LES BLOGUES

D'une célibataire à l'autre: entrevue avec India Desjardins

19/09/2014 12:02 EDT | Actualisé 18/11/2014 05:12 EST

L'an passé, j'ai eu la chance d'aller jaser dans un café avec la belle et pétillante India Desjardins, auteure de la célèbre Aurélie Laflamme, mais aussi désormais celle derrière la superbe bande dessinée,La célibataire. Parce que tsé, qui de mieux qu'elle pour jaser célibat?

style="float: Je vous partage cette entrevue alors que c'est du Tome 2 : La Célibataire - Survivante qu'on peut maintenant se régaler depuis le 17 septembre! Je lui ait même fait signer trois exemplaires que vous aurez la chance de pouvoir gagner (ce vendredi aux environs de midi sur la page Facebook du HuffPost), pourrez pas dire que je vous gâte pas!

Quand j'ai rencontré India, je lui ai évidemment posé des tas de questions, on a jasé, on a ri, bref, voici un résumé de la pensée d'une célibataire lucide, mais positive!

Anne-Marie Dupras: India, allons droit au but! Qu'est-ce qui est le pire, selon toi, quand on est célibataire?

India Desjardins: (Longue pause, réflexion) La solitude. Je suis quelqu'un d'assez solitaire, mais la solitude, quand tu es célibataire, elle est constante. Si tu ne veux pas être seul(e) trop souvent, il faut que tu fasses des efforts pour remplir ta plage horaire d'activités, tandis que les gens en couple on déjà leur partner. Mais il y a des bons et des mauvais côtés à la solitude. J'ai une amie, qui est en couple et a des enfants, qui m'a appelé et demandé « Qu'est ce que tu fais ce soir? ». Je lui ai dit : « Bof! Soirée typique, je me fais un scrub et je prends mon bain.» Sa réponse?: «Oh mon dieu, ça fait des mois que je n'ai pas pu faire ça!».

Anne-Marie: Ça me fait penser à une des histoires dans ta BD qui nous rappelle que la vie en couple et le célibat ont tous deux leurs bons et mauvais côtés. Alors le meilleur côté du célibat , c'est quoi, selon toi?

India: J'ai de la misère avec les « meilleurs » et « pires » honnêtement. J'apprécie certains moments de solitude; je pense que le célibat m'a permis de me faire de super bons amis que je ne me serais peut-être pas faits en couple, ça me permet d'avoir une vie hyper diversifiée. J'ai aussi beaucoup appris à me débrouiller par moi-même.

J'ai longtemps été en couple et, à cette époque-là, quand je pensais à une activité ou à un voyage, je pensais à lui, je pensais en terme de couple. Maintenant je fais des voyages et des activités que je choisis, avec plein d'amis.

J'ai dû me trouver d'autres partenaires de vie, d'autres activités, mais je trouve ça super le fun!

C'est presque devenu un défaut parce que quand je rencontre des gars, ils voudraient peut-être que je leur donne plus d'importance, mais j'ai tellement longtemps été seule que je peux avoir de la misère à trouver l'équilibre entre les deux qu'on doit avoir dans un couple. Ça va être tout un réapprivoisement pour moi, le couple!

Tu sais, quand tu commences ton célibat, les gens te disent « Ah! Apprends à être toute seule, tu vas voir, tu vas rencontrer! » Et c'est vraiment gossant de se faire dire ça. Sauf que là, moi, j'ai vraiment appris à aimer être toute seule et qu'est-ce qui arrive? Je ne sais plus comment être bien à deux! Une fois que t'apprends à être bien toute seule, ben.... t'es bien toute seule! Donc il faut réapprendre la vie à deux, ça prend quelqu'un de patient qui est prêt à t'apprivoiser avec des petites miettes de pain... pour que tu t'y engages.

Anne-Marie : Selon toi, le meilleur et le pire endroit pour un premier rendez-vous?

India: J'aime beaucoup un endroit qu'on peut quitter assez vite, parce que tu ne sais jamais si ça va être le fun. Donc le mieux, c'est un endroit où tu peux rester juste une heure sans problème et qui te permet de faire quelque chose que tu aimes.

Le pire ce serait au cinéma ou quelque part où tu ne peux pas parler ou encore dans une activité qui dure trop longtemps, si jamais l'énergie de l'autre te tape sur les nerfs.

Lors d'un de mes plus beaux rendez-vous, on était allés prendre un verre et, après, j'avais suggéré qu'on fasse du karaoké, on y est allé et on a beaucoup ri. Avec un autre gars, j'étais allée à La Ronde.

J'aime faire des choses différentes plutôt que juste prendre un verre; si on s'entend bien, j'aime faire des choses originales. Un moment donné à juste jaser de nos vies, ça devient prenant, alors j'aime faire une activité où on s'amuse et où on peut être imparfaits.

Anne-Marie : Selon toi, les pires et meilleures pick-up lines?

India: Je me souviendrai toujours de celle-là: je devais avoir 18 ans et un gars est venu me parler dans un bar et m'a demandé « Est-ce que tu as déjà eu un enfant? ». Je n'ai pas encore compris ce qu'il voulait. Je ne pense pas que ça avait rapport avec mon physique, il voulait sûrement juste entrer en contact, mais...

Tu sais quoi? Je n'ai jamais de jugement sur les pick-up lines parce que je trouve que ça demande tellement de courage d'aborder quelqu'un et puis je pense que même les maladresses peuvent être charmantes! J'apprécie l'effort et je trouve que souvent on est trop exigeantes; on veut que les gars fassent une approche, mais c'est dur d'aller parler à quelqu'un, c'est gênant, donc comme je n'ose pas le faire moi-même, j'ai beaucoup d'empathie pour ceux qui le font.

Anne-Marie: Qu'est-ce qui te séduit?

India: L'humour beaucoup; je pense que mon cerveau est ma zone érogène! Aussi, j'aime qu'un gars soit un gars. Je ne sais pas ce que ça veut dire exactement, mais.. tiens, par exemple, il y a des hommes qui se mettent du parfum, eh bien, moi, ça ne me séduit pas. J'aime qu'un homme sente juste le savon et lui-même. Le parfum, c'est turn-off pour moi, J'aime la vraie odeur, je trouve qu'un gars ça sent bon. J'aime un gars qui s'habille avec le linge qui était par terre et qui sent ses bas pour voir s'il peut les remettre. (rires)

Je ne suis pas le genre de fille qui essaie de changer le gars ou de devenir sa styliste. Habille-toi comme tu veux; de toute façon, je n'aime pas ça magasiner. Sois toi.

Anne-Marie : Depuis combien de temps es-tu célibataire?

India: Je me suis séparée en 2007 et il n'y a eu personne de significatif depuis. Je suis quelqu'un qui donne beaucoup et ça fait peut-être que c'est difficile pour moi de m'engager. Comme je sais que je me donne beaucoup en relation, peut-être que ça me fait un peu peur à moi-même...

Anne-Marie : Crois-tu au mariage?

India: Je me suis vraiment posé la question! Quand j'étais petite, je m'imaginais, vraiment, mariée, dans mon imaginaire romantique il y avait un mariage... mais dans la réalité je n'aimerais pas ça, me marier. Je ne suis même pas capable de te donner une raison précise, mais je pense que ça m'angoisserait qu'on me demande en mariage. Je n'ai peut-être pas rencontré la bonne personne non plus!

Anne-Marie : Tu penses quoi des couples ouverts, des unions libres?

India: Il y a un film qui s'appelle Whatever works et je pense que c'est une bonne philosophie. Whatever works pour chaque couple. Pour moi, ça ne marcherait pas parce que je suis une fille très romantique et que je ne serais pas capable de vivre quelque chose qui peut faire une égratignure sur l'intimité que j'ai, mais ça c'est moi, c'est ma personnalité. Mais il y a d'autres personnes que ça ne dérange pas et c'est eux qui définissent leur couple. En amour, je pense qu'il faut trouver la personne qui a la même définition de l'amour que soi.

Mais il ne faut pas s'oublier soi-même: on fait souvent ça, mais en n'étant pas soi-même on est malheureux. Après ma séparation j'ai perdu beaucoup de mes illusions, mais j'essaie de les retrouver. Je pense que si on veut vivre l'amour, il fait en avoir un peu, il faut avoir cette candeur par rapport aux relations. J'essaie de retrouver quelques illusions, pour recommencer à croire qu'elle existe, la bonne personne, celle qui a la même définition de l'amour que moi...

Anne-Marie : Qu'est-ce qui t'a donné l'idée ou le goût d'écrire La Célibataire?

India: Pendant que j'écrivais Aurélie Laflamme, je vivais des choses en tant que célibataire dans la trentaine et je notais des idées qui m'ont finalement donné plein de vignettes et histoires.

Ça aurait pu donner un autre roman, mais j'avais envie de faire quelque chose d'autre J'avais envie de casser un peu mon beat de roman et de faire quelque chose de différent d'Aurélie et j'avais envie d'écrire en équipe. Avec Magali, l'illustratrice, ç'a été vraiment un beau travail d'équipe et finalement, c'est le meilleur projet que je pouvais faire suite à Aurélie!

Anne-Marie : C'est quoi le commentaire que tu as le plus reçu pour ce livre-là?

India: La plupart du temps, on me dit qu'on se reconnaît dans le livre. Tu sais, des fois t'es toute seule dans ton salon, un vendredi soir, et tu te sens abandonnée par l'univers. Mais finalement tu te rends compte qu'on est plusieurs à vivre la même chose et, moi, ça me fait du bien.

D'ailleurs, en écrivant Aurélie, ça a fait la même chose, plein de jeunes se sont reconnus dans les livres. Dans le temps de Sex in The City, le célibat avait l'air très glamour, mais moi mon célibat, il est pas glamour. Des fois, je suis en pyjama à me chauffer de la bouffe au micro-ondes... C'est ça que je voulais décrire dans la BD : mon genre de célibat.

Anne-Marie : Avant de se quitter, un petit mot pour les célibataires qui nous lisent?

India: Apprenez à être bien avec vous-même... Non c'est une joke (rires) Faites attention aux idées préconçues qu'on finit tous par se créer à force de vivre des échecs. Il faut rester ouvert. Ce n'est pas parce qu'on vit des échecs amoureux que ça représente la majorité des histoires. Il y a de l'espoir; en tout cas, c'est ce que j'essaie de me dire. On s'en reparlera dans cinq ans!

******

Un immense merci à India Desjardins pour sa générosité lors de chacune de nos rencontres. Ne vous reste plus qu'à vous procurer la BD et vous régaler de chaque petite case de cette inspirante «pas-casée» ;)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les pires turn-off pour les femmes et les hommes

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter