Adrien Pouliot

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Adrien Pouliot
 

Rapport du vérificateur général: «Read My Lips»

Publication: 20/02/2014 00:31

Le rapport du vérificateur général du Québec sur les prévisions économiques du gouvernement Marois laisse songeur.

D'abord, on sent que Michel Samson n'a pas eu toute la collaboration voulue du ministère, ce qui l'empêche d'ailleurs de conclure sur l'efficacité et la rigueur de la mise à jour économique de 2013. Ce genre de «tiraillage» ne serait pas toléré dans l'entreprise privée.

Ce qui étonne aussi, c'est le niveau de risque utilisé par le ministre dans la préparation de sa mise-à-jour.

Ainsi, deux tiers des prévisions économiques globales sur lesquelles le ministre s'est fondé sont plus optimistes que celles utilisées par le privé. L'explication des coussins de prudence est inexistante. Les risques aux prévisions des sociétés d'État sont dissimulés. Ainsi M. Marceau a inventé des augmentations de profits de 18% pour Hydro-Québec de 2015 à 2018, la société d'État ayant refusé de fournir de telles prévisions.

La prévision relative à l'impôt des sociétés comporte un niveau d'incertitude important au point où le VG refuse de se prononcer sur la raisonnabilité des prévisions du ministre Marceau à ce sujet.

Les prévisions d'une autre source de revenus importante, la péréquation, sont dans le champ de 548 millions de dollars pour 2014-2015, ce qui entraînera également un écart dans la prévision effectuée pour l'année 2015-2016.

Quant aux dépenses, elles ont été établies sans tenir compte des besoins exprimés sur le terrain, que Nicolas Marceau a refusé de montrer au vérificateur général... Ainsi, l'information disponible ne permet pas au VG d'apprécier l'importance des actions qui devront être posées pour réduire la croissance de l'ensemble des dépenses. Les dépenses consolidées passeront de 83,4 milliards de dollars en 2013-2014 à 90,9 milliards en 2017-2018. Cette hausse des dépenses correspond à une croissance annuelle moyenne de 2,4 %. Le taux de croissance prévu pour les cinq prochaines années est beaucoup plus faible que le taux de croissance moyen des années 2006-2007 à 2012-2013 qui s'élève à 4,6 %. Bien que Michel Samson ait été limité dans ses travaux, il conclut que les prévisions de dépenses consolidées sont raisonnables pour 2013-2014, mais «ambitieuses» pour les deux années suivantes. En conséquence, dit-il, le respect des prévisions pour 2014-2015 et 2015-2016 nécessitera des efforts considérables et un suivi rigoureux.

Et n'oublions pas les fameux «écarts à résorber», une impasse annuelle d'au moins 400 millions de dollars à compter de l'année 2014-2015 et jusqu'en 2017-2018. Pour 2015-2016, année du retour prévu à l'équilibre budgétaire, il s'agit de 600 millions additionnels aux 400 millions qui devront être résorbés de façon ponctuelle, pour un total d'un milliard de dollars. Le Point est cependant muet quant aux mesures envisagées pour résorber ces écarts. D'ailleurs, un appel logé au ministère l'an dernier m'a permis de constater que ce mutisme voulait dire que M. Marceau et son apparatchik n'avaient alors pas la moindre idée comment y arriver.

Par ailleurs, dans Le Point de novembre 2013, le gouvernement a annoncé qu'à compter de l'année 2014-2015, aucune taxe ni impôt additionnel ne sera alloué au Fonds pour le financement des établissements de santé et de services sociaux (FINESSS) pour financer des dépenses de 430 millions de dollars. En conséquence, il a réduit les dépenses de ce Fonds de ce montant. Toutefois, cette impasse demeure toujours bien présente puisque le gouvernement n'a pas déterminé de quelle façon il réduira de 430 millions de dollars les dépenses destinées au secteur de la santé. Attendons donc ce que M. Marceau aura à dire là-dessus lors du budget 2014-2015.

Ma conclusion? Read my lips. Il y aura augmentation du fardeau fiscal des contribuables si le Parti québécois remporte une majorité aux prochaines élections... ou même si les libéraux étaient portés au pouvoir (après tout, ceux-ci l'ont augmenté de 4 milliards $ dans les trois derniers budgets de Raymond Bachand!). Espérons qu'une telle majorité ne donnera pas le culot à Mme Marois de l'appliquer rétroactivement comme elle a tenté de le faire avec son gouvernement minoritaire en 2012.


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Les 15 pays les mieux notés par les agences S&P, Fitch et Moody's

    Seuls 11 pays font partie du cercle très fermé des "triple A" accordé par les trois principales agences (S&P, Fitch et Moody's). Et chez Standard & Poor's, quatre autres affichent une note AA+.

  • L'Allemagne

    Assortie d'une perspective stable, l'Allemagne reste la valeur sûre en Europe.

  • La Finlande

    Le Parlement finlandais, à Helsinki. La Finlande a mis près de 10 ans à retrouver son triple A, perdu au début des années 90.

  • Le Luxembourg

    La note du paradis financier a gardé son triple A mais assorti d'une perspective négative.

  • Les Pays-Bas

    La perspective du triple A des Pays-Bas fait partie, avec la Finlande et le Luxembourg, des trois pays à être assortis d'une note négative.

  • L'Australie

    À contresens de la tendance générale, l'Australie a obtenu son triple A en novembre dernier de la part de Moody's.

  • Le Canada

    Malgré la proximité et la dépendance commerciale vis-à-vis des Etats-Unis, le Canada a su conserver sa note maximale.

  • Le Danemark

    Le Danemark a retrouvé en 2001 son triple A, perdu dans les années 90.

  • La Norvège

    Avec la Finlande, la Suède et le Danemark, la Norvège complète le tableau des bons élèves scandinaves.

  • Singapour

    Singapour est le seul pays d'Asie à détenir la note maximale.

  • La Suède

    La Suède a retrouvé son triple A en 2004, perdu dans les années 90.

  • La Suisse

    La Suisse continue de bénéficier d'une perspective stable.

  • Le Royaume-Uni

    Le Royaume-Uni est noté AAA par S&P.

  • Les Etats-Unis tombés à AA+

    La première puissance économique du monde a vu sa note abaissée par S&P an oût 2011 en raison de son très fort niveau d'endettement. Les États-Unis étaient notés AAA par S&P depuis la création de cette agence en 1941.

  • La Nouvelle-Zélande

    L'île réputée pour ses paysages et son équipe de rugby est notée AA+ par S&P.

  • Le Chili remonte à AA+

    Le Chili est le pays le mieux noté d'Amérique Latine.

  • L'Autriche

    Chez Standard & Poor's, l'Autriche a perdu son triple A en même temps que la France, début 2012. Elle n'a toutefois pas perdu sa note AA+ ni ses triple A chez Fitch et Moody's.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?
 

Suivre Adrien Pouliot sur Twitter: www.twitter.com/@APouliotPCQ

Suivre Le HuffPost Québec