient fièrement une bannière blasonnée à leurs couleurs. On pouvait y lire en grandes lettres «La négociation... Pas la confrontation», dénonçant ainsi l'attitude intransigeante des libéraux dans ce dossier.

Jacques Létourneau, président de la CSN, déclarait à cette occasion que le PLQ n'avait pas reçu le mandat de démanteler le modèle social dont se sont dotés les Québécois et que «nous ne nous laisserons pas faire et nous ne les laisserons pas faire».

Le ton était donné. Dès le lundi suivant, en marge de son congrès confédéral qui avait lieu au Palais des congrès, la CSN annonçait son intention de faire campagne pour la formation d'un front commun de la société civile destiné à s'opposer aux mesures d'austérité du gouvernement libéral.

Quels outils pour cette lutte?

Je tiens tout d'abord à applaudir les propos de M. Létourneau et l'initiative de la CSN. Il est grand temps que les grandes centrales syndicales reprennent leur rôle historique et ne se contentent plus de livrer une bataille beaucoup trop souvent perdue d'avance pour ralentir l'érosion des conditions de travail de leurs membres.

Les conditions des travailleurs et travailleuses sont indissociables du climat politique général. La lutte pour l'amélioration des conditions de travail est inséparable des questions de redistribution de la richesse, de la qualité des services sociaux et de la question des inégalités économiques.

Une fois ce constat fait, se pose cependant la question des moyens concrets et réalistes pour articuler et mener à bien cette lutte.

Il faut reconnaître que la mobilisation pour la manifestation syndicale fut impressionnante et qu'on peut réalistement espérer qu'un tel mouvement prenne de l'ampleur alors que le gouvernement Couillard multiplie les compressions.

Les réseaux étudiants s'activent déjà en prévision d'une vaste mobilisation au printemps 2015. S'il est moins certain que les autres grands syndicats embarquent avec autant d'enthousiasme, eux qui sont portés depuis plusieurs années à faire plus souvent qu'autre chose cavalier seul, ils n'auront pas le choix s'ils veulent demeurer pertinents dans les années difficiles qui s'en viennent.

Malgré ces perspectives encourageantes, il faut rester lucide. Dans le contexte politique actuel, tout ce remue-ménage est loin de constituer une menace tangible pour les libéraux.

En effet, ceux-ci sont majoritaires et n'ont pas à se soucier d'élections avant fin 2018. La mémoire de l'électorat est courte et il est commun pour les gouvernements d'enchaîner les mesures impopulaires en début de mandat, se laissant suffisamment de temps par la suite pour refaire leur image auprès des électeurs.

Sans oublier que, ayant acceptés trop longtemps de faire le jeu des gouvernements et du patronat, les organisations syndicales opèrent maintenant sous la menace perpétuelle de se voir imposer une de ces lois qui n'ont plus de «spéciales» que le nom.

Un message contradictoire

Une autre chose qui ne jouera pas à l'avantage des syndicats, c'est la forme contradictoire que leur message a pris lors de ce débat.

D'un côté, les syndicats appellent le gouvernement à cesser son attitude cavalière et à négocier de bonne foi avec les représentants syndicaux. De l'autre, les leaders syndicaux multiplient les initiatives et les coups de gueule pour démontrer la fermeté de leurs intentions dans la lutte contre l'austérité.

De deux choses l'une. Je comprends tout à fait les raisons qui poussent les syndicats à tenter le jeu des relations publiques en se posant comme des interlocuteurs raisonnables dans ce débat. Considérant le plaisir que se font les chroniqueurs larbineux québécois à les dépeindre comme de vulgaires voyous, il serait osé de ne pas le faire.

Le problème, c'est que pour négocier, il faut un rapport de force. Il faut un rapport de force avantageux. Et comme je l'ai démontré plus haut, cela n'est tout simplement pas le cas pour le moment.

Sans oublier que pour que des négociations aboutissent, il ne faut pas un, mais deux interlocuteurs raisonnables. S'il a beau jeu de se draper derrière sa légitimité électorale, le gouvernement est tout sauf raisonnable dans ce dossier. Il n'a qu'une position et elle est idéologique. Celle de l'austérité mur-à-mur.

On ne négocie pas avec une idéologie

Certains verront ici un radicalisme dangereux, mais pour moi il s'agit ici d'une conclusion aussi logique qu'implacable.

L'austérité est le parachèvement de la stratégie qu'on nomme «affamer la bête». Celle-ci consiste à sous-financer les programmes sociaux de manière à les rendre inefficaces sous le couvert d'un assainissement budgétaire et d'une crise de la dette publique.

Il devient donc facile de couper davantage dans des services qui ne répondent plus aux besoins d'une population désabusée. On souhaite ainsi à terme légitimer leur démantèlement et permettre au privé de prendre la place assurée jusqu'ici par l'État.

Chaque recul, chaque concession faite à cette logique sans fin où la moindre coupure justifie la suivante sont une victoire pour ses partisans.

Pour cette raison et bien d'autres encore, l'austérité ne doit pas être négociée.

Pas qu'il faille s'opposer de manière dogmatique à une évaluation sérieuse des finances publiques. Mais quand la seule voie envisagée est celle de la diminution de services, d'une manière affectant systématiquement les plus vulnérables ; quand on rejette l'idée même de regarder la colonne de revenu; quand les conséquences et les risques sont présentés comme quantité négligeable ; quand le seul but semble être toujours et encore de dégager plus de fonds à verser en subventions à des compagnies aux profits exubérants, la seule possibilité qui s'offre à nous est de se dresser face à ces injustices et de dire assez.

On ne négocie pas l'austérité, on la combat.

À VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter