LES BLOGUES

Adoptons la représentation proportionnelle mixte

22/01/2015 08:58 EST | Actualisé 24/03/2015 05:12 EDT

Le mois dernier, la motion de mon collègue Craig Scott, porte-parole en matière de réforme démocratique pour le NPD, a reçu le soutien des députés du Parti vert et des indépendants. Ils ont joint leurs voix à celles du NPD afin que l'élection de 2015 soit la dernière élection inéquitable. Le NPD propose qu'on change de système, que nous passions du mode de scrutin actuel, où « le gagnant rafle tout », à un scrutin proportionnel mixte.

Pourquoi un tel changement?

Depuis plusieurs années, la participation électorale décline et le cynisme ambiant est en hausse. Ainsi en 2011, seulement 40 % des électeurs ont voté. De plus, le scrutin uninominal à un tour, c'est-à-dire le système actuel, favorise une sous-représentation des jeunes, des communautés culturelles et des femmes au Parlement. Au Canada, moins du quart des parlementaires sont des femmes.

De plus, ce système crée de « fausses majorités ». Des partis appuyés par une minorité d'électeurs obtiennent une majorité de sièges au Parlement. Par exemple, lors de l'élection générale de 2011, les conservateurs avec 39,5 % du vote populaire ont remporté une « fausse » majorité de 54 % des sièges à la Chambre des communes.

Nous n'arrêtons pas de varier entre gouvernements faussement majoritaires et gouvernement minoritaires instables au détriment des priorités à long terme de notre pays. Le système électoral actuel apparaît comme étant une des sources de nos maux.

Qu'apporte le scrutin proportionnel mixte?

Le système que nous proposons est plus équitable et juste. Voici l'explication donnée par l'instigateur du projet, mon collègue député Craig Scott : « Chaque électeur vote deux fois sur son bulletin de vote. Son premier vote sert à élire un député qui le représentera au niveau local (comme sous le système actuel). Le deuxième vote sert à élire un candidat parmi une liste régionale de candidats présentée par chaque parti ».

Actuellement, dans notre système, l'électeur doit avec un seul vote exprimer sa préférence pour un candidat et pour le parti qu'il souhaite appuyer. L'électeur est alors confronté à un dilemme résumé par M. Scott: « voter pour un candidat local moins intéressant afin de voter pour le parti de choix, ou voter pour un parti moins intéressant afin d'appuyer le candidat qui, selon eux, saura mieux les représenter comme député ».

Avec une proportionnelle mixte, « deux bulletins, un vote », le dilemme disparaît puisque les députés à la Chambre des communes seront un mélange de députés locaux et de députés régionaux (liste).

Cette réforme électorale est une solution pour donner un nouveau souffle à la démocratie canadienne. En effet, une hausse du taux de participation est observable dans les pays qui utilisent ce système comme en Allemagne ou en Écosse. Les citoyens n'ont plus l'impression de « gaspiller » leur vote, car chaque voix citoyenne a du poids. Par ailleurs, avec ce mode de scrutin, la représentation d'une région n'est pas dominée par des blocs monolithiques de députés d'un même parti, comme c'est le cas en Alberta ou en Saskatchewan. La diversité des points de vue politiques de la population locale y est donc complètement faussée.

Le Canada a donc tout à y gagner puisque la démocratie n'en serait que plus saine. Ainsi un parti recevant 40 % du vote populaire aurait 40 % des sièges à la Chambre.

Comment y parvenir?

Le NPD de Thomas Mulcair est déterminé à faire de l'élection de 2015 la dernière élection inéquitable. En effet, le parti s'est depuis longtemps engagé à mettre en place un système électoral fondé sur la représentation proportionnelle. Notre engagement remonte aux années 1970, sous le leadership d'Ed Broadbent. À l'inverse, le Parti libéral de Justin Trudeau et le Parti conservateur se sont toujours prononcés contre ce type de réforme.

Cependant, une certaine ouverture a été perçue puisque la moitié du caucus libéral, excluant Justin Trudeau, a soutenu la motion de M. Scott. Cette réforme en profondeur doit recueillir un certain consensus et j'espère que l'ensemble des partis soutiendra notre initiative.

En effet, comme Thomas Mulcair l'a affirmé à Vancouver, le NPD s'engage à instaurer un système de représentation proportionnelle mixte au cours de notre premier mandat. Nous formerons d'emblée un groupe de travail multipartite parce que rien ne serait plus sain pour l'avenir de la démocratie parlementaire que de voir le NPD, le Parti vert et le Parti libéral et le Parti conservateur, tous déterminés à mettre en œuvre la représentation proportionnelle. Cette équipe pluripartite collaborerait étroitement avec des experts et consulterait les citoyens sur les meilleurs moyens d'établir ce nouveau système électoral.

La prochaine élection est alors l'occasion pour vous, chers lecteurs, de voter pour une démocratie plus juste, plus vivante, plus équitable.

Sur ce, je vous souhaite une excellente année 2015!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter