Brice Dansereau-Olivier

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Brice Dansereau-Olivier
 

Les jeunes et la Charte de la laïcité: pas tous contre, mais...

Publication: 19/02/2014 00:41

Il y a quelques jours paraissait sur Le Huffington Post Québec une réaction d'Étienne Boudou-Laforce, membre de l'exécutif de Génération nationale, à l'un de mes textes parut dans les pages du Devoir.

Si lui et moi étions d'accord pour dénoncer l'affirmation fallacieuse selon laquelle les jeunes étaient absents du débat sur la charte de la laïcité, un phénomène assez rare considérant que nos organismes respectifs se situent aux deux extrémités du débat, il semblerait que le rapprochement s'arrête là. Et puisque M. Boudou-Laforce a cru nécessaire de réagir à mes propos, je pense qu'une mise au point s'impose.

Il est juste que ni Québec inclusif ni Génération nationale ne peuvent se réclamer d'avoir le monopole de la vérité et de parler au nom de « la jeunesse ». Mais qu'on ne me reproche pas une objectivité que je ne prétends pas avoir. S'il est vrai que je n'ai souligné que les contributions des jeunes contre la charte dans le débat, c'est qu'avant tout je prêche pour ma paroisse.

De la même manière, bien qu'il se plaise à souligner que « la jeunesse est multiple », M. Boudou-Laforce se garde de faire état, dans son texte, de points de vue autres que celui de Génération nationale.

J'ajouterais également que si Génération nationale est un regroupement avec un agenda politique clair, soit la promotion d'un Québec souverain, sauce nationalisme-conservateur, Québec inclusif est un organisme trans partisan qui a pour vocation la promotion d'un Québec plus ouvert et plus tolérant.

Nous comptons parmi nos membres et nos bénévoles des partisans de presque tous les partis politiques fédéraux et provinciaux, autant des solidaires et des libéraux que des caquistes et des péquistes temporairement orphelins. Sans toutefois prétendre être les représentants d'une jeunesse qui est sans nul doute plurielle, je crois pouvoir affirmer que nous sommes beaucoup plus représentatifs des différentes visions que peut avoir celle-ci du projet de charte.

M. Boudou-Laforce me reproche également d'avancer qu'une majorité de jeunes seraient réticents au projet de loi 60 sur la base d'un seul sondage. Pourtant, que ça lui plaise ou non, l'une des rares constantes depuis le début de ce débat reste une opposition marquée des 18-24 et des 25-34 ans à l'initiative péquiste. Sondage après sondage, et ce depuis des mois alors que les appuis à la charte se solidifient légèrement dans les couches plus âgées de la population, une forte proportion de jeunes continuent à s'opposer à celle-ci. Le clivage générationnel sur la question n'est remis en question par aucun des intervenants et, quelles que soient les raisons qui peuvent expliquer cet état de fait, cela reste une réalité avec laquelle il faut composer.

La jeunesse n'est pas un bloc monolithique. Et c'est tant mieux. M. Boudou-Laforce fait d'ailleurs bien de le rappeler. Une multitude de voix dans le débat est gage d'une jeunesse qui a soif de débat démocratique, un constat qui a de quoi nous réjouir.

Là où je trace la ligne cependant, c'est quand M. Boudou-Laforce, sous le noble couvert de reconnaître que personne ne possède le monopole de la vertu et que les voix de la jeunesse sont plurielles, laisse entendre que la jeunesse est plus équitablement divisée qu'elle ne l'est réellement.

Je crois important de reconnaître que certains, notamment les membres de Génération nationale, ont su représenter assez dignement une minorité de jeunes qui appuient la démarche du Parti québécois. Mais aussi vocale soit-elle, c'est ce qu'elle demeure. Une petite minorité. Et si majorité ne donne pas toujours raison, les jeunes se prononcent en majorité contre le projet de charte dans sa version actuelle. Laisser entendre le contraire frôle la malhonnêteté.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Le hijab

    Formé à partir de la racine arabe «hajaba» (cacher, dérober aux regards, mettre une distance), ce voile cache les cheveux, les oreilles et le cou, ne laissant voir que l'ovale du visage. Il s'est généralisé dans le monde musulman, remplaçant les tenues traditionnelles comme le "haïk" en Afrique du Nord, grande pièce de laine ou de coton qui dissimule les formes du corps et voile le visage. (AFP)

  • La burqa

    La burqa est le vêtement traditionnel des tribus pachtounes en Afghanistan. Bleu ou marron, il couvre complètement la tête et le corps, un grillage dissimulant les yeux. (AFP)

  • Le niqab

    Voile intégral complété par une étoffe ne laissant apparaître qu'une fente pour les yeux, il s'est répandu sous l'influence de l'islam wahhabite, surtout en milieu urbain. Certaines femmes y ajoutent des lunettes de soleil et des gants, voire un masque. (AFP)

  • Le tchador

    En Iran, le tchador est un vêtement traditionnel porté essentiellement aujourd'hui par les pratiquantes. Il s'agit d'une grande pièce de tissu posée sur la tête, laissant apparaître l'ovale du visage. La tête est tenue fermée à l'aide des mains, voire des dents si la femme a besoin d'utiliser ses bras. Le port du tchador n'est pas obligatoire en Iran, à la différence du port d'un voile sur la tête. (AFP)

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?
 

Suivre Brice Dansereau-Olivier sur Twitter: www.twitter.com/plusgrandeyeule

Suivre Le HuffPost Québec