Anne Minh Thu Quach

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Anne Minh Thu Quach
 

Pour une protection adéquate des lacs et des rivières

Publication: 15/11/2012 12:10

Après avoir permis l'exploitation immodérée des océans, le gouvernement conservateur s'apprête à faire de même avec les lacs et les rivières du Canada en éliminant purement et simplement la protection environnementale prévue dans la Loi sur la protection des eaux navigables.

Vous n'en aviez pas entendu parler? C'est normal: les conservateurs ont dissimulé ce changement de cap majeur au fin fond des 400 pages de leur projet de loi monstre C-45. Ils auraient voulu passer sous silence cette attaque frontale contre l'écologie marine qu'ils n'auraient pas fait mieux...

Le NPD, toutefois, n'a pas été dupe. Mes collègues et moi avons rapidement mis le doigt sur le bobo: en faisant disparaître toute référence à l'environnement de ce texte législatif important, qu'ils ont d'ailleurs rebaptisé Loi sur la protection de la navigation, les conservateurs mettent en péril le fragile équilibre de la nature canadienne.

La lecture des changements apportés par C-45 a en effet de quoi faire frémir. Si cette loi est adoptée, 99,9% des rivières et 99,7% des lacs du pays ne seront plus protégés par le gouvernement fédéral, qui ne s'occupera désormais que de 97 lacs, 62 rivières et les trois océans. Sur les 37 cours d'eau ayant un intérêt patrimonial, seulement 10 feront l'objet d'une protection. Notons d'ailleurs que 90% des lacs et rivières encore protégés se retrouvent, très curieusement, dans des circonscriptions représentées par des conservateurs...

Ainsi, il ne sera plus nécessaire de demander un permis pour démarrer un projet de construction au-dessus des eaux navigables, à l'exception des cours d'eau majeurs comme le fleuve St-Laurent. Dorénavant, les citoyens qui veulent empêcher la construction d'un ouvrage - une école de kayak qui voudrait s'opposer à l'apparition d'un pont sur sa rivière, par exemple - devront ainsi traîner les responsables devant les tribunaux, ce qui équivaut à un renversement du fardeau de la preuve.

Tout cela, bien entendu, sans parler de l'attitude arrogante du gouvernement, qui a procédé à ces changements sans consulter personne, pas même les communautés autochtones qui jouissent de ces rivières et de ces lacs depuis des générations.

C-45 s'annonce comme l'un des pires saccages de la protection environnementale de notre histoire. Les conservateurs ont déjà abandonné les océans; peuvent-ils faire amende honorable et agir, pour une fois, en faveur du bien commun?

 

Suivre Anne Minh Thu Quach sur Twitter: www.twitter.com/@AnneMTQuach

Suivre Le HuffPost Québec