Annick Vigeant

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Annick Vigeant
 

Quand l'idéologie nous gouverne

Publication: 17/05/2012 14:59

Quand durant 13 semaines, un premier ministre refuse de s'asseoir ne serait-ce que quelques minutes avec des représentants étudiants dûment élus et mandatés pour discuter d'une question cruciale pour l'avenir de la société.

Quand durant ces 13 semaines, aucune tentative de médiation n'est mise de l'avant, malgré les pressions répétées de l'opposition officielle.

Quand durant 13 semaines, toutes les propositions du gouvernement n'ont touché que des aspects sur lesquels la grève ne portait pas.

Quand après une entente que tout le monde croyait équitable et apte à régler la crise, les représentants du gouvernement sont allés crier victoire, soulignant qu'ils avaient gagné sur toute la ligne, sachant très bien que les étudiants ne pourraient ensuite accepter une telle entente.

Quand le nombre d'arrestations depuis le début de la grève est fortement supérieur à celui de la crise d'Octobre 1970 (plus du double en date d'aujourd'hui).

Quand Michelle Courchesne nous dit que le ton s'est durci du côté étudiant alors que la FECQ nous rappelle en point de presse qu'elle a proposé un nombre important de compromis la veille même, et que Le Devoir nous indiqueque la «proposition consensuelle de M. Bureau-Blouin a reçu l'appui du Mouvement des étudiants socialement responsables pour la hausse (les "carrés verts")».

Quand le gouvernement tente d'imposer l'idée que ce n'est qu'une minorité qui est contre la hausse, alors que Jeanne Reynolds nous rappelle que 360 000 étudiants ont voté contre l'offre du 5 mai et qu'au plus fort de la contestation, 75 % des étudiants étaient en grève.

Quand Jean Charest répond à un journaliste en conférence de presse: «As far as the Barreau is concerned, I did not heard its comments», alors que le Barreau a demandé quelques heures plus tôt au gouvernement qu'il respecte la démocratie étudiante et qu'il fasse appel à un médiateur.

Quand Paul Journet de La Presse nous apprend sur Twitter qu'à la suite de la conférence de presse d'hier, la FEUQ a appelé la ministre Courchesne et qu'elle «aurait avoué ne pas avoir examiné la proposition FECQ».

On peut affirmer que le gouvernement tente de nous tromper.

On peut croire que la décision du gouvernement était prise bien avant l'«ultime tentative de négociation» de mardi soir.

On peut croire que la décision du gouvernement avait même été prise avant la démission de Line Beauchamp.

On peut croire que Line Beauchamp est partie parce qu'elle ne voulait pas porter l'odieux d'une telle loi spéciale.

On peut affirmer que c'est le chef du Parti Libéral du Québec qui nous gouverne, et non le premier ministre du Québec.

On peut se souvenir que Jean Charest est l'ancien chef du Parti Conservateur du Canada, le parti de Stephen Harper.

On peut soutenir que notre gouvernement s'inspire de l'idéologie libertarienne, où la liberté individuelle prend le dessus sur la vision collective, comme au sein du Parti Républicain des États-Unis.

On peut se rappeler que même le nom de Jean Charest est un mensonge, puisque son nom légal est John James Charest.

Et on doit faire tout en notre possible pour, démocratiquement, nous débarrasser ce cette source de cynisme qu'est le Parti Libéral du Québec aux prochaines élections. Nous avons une devise, soyons-en dignes: Je me souviens!

 

Suivre Annick Vigeant sur Twitter: www.twitter.com/AnnickVigeant

Suivre Le HuffPost Québec