NOUVELLES
07/02/2018 16:52 EST | Actualisé 07/02/2018 16:52 EST

La toile s'enflamme contre la fermeture de la voie Camillien-Houde sur le mont Royal

Certains se plaignent de la perte d'un trajet beaucoup plus agréable que les rues congestionnées et polluées du centre-ville et du Plateau.

Olivier Robichaud

Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, s'est attiré les foudres de nombreux internautes depuis mardi, lorsqu'il a annoncé la fermeture de la voie Camillien-Houde aux automobilistes de transit. L'opposition dénonce un geste «idéologique» pris en l'absence de consultations.

Mercredi, les commentaires ont continué à fuser plus de 24 heures après l'annonce. Certains internautes ont cru que l'accès au cimetière Notre-Dame-des-Neiges sera compromis, même si le stationnement situé en face, près du lac aux Castors, demeurera accessible.

D'autres se plaignent de la perte d'un trajet beaucoup plus agréable que les rues congestionnées et polluées du centre-ville et du Plateau.

Ou encore, ils déplorent l'accès plus difficile au sommet de la montagne, notamment pour les personnes à mobilité réduite.

La décision a tout de même été saluée par des organismes comme Vélo-Québec.

Une décision idéologique, peste l'opposition

Sur les ondes du 98,5 FM, Luc Ferrandez a admis que la décision n'a pas été prise uniquement par mesure de sécurité, mais également pour forcer une réduction du nombre de voitures qui circulent au centre-ville de Montréal.

«On a un réseau qui est complètement congestionné. S'il y a un feu de circulation qui ne fonctionne pas au coin de Lacordaire et Henri-Bourassa, ça bloque dans l'ouest de l'île. [...] La seule solution c'est qu'il y ait une réduction de la circulation. Avec 10 à 15% moins de voitures qui se rendent au centre-ville, là on va peut-être commencer à avoir un peu d'oxygène», dit-il.

M. Ferrandez compare les automobilistes aux fumeurs: plus on leur imposera des restrictions, plus ils seront portés à abandonner leurs voitures.

Selon M. Ferrandez, la Ville aurait pu allonger le muret de béton sur l'ensemble de la voie Camillien-Houde et du chemin Remembrance si elle s'occupait uniquement des questions de sécurité. Ce geste aurait évité le virage en U illégal qui a coûté la vie à Clément Ouimet.

Lionel Perez, chef d'Ensemble Montréal, estime que l'administration Plante utilise le décès de M. Ouimet comme prétexte pour mettre en place une mesure idéologique.

«La façon dont la décision a été prise est amateure et cavalière. Il n'y a pas eu de concertation avec l'organisme Les Amis de la montagne ni avec groupe de travail mis en place après le décès du cycliste. La sécurité, ce n'est qu'un prétexte pour réduire le nombre de véhicules sur le chemin Camillien-Houde», lance-t-il.

M. Perez souligne d'ailleurs que les problèmes de sécurité pour les cyclistes ne seront que détournés sur l'avenue des Pins, le chemin de la Côte-Sainte-Catherine et les autres artères qui bordent le mont Royal.

Une porte-parole des Amis de la montagne confirme que le plan de fermeture ne leur a pas été communiqué.

Le comité de travail sur la voie Camillien-Houde ne s'est pas non plus réuni depuis l'arrivée au pouvoir de l'administration Plante. Une première réunion devait avoir lieu mercredi, mais M. Ferrandez l'a annulée pour cause de maladie.