LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Bianca Longpré Headshot

Maudite religion

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Vous me jugerez certainement, mais je n'ai plus de patience avec les religions, peu importe lesquelles.

C'est simple, je ne veux pas savoir quelle est votre religion. Je ne veux pas savoir si vous êtes musulman, catholique, bouddhiste ou raëlien. Pourquoi? Parce que je ne veux pas savoir si votre religion oblige les femmes à se voiler, encourage la charia, vous oblige à ne pas regarder une femme dans les yeux, vous incite à vous tenir loin des coutumes de mon pays ou que vous faites partie de ces religions qui condamnent mes amis homosexuels.

Parce que si je le sais je vais moins vous respecter. Je suis comme cela, j'ai de la difficulté à respecter les gens qui ne respectent pas les droits des femmes ou ceux d'une certaine partie de la population.

Je vais moins te respecter parce que je suis une femme et que j'ai les mêmes droits que les hommes, parce que j'ai des amis homosexuels, parce que ma grand-mère s'est divorcé et a été reniée de son église, parce que la plupart des religions ne prônent pas les valeurs d'équité, de tolérance, de justice, d'égalité entre les sexes, entre nationalités et entre les orientations sexuelles qui sont si importantes pour moi.

Si vous portez un voile, les boudins, un kirpan, un kit de soeur, etc. cela veut dire que vous endossez une religion qui contrevient à mes valeurs et (je suis désolé) celles de mon pays aussi, ou les gais, les transsexuels, les lesbiennes, les femmes et les hommes sont sur le même pied d'égalité.

Je veux bien être tolérante, mais j'ai de la difficulté quand au parc une petite fille voilée de 7 ans, ne peut pas jouer dans les jeux d'eau avec ses frères parce qu'elle est habillée de la tête au pied à 40 degrés Celcius au soleil.

Je veux bien être tolérante avec le baptême des petits de ma famille, mais quand l'église condamne l'avortement et le mariage gai, désolé ma tolérance est mince.

Je veux bien être tolérante, mais quand je ne peux pas m'adresser directement à un homme parce que j'ai un vagin, ma tolérance prend le bord.

Quand votre religion vous éloigne de ceux qui sont différents de vous, je la tolère mal votre religion. Quand votre religion vous dit qu'il faut essayer de convertir les autres, en venant sonner à ma porte, avec vos enfants, je deviens écœuré et dégouté.

La religion, surtout quand elle-même ne respecte pas certaines catégories de gens, ne peut me demander de la tolérance.

Je suis pour la spiritualité. Je suis pour la troisième définition de la spiritualité, celle qui dissocie «Dieu» de la foi. La spiritualité sans «Dieu» qui permet de remercier, d'être reconnaissant, de te recueillir, de demander, de faire l'introspection et d'être serein.

Si vous pratiquez, je ne veux pas le savoir. Je ne veux pas que mon pays te permette d'envoyer tes enfants dans des écoles qui prônent seulement ta religion. Je suis contre les écoles juives, contre les écoles catholiques, contre toutes les écoles exclusives à une seule religion. Parce qu'en faisant cela mon pays et ma province acceptent que les jeunes se «getthorisent» et se ferment sur les autres.

Je refuse que chez nous on accepte de fermer des fenêtres sous prétexte que des femmes y font du vélo en short. Je refuse que l'on appelle une personne du sexe de ton choix pour te servir. Parce que chez nous tout le monde est égal. PÉNIS et VAGIN sont égaux. Les femmes et les hommes font le même travail. Ta religion ne doit pas venir déranger les autres. Pratique là. Chéris là, mais ne vient pas changer les règles qui sont bonnes pour tous.

Je suis en furie quand tu me demandes de presser le bouton de l'ascenseur parce que tu ne peux pas y toucher à cause de ta religion. Je suis en colère quand c'est ta femme qui me parle au lieu de toi quand je donne des services de santé parce que tu n'as pas le droit de t'adresser à moi. Parce que j'ai le droit d'être respecté. Le respect dans la laïcité c'est de se faire parler correctement, de ne pas avoir à faire des pirouettes pour te faire plaisir et d'être traitée de façon égale que l'on soit un homme ou une femme. Quand tu me fais mettre les deux paires de gants au cas où ma peau toucherait la tienne, je deviens une ATHÉO-LAÏQUE EXTRÉMISTE.

Je suis fâché que les Canadiens permettent et fassent des pirouettes pour accommoder toutes les religions. Que l'on accepte le crucifix veut dire que l'on endosse les homophobes et les pro-vies. Que l'on accepte le voile veut dire que l'on accepte les inégalités hommes femmes. Que l'on accepte le drap sur le visage des femmes signifie que l'on endosse une religion misogyne.

En tant qu'athée laïque (et Canadienne/Québécoise) je voudrais que les objets religieux qui nous permettent de distinguer «qui croit en quoi» disparaissent. Que l'on cesse les caprices religieux. Que l'on refuse les lieux comme les écoles ou l'on apprend et valorise une seule religion, incluant le rejet de l'homosexualité, de l'avortement et l'infériorité de la femme, sans aller vers la connaissance de toutes les religions et de la laïcité en permettant aux Canadiens de faire des choix plus éclairés dans leurs pratiques religieuses.

Et en passant, la tolérance et le respect c'est réciproque, ça ne va pas que dans un sens.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter