Bouazza Mache

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Bouazza Mache
 

Cessez les chicanes SVP!

Publication: 4/04/2012 07:28

De retour d'une participation, le 30 mars dernier, à un atelier sur le thème Diversité, Médias et Représentation organisé par Multimédia & multiculturalisme, une initiative de l'Association Canadienne pour les Nations Unies, je me suis mis à répertorier les événements significatifs des cinq dernières années qui ont marqué la relation entre les médias et les communautés arabe et musulmane (Eh oui! Ce sont deux entités différentes) auxquelles j'appartiens.

Les accommodements (dé)raisonnables

Depuis l'automne 2006, nous avons assisté à une avalanche de débats publics et médiatiques sur les accommodements raisonnables au point qu'en janvier 2007, la municipalité d'Hérouxville couronne le processus par l'instauration d'une «Charia» encadrant les normes de vie d'éventuels immigrants.
Un mois plus tard, soit deux semaines après la mise en place de la Commission Bouchard-Taylor, c'est l'affaire du port de hijab au soccer qui éclate. Une musulmane ontarienne a été expulsée d'un match de soccer à Laval à cause de son voile.

La FIFA a donné son accord sur le port du voile au soccer en mars 2012.

Comme il n'y a jamais deux sans trois, le mois suivant (mars 2007), un groupe de musulmans et leur communauté sont fustigés par les médias à cause d'une prière faite dans la salle d'une cabane à sucre, qui avait été autorisée par ailleurs, par le propriétaire pour accommoder ce groupe de clients.

Quand le père Noël s'en mêle

En décembre 2011, c'est le père Noël avec sa crèche et son sapin qui est entré en jeu. Une municipalité décide de ne plus exposer sa crèche de Noël pour ne pas s'attirer les foudres des autres groupes religieux. Service Canada quant à eux, décide de ne pas afficher les signes de Noël dans leurs bureaux. C'était trop drôle de lire certains des articles et des réactions qui, encore une fois, pointent du doigt les musulmans.

Le HalalGate

L'année 2012 a commencé en grandes pompes pour la communauté musulmane en mettant au menu du jour l'affaire de la nourriture halal dans un CPE et au sein des prisons.

L'abattoir Olymel qui a fait le choix économique de produire toutes les volailles de son usine à Saint-Damase sous un soi-disant label Halal, a fait les manchettes d'un tsunami médiatique en mars 2012.

Le Parti Québécois s'en est mêlé et a porté le dossier au parlement qualifiant les accommodements de dé-raisonnables comme l'a faite dans le temps, l'ADQ, à la différence que ce dernier n'a pas déraisonner ces accommodements.

Au milieu de tous ces (faux) débats qui brassent de part et d'autre, j'ai été particulièrement frappé par la multitude d'interventions et d'articles rédigés par des Québécois(e)s de confession musulmane (et non musulmane) qui, hélas, témoignent d'un malaise profond.

Depuis mon installation au Québec, j'ai vu plus de chicanes politiques, de polémiques, de commissions d'enquête que de projets de société structurants et encore moins de vrais débats. Si nous continuons à regarder l'autre comme une menace et non comme une richesse et à reproduire localement les débats (polémiques) de certains pays européens sur l'identité et l'immigration, nous n'aurons que les résultats qu'ils ont eu: fracture sociale, légitimation de courants xénophobes, banalisation de la stigmatisation, etc.

Sans une auto-critique, plusieurs Québécois n'auront d'autres choix que d'aller s'installer ailleurs, non par lâcheté pour fuir une réalité, mais pour canaliser leurs énergies d'une manière plus positive afin d'offrir un meilleur cadre de vie pour les générations futures.

Cessons les chicanes et sauvons les bribes de tolérance et d'ouverture qui nous restent.

 
 
 

Suivre Bouazza Mache sur Twitter: www.twitter.com/b_mache