POLITIQUE
14/02/2018 16:00 EST | Actualisé 14/02/2018 20:38 EST

Montréal: Valérie Plante et sa vision d’une ville ludique

La mairesse souhaite que les rues de Montréal soient remplies de jeux.

Olivier Robichaud

La mairesse de Montréal a donné un aperçu de sa vision pour la Ville devant une foule d'enfants réunis dans une bibliothèque de La Petite-Patrie. Elle souhaite que les rues de la métropole soient remplies d'animations, d'art publique et d'espaces ludiques pour permettre aux enfants de jouer partout en ville.

«Vous savez, je caresse un rêve. Je suis mairesse, mais je suis aussi maman et j'aime ça jouer dans la neige. J'aimerais que la ville soit plus comme un jeu. Toute la ville, pas juste les parcs», a-t-elle affirmé devant un groupe de sixième année réuni dans le cadre d'une annonce sur la Politique de l'enfant.

Aménager des aires de jeu

Selon Mme Plante et le maire de l'arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, François Croteau, ce rêve pourra se concrétiser de plusieurs façons. Déjà, le gouvernement du Québec a permis aux municipalités de lever l'interdiction de jouer au hockey dans la rue. La Ville souhaite trouver des façons d'encourager ce genre de pratique tout ayant des aménagements adéquats et des panneaux de signalisation pour rendre le tout sécuritaire.

L'administration Plante souhaite aussi ajouter des installations physiques sur les trajets menant aux écoles de quartier.

«Comment peut-on faire pour que le banc devienne un jeu? Comment faire en sorte pour que la traversée devienne un jeu? C'est la manière dont on aménage l'espace public», affirme M. Croteau.

L'administration espère ainsi, entre autres choses, augmenter la proportion d'enfants qui se rendent à l'école à pied. Actuellement, c'est le cas pour seulement 30% des écoliers.

M. Croteau souligne que, déjà, son arrondissement a permis l'installation d'une «patinoire» extérieure d'improvisation, tout près de la bibliothèque Marc-Favreau.

2,1 M$ pour les enfants

Mme Plante et M. Croteau ont fait ces commentaires dans le cadre d'une annonce d'une bonification de l'enveloppe dédiée annuellement à la Politique de l'enfant. Le budget du programme passe ainsi de 1,5 M$ à 2,1 M$.

Le programme sera aussi étendu aux cinq arrondissements qui n'y avaient pas encore accès, soit Rosemont-La Petite-Patrie, le Plateau-Mont-Royal, Anjou, Outremont et L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève.

«Tous miseront sur des projets favorisant l'épanouissement des jeunes Montréalais et de leur famille, dans un esprit de collaboration et de concertation avec les partenaires locaux qui œuvre auprès de la clientèle jeunesse», affirme Mme Plante.

Les sommes seront distribuées selon certains critères, soit la population de moins de 18 ans d'un arrondissement, le nombre de familles monoparentales, la taille de la population à faibles revenus, la taille de la population immigrante et le nombre de parents sans diplôme.