All Beef Media

RECEVEZ LES NOUVELLES DE All Beef Media
 

Le web, ce Far West

Publication: 08/05/2012 12:13

Internet ressemble parfois au Far West. Si les règles sont parfois faites pour être transgressées, nous sommes d'avis que celles qui régissent le web commencent à peine à couvrir les irrégularités qui s'y commettent - et que le shérif ne tardera pas à se pointer le bout du nez. Dans cette optique, voici quelques rappels pour les marques et entreprises qui utilisent les médias sociaux.

Concours Facebook

Saviez-vous que Facebook interdit aux marques de lancer un concours du type «aimez pour gagner» sur leur page sans passer par une application tierce? Plusieurs sont déjà au courant des règlements sur les promotions, ce qui n'empêche pas de voir régulièrement des grandes marques risquer la fermeture de leur page en demandant aux internautes d'«aimer» celle-ci, de s'identifier dans une photo ou de commenter afin de gagner un prix ou un concours. Outre enfreindre les règlements, ces pratiques erronées posent des défis logistiques (contacter le gagnant sur cet espace très public est interdit, il faut le faire par courriel) et s'avèrent inefficace pour atteindre le degré de viralité nécessaire à la croissance d'une communauté.

Alors pourquoi les marques emploient-elles une stratégie à l'encontre des règlements Facebook et de leur but premier? Parce qu'elles ignorent comment procéder. Malheureusement, beaucoup des «experts» qui gèrent leur page non plus. La solution? Créer une promotion ou un concours conforme aux règlements de Facebook et aux lois provinciales en vérifiant auprès d'un avocat, en examinant les lois et règlements et en embauchant une firme qui comprend comment faire en sorte que votre concours ait des fans... sans risquer de se faire épingler par Facebook. P.-S. C'est ce que nous faisons.

Les images sur Facebook

Après la soirée des Oscars, notre fil d'actualités regorgeait de photos de célébrités et d'invitations à décider quelle vedette portait la plus jolie robe. Les marques ou sites derrière ces pages ont-elles acheté les droits de reproduction de ces images? Ont-elles dépêché une équipe au Kodak Theatre pour prendre des photos? Non? Alors elles violent les droits d'auteur et risquent de voir des banques d'images comme Getty traquer les contrevenants et exiger des frais ou pire, engager des poursuites. Avec des starlettes comme Lindsay Lohan qui accumulent les procès et cherchent par tous les moyens à se refaire une santé financière, une marque qui relaie des photos ne lui appartenant pas risque de contribuer à engraisser le fonds de pension de vedettes désespérées. Morale: à moins d'avoir les droits ou la permission de publier une image... abstenez-vous! Il existe par ailleurs une zone grise dans la réglementation pour ce qui est de publier une image accompagnée de l'hyperlien menant à sa source: cela reste donc à vos risques et périls.

Pinterest

Ce site qui permet à ses usagers d'afficher (pin) des photos qui les inspirent sur des babillards thématiques suscite un engouement de millions d'utilisateurs. Un récent article publié par Business Insider a toutefois soulevé des inquiétudes quant au fait de s'approprier ainsi des images sans égard aux droits d'auteurs. C'est encore plus facile de s'y perdre si on pige ses images sur un site qui les a lui-même publiées sans permission. Pourquoi devrait-on se soucier de cela? Eh bien le travail des photographes n'est pas gratuit. Ni celui desdesigners graphiques et desemployés d'entreprises de licences d'images. De leur côté, les marques ont maintenant le choix d'ajouter un code «No pin» ou un bouton «Pin it» à leur site, selon qu'elles veulent décourager ou encourager l'«épinglage» sur Pinterest.

Mais la responsabilité de respecter les droits d'auteur repose au final entre les mains de l'utilisateur de Pinterest (faites défiler les Conditions pour lire attentivement les sections sur les liens, l'avis d'exonération et la limitationde la responsabilité, soit Third-party links, Sites and Services, Disclaimers et Limitations of Liability). En bref : Pinterest se dégage de toute responsabilité, ce qui veut dire que vous pourriez écoper d'éventuels troubles judiciaires. Lorsque vous avez la permission d'épingler une image, inscrivez-en le crédit et les modalités de droits d'auteur. Oui, chaque fois.

Pourquoi nous parlons-vous de ces questions pour le moins préoccupantes? Tout simplement parce que notre agence s'efforce de tout faire dans les règles, et que nous vouonsun respect absolu à la vie privée et aux droits d'auteur. Trop souvent, les marques lésinent sur les médias sociaux parce qu'elles pensent qu'ils se résument à publier quelques mots de temps à autre. Elles doivent comprendre qu'avoir une page Facebook et un public sur Twitter ne rend personne expert en médias sociaux. C'est l'expertise qui importe.

 

Suivre All Beef Media sur Twitter: www.twitter.com/allbeefmedia

Suivre Le HuffPost Québec