LES BLOGUES

D'un monde à l'autre

01/03/2014 09:29 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

Dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois, le public était invité à découvrir quatre nouvelles séries web d'ici lors de la grande fête des webséries du Fonds indépendant de production, le 27 février, au Bistro SAQ de la Cinémathèque québécoise. Coup d'œil sur une vague de nouveaux talents qui nous emportent dans des univers bien différents.

Choisies parmi 157 propositions anglophones et francophones, 14 productions ont eu la chance de recevoir un total de 1,6 million $ en financement de la part du Fonds indépendant de production l'an dernier. Ce jeudi, on assiste enfin aux résultats des efforts des lauréats et on découvre quatre nouvelles webséries francophones, soit Agent secret, Amour Amour, J'aime pas, et Camille raconte.

Agent secret: Action et absurde

Disponible dès avril sur le site web de ZTélé, Agent secret nous emporte dans un monde un peu farfelu où Patrick Hivon incarne Tom, un agent secret à la sauce James Bond qui doit arracher sa collègue (Magalie Lépine-Blondeau) des mains d'un vilain tordu... qui se trouve également à être son père (Julien Poulin). Au fil des huit épisodes de la série, écrite et réalisée par Julien Hurteau et Simon Lacroix, on découvre les combats de Tom contre une fillette psychopathe et des méchants tout aussi machiavéliques que maladroits qui font osciller Agent secret entre le blockbuster aux effets spéciaux spectaculaires et la parodie humoristique. Une série visuellement léchée et particulièrement prenante qui nous laisse suspendus au bout de notre chaise, le sourire aux lèvres.

Amour Amour: Les montagnes russes du coeur

À l'occasion de la Saint-Valentin, le 14 février dernier, on a pu découvrir Amour Amour, une websérie dramatique aux pointes d'humour écrite par Colin Boudrias-Fournier et Emma Berthou et réalisée par Francis Martineau. On y découvre les difficultés d'Alexandra et de Pierre-Olivier (Fanny Migneault-Lecavalier et Emmanuel Schwartz), des amants de longue date qui mettent fin à leur relation au moment même où leur groupe rock commence à avoir du succès, et qui doivent apprendre à naviguer entre leur popularité et leurs blessures. Les huit épisodes de la série, qu'on peut trouver sur Envedette.ca ou sur Kebweb.tv, se révèlent souvent bouleversants dans leur simplicité et leur sensibilité, avec une excellente trame musicale en partie live et une facture visuelle intéressante. On reproche tout de même quelques longueurs et un humour discret qui ne réussit pas toujours à désamorcer le drame dans lequel on nous plonge.

J'aime pas: Irritants au quotidien

Présentée sur le site iKweb.tv à partir du 27 février, la série de Louis-David Jutras (auteur et créateur) et de Jean-François Lavallière (réalisateur) met en vedette Pierre-Antoine Lasnier et Jacinthe Parenteau dans le rôle de Stéphanie et de Martin, un couple de trentenaires ordinaires qui nous racontent ce qu'ils n'aiment pas de leur quotidien. Chaque épisode d'environ deux minutes trente, constitué d'une foule de situations désagréables d'une trentaine de secondes et axées autour d'un thème, nous offre une rafale de blagues et de malaises auxquels il est impossible de ne pas s'associer et qui nous permettent de rire haut et fort de nos tracas de tous les jours. Un concept simplissime, mais diablement efficace, qui s'annonce être un beau succès.

Camille raconte: La vérité sort de la bouche des enfants

Dans les 12 épisodes d'une minute de la série d'animation Camille raconte, en ligne en mars sur la page Facebook du même nom, Juliane Belleau prête sa voix à Camille, une fillette de six ans qui nous raconte ce qu'elle a compris des films cultes comme L'exorciste, Titanic ou J'ai tué ma mère. Pour ce faire, l'auteur et réalisateur Vincent Éthier a eu un coup de génie en illustrant ses capsules à l'aide de dessins enfantins au crayon de cire aussi naïfs que révélateurs! Il en résulte une série drôle et légère, assez mignonne pour nous tirer des «Aaaaaah» attendris, mais juste assez tordue pour divertir ceux pour qui la naïveté des enfants ne suffit pas à émouvoir. On pense un peu à Mère indigne, mais du point de vue d'un enfant.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Rendez-vous du cinéma

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


class="twitter-follow-button" data-show-count="false"

data-lang="fr">Suivre @HuffPostQuebec


href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/01/10/connexion-creation-compte-huffington-post_n_4575120.html"

target="_hplink">Comment connecter son compte HuffPost à Facebook

pour pouvoir commenter?