Huffpost Canada Quebec qc
LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Agathe Tupula Headshot

6 mythes au sujet du bilinguisme

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Plusieurs circonstances peuvent amener un enfant en bas âge à être exposé à plus d'une langue. Il arrive que chacun des parents soit plus à l'aise de communiquer dans une langue différente, le plus souvent dans sa langue maternelle. Dans d'autres contextes, une langue est parlée à la maison, alors qu'une autre est utilisée à la garderie ou à l'école. Également, il y a les cas où des membres de la famille éloignée parlent une autre langue, et les parents choisissent d'exposer leur enfant à cette langue pour que celui-ci puisse communiquer avec les membres de sa famille. Un enfant est qualifié de bilingue lorsqu'il est exposé à deux langues sur une base régulière, cette définition élargie incluant les enfants qui apprennent deux langues avant l'âge de 3 ans, souvent depuis la naissance (bilinguisme simultané) aussi bien que ceux qui sont exposés à une seule langue depuis la naissance et qui apprennent une langue seconde après la mise en place de la langue maternelle, après l'âge de 3 ans ½ ou 4 ans (bilinguisme séquentiel).

Est-ce que le fait d'exposer un enfant à plus d'une langue peut entraîner un retard de langage ou de la confusion? Devrait-on parler seulement le français à la maison pour ne pas mélanger l'enfant et faciliter les apprentissages scolaires? Voilà des questions pertinentes qui me sont souvent posées par les parents de mes jeunes patients. Nous nous attaquons à 6 de ces nombreux mythes sur le bilinguisme, toujours d'actualité et soulevés par les parents et les intervenants en garderie ou en milieu scolaire.

  1. Si un enfant a un trouble du langage, il faut arrêter de lui parler la langue familiale. FAUX. Rien ne prouve qu'un trouble de langage s'aggrave si votre enfant est exposé aux deux langues. Néanmoins, il aura les mêmes difficultés de langage dans les deux langues. Les résultats de plusieurs études tendent à démontrer qu'il faut encourager l'apprentissage d'une 2e langue chez les jeunes enfants ayant un trouble du langage et faciliter la communication de l'enfant dans sa langue d'origine, parlée avec les membres de sa famille.
  2. Les enfants bilingues commencent à parler plus tard. FAUX. Ils apprennent à parler au même rythme que les autres enfants. L'acquisition du vocabulaire dans chacune des langues accuse parfois un léger retard; un enfant bilingue a souvent moins de vocabulaire dans chacune de ses langues séparément lorsque comparé à un enfant monolingue, mais lorsque nous prenons en considération le vocabulaire de ses deux langues, celui-ci est généralement plus étendu que le vocabulaire d'un enfant exposé à une seule langue.
  3. Un vrai bilingue ne mélange jamais ses langues. FAUX. Les personnes bilingues vont parfois passer d'une langue à l'autre dans une phrase ou une conversation, ce qui est parfaitement normal et ne traduit pas un retard de langage. Tous les bilingues le font, même les adultes. Ce phénomène appelé « code-switching » ou « code-mixing » survient lorsque l'individu a plus facilement accès à certains mots ou concepts dans l'une ou l'autre de ses langues. Ainsi, lorsqu'un individu mélange deux langues, il n'est pas confus ou en retard; il utilise simplement toutes les ressources langagières dont il dispose pour exprimer sa pensée!
  4. Il faut être doué pour apprendre deux langues en même temps. Le bilinguisme est une exception, la norme est le monolinguisme. FAUX. Partout dans le monde, des enfants apprennent à parler deux langues sans problème. Mondialement, la plupart des gens parlent plus d'une langue et de nos jours, le bilinguisme est pratiquement essentiel.
  5. Chaque parent ne doit parler qu'une seule langue à son enfant pour ne pas engendrer de confusion. FAUX. Il n'est pas nécessaire qu'un parent parle toujours la même langue avec l'enfant afin que ce dernier intègre bien ses deux langues, mais c'est une façon simple de s'assurer que l'enfant est exposé suffisamment à chacune de ses langues, de façon à bien les maîtriser. Il existe d'autres stratégies pour favoriser le bilinguisme chez un enfant : un endroit, une langue (ex : une langue est parlée à la maison, et l'autre à la garderie ou à l'école) ou une activité, une langue (ex : une langue est parlée à l'heure du bain, une autre à l'heure du souper).
  6. Les enfants sont comme des éponges et peuvent devenir bilingues sans effort. FAUX. Il est vrai qu'il est plus facile d'apprendre une langue en bas âge. Tous les nourrissons ont l'incroyable capacité d'apprendre plusieurs langues. Leur cerveau, programmé de façon à pouvoir prononcer les sons de toutes les langues du monde, emmagasine les sons qu'ils entendent puis, au fil des mois, ils chercheront à les imiter. En grandissant, les enfants perdent cette merveilleuse capacité d'apprentissage de plusieurs langues, graduellement entre 6 et 12 mois, puis plus rapidement après l'âge de trois ans. Toutefois, le bilinguisme ne se produit pas par osmose! Le simple fait de regarder la télévision en anglais ne permettra pas à votre enfant de s'exprimer couramment dans cette langue. Il est essentiel de multiplier les contacts avec chaque langue de façon à fournir un bain de langage suffisant dans les deux langues. L'apprentissage d'une 2e langue nécessite une exposition répétée et fréquente, en plus d'avoir l'occasion de parler et d'interagir dans cette langue.

Pour conclure, je vous laisse sur cette citation de Ludwig Wittgenstein: «Les limites de ma langue sont les limites de mon monde.»

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Les 25 langues les plus parlées à la maison par les immigrants au Canada
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?