LES BLOGUES

Loto-Censure

10/06/2016 10:04 EDT | Actualisé 11/06/2017 05:12 EDT

L'État n'aime pas la concurrence, c'est bien connu. SAQ, Hydro-Québec, SAAQ, CSST, les hôpitaux, ces monopoles survivent malgré leur piètre qualité et mauvaise gestion des coûts grâce au monopole législatif dont ils bénéficient, lequel bloque la concurrence et emprisonne le consommateur dans la cage à homards étatique.

Il en est de même pour Loto-Québec. Le gouvernement Couillard vient d'adopter un projet de loi qui oblige les fournisseurs de services Internet québécois à bloquer l'accès à un site de jeu d'argent en ligne dont l'exploitation n'est pas autorisée par une loi du Québec. Comme par hasard, un seul site est légal, celui que Loto-Québec a baptisé Espace Jeux. Cela signifie que pour se conformer à cette éventuelle mesure, plus de 2 200 sites devront être bloqués. Bien que le ministre Leitão invoque des raisons de santé publique et de protection du consommateur, il est clair qu'on veut surtout sauver Loto-Québec qui est incapable de faire face à la concurrence.

Le projet de loi risque de ne pas passer la barre constitutionnelle puisqu'il réglemente les télécommunications, un domaine de juridiction fédérale. La loi pourrait aussi tomber parce que violant le droit à la libre expression. Enfin, les autochtones pourraient attaquer la loi comme allant à l'encontre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones puisqu'elle nuirait à leur développement économique.

Le rapport du groupe de travail sur le jeu en ligne, présidé par Louise Nadeau, avait pourtant affirmé que la meilleure solution pour contrer le jeu en ligne (en assumant qu'il s'agisse d'un objectif louable, ce dont je doute) était de créer un système de licences qui donnerait la permission à plusieurs opérateurs privés d'offrir des jeux en ligne aux Québécois. Cette stratégie est d'ailleurs en voie de devenir la meilleure pratique au niveau international pour arriver à cette fin. C'est le modèle adopté en France, au Royaume-Uni, en Italie, au Danemark, en Australie et dans trois États américains (Nevada, Delaware et New-Jersey).

Ainsi, Jenny Williams, commissaire et directrice générale de la Gambling Commission du Royaume-Uni, rappelle qu'au cœur de la philosophie britannique se trouve l'idée que le consommateur est mieux servi dans un marché libre et ouvert qui permet l'innovation par la compétition entre les entrepreneurs.

L'industrie privée est mieux placée pour reconnaître, évaluer et développer les activités de jeu et ils sont en bien meilleure position que de la morne haute fonction publique pour offrir un produit diversifié, innovateur et à l'avant-garde de ce que les consommateurs désirent.

Par exemple, en Grande-Bretagne, on a sous-traité à Camelot Group l'exploitation des jeux de loterie au Royaume-Uni en vertu d'une licence d'exploitation valable jusqu'au 31 janvier 2019, licence qui pourrait faire l'objet d'une prolongation de 5 ans. La performance financière de Camelot est impressionnante: les revenus et profits sont en hausse pour chacune des cinq dernières années... on ne peut pas en dire autant de notre société d'État!

L'objectif du gouvernement du Québec est de bloquer les sites concurrentiels à Loto-Québec et tous les faire passer par Espace Jeux, de façon à préserver le monopole de Loto-Québec. C'est une solution irréaliste. Les jeux en ligne sont offerts en réseaux qui transgressent les frontières, toutes les frontières. Dans un tel contexte, l'idée qu'un État tente de contrer le jeu en ligne est caduque. Mieux vaudrait démanteler Loto-Québec, octroyer des licences de durée limitée aux opérateurs qui seraient surveillés par la Régie des alcools, des courses et des jeux et générer des revenus pour l'État (avec les droits de licence et en récoltant un pourcentage des revenus des opérateurs) pour compenser les revenus de dividendes versés par Loto-Québec. On se départirait d'une société d'État boiteuse pour créer une nouvelle industrie innovatrice du jeu québécoise, productive et à l'écoute des consommateurs.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • Les échecs
    Gemini-Create via Getty Images
    C'est l'exemple le plus célèbre. En 1996, DeepBlue, le logiciel conçu par IBM, bat Garry Kasparov, le champion du monde de l'époque. Les échecs étant un jeu relativement complexe, DeepBlue fonctionne sur un algorithme établissant à la fois l'état actuel du match et quel est le coup le plus rentable à jouer, en calculant par rapport à la valeur de chaque pièce et à leur position sur le plateau. Si depuis, les logiciels d'échecs ont dépassé de loin le niveau des joueurs humains, la victoire de cet ordinateur serait en réalité due à un bug informatique entraînant un sacrifice d'un pion que le joueur humain n'a pas compris et qui aurait déstabilisé Kasparov.
  • Les dames
    Lite Productions via Getty Images
    Le champion du monde de Dames a été battu par un programme, Chinook, en 1995, une victoire à zéro sur 32 parties. Depuis, Chinook a fait des progrès et en 2007, ses concepteurs ont réussi à résoudre entièrement le jeu de Dames. L'algorithme a réussi à obtenir une solution complète du jeu, mathématiquement: si les deux joueurs jouent parfaitement, la partie sera nécessairement nulle.
  • Puissance 4
    jeff_golden/Flickr
    En 1988, le jeu est entièrement résolu, c'est-à-dire que toutes les possibilités sont calculées par l'algorithme. Les chercheurs James Allen et Victor Allis ont réussi à prédire mathématiquement la partie parfaite. Pour gagner, il suffit alors d'être le premier à jouer et ne faire aucune erreur.
  • Awalé
    DOELAN Yann via Getty Images
    L'awalé est un jeu créé en Afrique où les joueurs doivent déplacer des jetons dans 12 récipients, l'un après l'autre, dans le but de capturer les pions adverses. En 2002, des chercheurs néerlandais ont réussi à résoudre le jeu en calculant les quelques 889 milliards de positions possibles, ce qui a pris plus de 51 heures de calcul à l'algorithme.
  • Othello
    tomotomo3858 via Getty Images
    Dans ce jeu, le but est de retourner les pions adverses en les encerclant. En 1997, quelques mois après la victoire de DeepBlue sur Kasparov, le logiciel Logistello bat le champion du monde d'Othello, Takeshi Murakami. Depuis, comme pour les échecs, les programmes ont évolué et battent facilement les humains, mais l'intelligence artificielle n'a toujours pas réussi à "résoudre" parfaitement ce jeu.
  • Jeopardy
    Paul Huson
    En 2011, IBM a de nouveau frappé un grand coup. Son superordinateur Watson a réussi à battre deux champions du jeu télévisé américain Jeopardy. Si ce jeu n'est pas un jeu de réflexion mais plutôt de culture générale, comme Question pour un champion (sauf qu'ici, les participants doivent deviner les questions à partir des réponses), les techniques utilisées sont les mêmes. Pour gagner, Watson a utilisé de puissants algorithmes capables de comprendre les phrases du présentateur et de trouver une réponse dans les bases de données disponibles sur le web, tout en s'étant entraîné des heures avant le match final.
  • Le poker
    Duncan Nicholls and Simon Webb via Getty Images
    Le Poker est un peu particulier. En 2015, des chercheurs ont créé un programme qui est presque sûr de gagner chaque partie de poker. Mais pas n'importe lequel: le "Texas Hold'Em limit" à deux joueurs. A l'instar du jeu de Go, le programme apprend de chaque partie jouée et affine sa stratégie. Pour le no-limit à plusieurs joueurs (la version du Poker la plus jouée), on est encore très loin d'une intelligence artificielle capable de vaincre les meilleurs joueurs du monde. Les possibilités sont tellement énormes (comment analyser une relance de 10, 100 ou 10.000 dollars?) qu'il est difficile pour un ordinateur de maîtriser ce jeu. Pour l'instant.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter