DIVERTISSEMENT
05/02/2018 14:01 EST | Actualisé 06/02/2018 11:17 EST

Le Trident conteste une amende pour avoir laissé une comédienne fumer une fausse cigarette sur scène

Le théâtre de Québec a reçu une contravention de 682$ en novembre dernier.

Getty Images/iStockphoto

Le Théâtre du Trident conteste l'amende de 682$ reçue en novembre dernier parce qu'une comédienne a fumé une fausse cigarette sur scène, confirme au HuffPost Québec son codirecteur général et directeur administratif, Marc-Antoine Malo.

L'auteure de la pièce «Le Cas Joé Ferguson», Isabelle Hubert, souhaitait ainsi montrer l'anxiété du personnage.

L'utilisation d'une fausse cigarette, sans nicotine et contenant de la sauge, est pratique commune pour le théâtre. M. Malo, racontait à La Presse canadienne en novembre que la pratique se produisait «au moins deux, trois fois par saison», mais qu'il s'agissait de la première fois qu'une plainte se rendait au ministère de la Santé.

«Le Trident ne peut pas laisser passer cette amende, nous devons tenter d'ouvrir la discussion, nous sommes convaincus qu'il existe un terrain d'entente. On doit se rappeler que même une cigarette à vapeur d'eau nous impose une amende», a-t-il justifié lundi dans un échange de courriels.

Les autres théâtres de la capitale, qui présentent des pièces où sont utilisées des fausses cigarettes, ont décidé de présenter un message enregistré avant la pièce pour avertir le public de leur utilisation, en lien avec l'amende reçue par le Trident.

Au théâtre La Bordée, le directeur artistique Michel Nadeau explique que la pièce Mme G. ne pourrait tout simplement pas être jouée réalistement sans fausse cigarette. «Cette pièce est inspirée d'une tenancière de bar clandestin de Montcalm qui fumait quatre à cinq paquets de cigarettes par jour. On voulait illustrer la vraie vie du personnage», a-t-il argué, soulignant n'avoir jamais reçu de plainte ou de constat d'infraction à ce sujet.