LES BLOGUES

Les petits couteaux sont permis à bord des avions et ce n'est pas la fin du monde

Vous pouvez déjà apporter des ciseaux et des tournevis de moins de six centimètres. Les couteaux sont-ils vraiment plus dangereux que des ciseaux?

27/11/2017 09:00 EST | Actualisé 27/11/2017 10:41 EST
Creative Commons License
En pointe estivale, il y a plus de 30 000 vols par jour en Europe, où les couteaux sont permis depuis des années.

La semaine dernière, les nouvelles politiques de Transport Canada —annoncées il y a plus de deux semaines— sont devenues un enjeu politique à Ottawa (et aussi à Québec).

Les petits couteaux ayant une lame de moins de six centimètres (2 pouces et demi) sont maintenant permis à bord des avions canadiens depuis ce matin.

Cela s'applique à tous les vols au Canada, sauf pour ceux qui se dirigent vers les États-Unis. Pourquoi pas ceux vers les États-Unis? Car nos voisins du Sud sont en fait à peu près le seul pays au monde à ne pas permettre ce type de couteau à bord des avions.

Oui, la raison derrière ce changement est en fait d'harmoniser les règles canadiennes avec les standards internationaux: autant que je suis en désaccord avec de nombreuses choses que ce gouvernement fait, dans ce cas-ci ils ne font que se conformer à ce que les autres pays font, ils ne créent pas une nouvelle politique sans raison.

Mais est-ce que le fait que tous les autres pays font cela devrait être un argument en soi? Je ne crois pas moi-même. Si tout le monde a tort, je m'en fous de ce que les autres font, on ne devrait pas les imiter.

Mais le fait est que ce n'est pas vraiment évident qu'ils aient tort à ce sujet, au contraire.

Et laissez-moi être bien clair: la sécurité dans les avions est évidemment très importante. En tant qu'expert de l'industrie de l'aviation, en tant que voyageur très fréquent, mais surtout en tant que quelqu'un qui gagne sa vie grâce au monde de l'aviation via mon entreprise Flytrippers, si quelque chose compromettait le transport par avion, je serais contre.

Mais en réalité, permettre les petits couteaux à bord des avions n'est vraiment pas la fin du monde.

J'ai pris des dizaines et des dizaines de vols cette année, dont la moitié dans des régions où les couteaux sont déjà permis à bord, et je n'ai pas été plus à risque sur ces vols-là que sur les autres.

J'ai pris des dizaines et des dizaines de vols cette année, dont la moitié dans des régions où les couteaux sont déjà permis à bord, et je n'ai pas été plus à risque sur ces vols-là que sur les autres. Et vous ne le serez pas plus, maintenant que les couteaux sont permis.

Les compagnies aériennes servent les repas avec des couteaux de métal en première classe. Et ils le font depuis des années.

Pensez-y. Il n'y a pas une grande différence entre les petits couteaux qui seront permis et ce que les passagers ont déjà à bord pour manger... et entre les petits couteaux et tous les autres objets déjà permis dans l'avion.

Vous pouvez déjà apporter des ciseaux et des tournevis de moins de six centimètres. Les couteaux sont-ils vraiment plus dangereux que des ciseaux?

On pourrait même argumenter que plein d'autres objets permis dans l'avion pourraient potentiellement être aussi dangereux que des couteaux: des rasoirs jetables, des coupe-ongles, des pinces à épiler... même les stylos à bille pourraient servir d'arme — et aucun d'entre eux n'est interdit.

Et pour être entièrement honnête, plein de gens apportent probablement déjà des couteaux à bord de toute façon. En 2015, un rapport du Department of Homeland Security américain a découvert que la Transportation Security Administration a échoué 95% des tests de sécurité. Oui, vous avez bien lu. La TSA n'a détecté que 5% des couteaux, armes et autres items prohibés durant une série de contrôles. Leur score ne s'est pas amélioré énormément depuis.

Oui, c'était aux États-Unis, et je ne trouve pas de données par rapport aux résultats au Canada. Mais ce n'est pas pertinent: une très grande proportion des vols au Canada partent des États-Unis de toute façon.

En pointe estivale, il y a plus de 30 000 vols par jour en Europe, où les couteaux sont permis depuis des années. Et des centaines de vols par jour partent de l'Europe vers le Canada avec les couteaux permis à bord, même sur les compagnies aériennes canadiennes comme Air Canada, Air Transat et WestJet.

Donc, les petits couteaux à bord des avions, ce n'est pas une menace.

Et quand j'ai écrit à propos de cette nouvelle sur mon propre site, beaucoup des commentaires faisaient référence au fait que le shampoing c'était moins dangereux que les couteaux. Oui, évidemment, le shampoing oui. Mais les bombes qui peuvent facilement être fabriquées avec des quantités suffisantes de liquides facilement accessibles (qui peuvent facilement être camouflés dans des bouteilles de shampoing), ça, c'est infiniment plus dangereux que les couteaux.

Personne ne réussira à passer au travers d'une porte de cockpit avec un couteau de moins de six centimètres.

Personne ne réussira à passer au travers d'une porte de cockpit avec un couteau de moins de six centimètres. Mais une bombe pourrait complètement détruire l'habitacle. La comparaison avec les liquides n'est donc pas valide.

Donc, aligner la politique canadienne sur les petits couteaux avec les standards internationaux ne mettra pas en compromis la sécurité de nos avions. Quand vous regardez ça rationnellement, il n'y a aucune raison de croire que votre prochain vol sera plus dangereux que votre dernier. J'ai moi-même des dizaines de vols déjà planifiés et je vous encourage à continuer à voyager et à explorer le monde si vous le voulez, peu importe si les couteaux sont permis dans l'avion ou non.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost