Bouazza Mache

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Bouazza Mache
 

Les quatre vérités des élections

Publication: 05/09/2012 12:08

Une pensée particulière à l'homme qui a perdu la vie au Métropolis et à sa famille

Le 4 septembre 2012 fût une soirée électorale québécoise inoubliable et je l'ai vécue avec d'intenses émotions ici en Afrique, à 6228 km de Montréal. j'ai suivi avec grand intérêt la campagne électorale et ai contribué, selon ce que permettaient la technologie et les moyens, au débat de la société, en particulier les préoccupations des communautés culturelles.

Au sein de ces communautés, nous avons assisté à des clivages politiciens en parfaite corrélation avec la tendance générale de la société dans sa globalité. Certains leaders communautaires ont montré leur limite à débattre et à faire valoir certains dossiers chez tel ou tel parti.

Les surprises, chacun en a eu sa dose. Une chose est sûre, le citoyen Lambda est toujours gagnant dans cette exercice démocratique quelles que soient les conséquences qui résulteront de son choix.

Néanmoins, je retiens quatre remarques dont chacune concerne un parti parmi les quatre qui auront des voix à l'assemblée. J'ai hésité entre expliciter mes pensées ou vous laisser déduire quelle remarque, pour quel parti, mais j'ai décidé de vous épargner le casse-tête de cette bijection politique.

- Primo, ce n'est pas parce qu'on est, ou on se croit, un bon élève qu'on peut se permettre toute sorte de laxisme comme la non transparence. Le PLQ en a laissé une partie de sa peau qu'il prendra le temps de reconstituer.

- Secundo, une stratégie basée sur la division et la peur n'est et ne sera jamais une bonne stratégie pour un parti qui aspire au pouvoir, d'autant plus pour les citoyens dont il veut avoir le règne. Je dirai même qu'il s'agit d'une tactique mesquine à la limite de la manipulation qui, si elle peut s'avérer payante à court terme, elle ne pourra pas le rester pour longtemps (y a qu'à voir ce qui s'est passé pour l'UMP en France). Le PQ doit revoir ses priorités dans un Québec en constante évolution.

- Tertio, quand viendra le temps de prendre une décision et se positionner par rapport à une affaire aussi déterminante pour l'avenir d'un pays, comme la question référendaire, ce n'est jamais bon signe pour un chef de rester dans une zone grise. Un leader doit assumer sinon, c'est de l'opportunisme, du tâtonnement et de l'approximisme politique dont il s'agit et de rien d'autres. La position de M. Legault sera un cas d'école pour les hésitants.

- Quarto, un parti peut ne pas plaire à une personne pour une question quelconque, comme sur la souveraineté par exemple, mais il peut le séduire sur d'autres aspects, principalement pour certaines prises de position ou l'intégrité et la retenue de ses dirigeants. Québec Solidaire fait encore rêver.

Au final, le Québec a gagné. Car à la fin de cette soirée du 4 septembre 2012, nous avons pu nous regarder au miroir et voir :

- combien nous sommes réducteurs dans nos jugements envers l'autre et tentés par la facilité;
- comment le pouvoir pourrait nous user et nous faire oublier nos valeurs;
- que l'hésitation n'est pas toujours payante;
- qu'on peut toujours espérer et rêver d'un nouveau style de faire de la politique.

Une chose est sûre, contrairement à ce que veulent nous faire croire certains nihilistes, les minorités et les communautés culturelles, sont bien intégrées dans la société, y'a qu'à voir sur les différentes plateformes pour témoigner de l'ampleur de débat et de la variété des sujets débattus.

Après tout, les résultats des urnes pourront-ils réparer ce qui a été brisé de nos vraies valeurs ?

 

Suivre Bouazza Mache sur Twitter: www.twitter.com/b_mache

Suivre Le HuffPost Québec