BIEN-ÊTRE
14/02/2018 16:30 EST | Actualisé 14/02/2018 16:30 EST

Le sexe en voiture aurait la cote auprès des Canadiens, selon une étude

Une question de génération?

Kris Timken via Getty Images

Difficile de résister à un moment coquin en voiture?

Vous ne seriez pas les seuls, trois Canadiens sur quatre admettent avoir eu des relations intimes dans un véhicule, révèle un sondage d'autoHEBDO.net.

Seulement 74% affirment toutefois avoir le désir de réitérer l'expérience.

« Malgré l'influence considérable de la technologie dans la culture de la séduction, le véhicule demeure un lieu de prédilection pour les ébats amoureux, et ce, depuis plusieurs générations », a expliqué Nicole McCance, psychologue et experte en relations, dans un communiqué.

Les baby-boomers semblent être plus expérimentés en la matière et sont 79 pour cent à avoir affirmé pratiqué ce type d'activité, les milléniaux suivent de près avec 65 pour cent de réponses affirmatives.

« Une majorité de Canadiens qualifie cette activité amoureuse d'amusante et d'excitante ou de coquine et d'osée. La population canadienne expose rarement cette facette de son quotidien », a expliqué Nicole McCance.

L'étude indique que le sentiment de « risque » constitue un des facteurs principaux. Près de la moitié des milléniaux estime que le risque est affriolant.

Pour se mettre dans l'ambiance, les Canadiens semblent préférer les véhicules de luxe confortables et attrayants aux puissantes voitures de sport. Près du tiers des Canadiens estime qu'un véhicule de plus grande taille, comme un VUS, convient davantage pour passer un moment intime. En revanche, les voitures hybrides/électriques plus écologiques (11 pour cent) et les motocyclettes (10 pour cent) semblent moins adaptées pour attiser la flamme.

Il n'y a pas que l'automobile qui ait la cote pour les ébats amoureux. Le deuxième endroit le plus populaire n'est nul autre que le garage (17 pour cent), suivi des stationnements intérieurs (12 pour cent).

Le sondage a été réalisé en ligne du 24 au 25 janvier 2018 auprès d'un échantillon de 1512 Canadiens, choisis au hasard parmi les panélistes du forum Angus Reid. La marge d'erreur est de +/- 2,5 %, 19 fois sur 20.

À voir aussi: