BIEN-ÊTRE
25/01/2018 16:46 EST | Actualisé 26/01/2018 16:04 EST

Quand monsieur s'épile le bikini au laser

Et ce n'est pas qu'une question de phobie des poils.

gremlin

Longtemps, les hommes ont laissé la coquetterie à la gent féminine. Mais à l'ère où ils passent autant de temps devant le miroir qu'elles, les voilà qu'ils se convertissent tranquillement à l'épilation définitive, optant même dans certains cas pour un défrichage du bikini intégral.

Si la pratique demeure relativement marginale et récente, les esthéticiennes affirment voir de plus en plus de messieurs franchir la porte de leurs cliniques pour leur demander - timidement - d'aller plus loin qu'une épilation à la cire et d'épiler au laser ou à la lumière pulsée la région entourant leur verge ou l'espace interfessier.

Les professionnelles interrogées par le HuffPost Québec admettent que ce type de service intéresse en majorité une clientèle gaie, mais que de plus en plus d'hommes hétérosexuels passeraient leurs bikinis ou leurs postérieurs sous le laser.

Ümit Büyüköz

"Ce n'est pas nécessairement une question de phobie des poils. Certains ont une pilosité problématique qui crée des boutons ou des poils incarnés, alors pour s'en débarrasser, ils préfèrent tout enlever au laser", explique la propriétaire de la Clinique Skins à Montréal spécialisée en soins médico-esthétiques, Eve Hudon

La gêne d'exposer ses attributs masculins devant une esthéticienne en freinerait plus d'un, craignant par-dessus tout une érection en plein traitement. La plupart des professionnelles qui offrent le service utilisent toutefois une technique sans contact peau à peau. Seul l'appareil touche la partie à traiter et une serviette couvre le pénis et le scrotum.

Il n'y a rien que je déteste plus que devoir prendre soin de mon poil. Genre me raser la face, ça m'enrage.Hugo Desgens

"J'étais suuuper stressé quand je suis allé la première fois, mais j'étais avec ma blonde, pis c'est un peu à cause d'elle que je fais ça. Elle ne tripe vraiment pas poils (rire) donc c'était moins pire. (...) Et la fille était vraiment professionnelle, ça a aidé", confie Mathieu*, 31 ans, qui s'est débarrassé de ses indésirables sur les fesses et dans le dos il y a plus de deux ans.

4x6 via Getty Images

Hugo Desgens, 28 ans, a lui eu la chance d'avoir deux amies qui travaillent dans le domaine de l'esthétique - et à qui il est à l'aise de dévoiler son anatomie - qui ont pu procéder à son épilation. Il admet toutefois que ce n'est pas toutes les esthéticiennes qui offrent le service et plus spécifiquement à une clientèle hétérosexuelle. L'une d'elles "accepte juste les gais parce qu'elle s'est déjà fait bander dans la face et elle n'a pas tripé."

De son côté, Hugo a éliminé indéfiniment les poils de quasi tout son corps : pectoraux, le ventre, la nuque, le visage - pour définir sa ligne de barbe - les pieds, les orteils, l'interfessier puis le bikini intégral sont passés au laser. "Pour être 100% honnête, j'avais pas mal de poils. (...) De plus, il n'y a rien que je déteste plus que devoir prendre soin de mon poil. Genre me raser la face, ça m'enrage. C'est toujours 15-20 minutes que je préférais mettre ailleurs."

Il affirme d'ailleurs que ses partenaires masculins préfèrent en général son corps imberbe à cause de son style.

Ouch?

Pas de cachette : l'épilation au laser n'est pas agréable pour personne. Pire, le poil de l'homme étant plus épais, plus profond et plus fort que celui de la femme, la douleur peut dans certains cas être plus forte.

Tout dépend bien sûr de la région traitée. Ceux qui en ont fait l'expérience dans le dos la comparent à un pincement, rappelant un élastique qui claque sur la peau. Sur le bikini ou les parois du postérieur, par contre, ça fesse! "C'est comme recevoir des balles de paintball sur les parois de l'anus", confie Hugo Desbiens.

On entend parfois des cris qui viennent de loin et d'autres qui nous disent qu'il n'y a rien là.Eve Hudon

Un refroidisseur à même plusieurs appareils de laser permettrait cependant de geler la peau avant que le laser pénètre sous l'épiderme et aiderait à calmer la douleur, selon Eve Hudon de Clinique Skins. "On entend parfois des cris qui viennent de loin et d'autres qui nous disent qu'il n'y a rien là. (...) Moi je trouve que le tatouage, c'est pire. La douleur reste. Le laser, c'est plus 'ouch' d'un coup pis ça part instantanément. (...) Ça n'a rien à voir avec le laser du début des années 2000."

La technologie à la lumière pulsée qu'emploie environ la moitié des cliniques offrant l'épilation définitive serait moins douloureuse puisque la lumière diffuse permettrait de traiter plusieurs poils à la fois, par zones, tandis que le laser (une technologie qui date un peu plus) élimine les poils un à un.

Épilation autour de l'anus, dangereuse?

Il y a toujours des risques de brûlures avec l'épilation au laser. Chaque peau réagit différemment. Il n'y aurait toutefois pas plus de danger à traiter l'espace interfessier que les autres parties du corps, selon trois esthéticiennes interrogées par le HuffPost Québec. Il est toutefois essentiel d'indiquer aux professionnels si vous prenez une médication ou appliquez des produits dans la région.

Pour s'assurer de l'efficacité et minimiser les douleurs et risques de blessures, il incombe à chacun tenté par l'épilation permanente de s'assurer de l'expérience du technicien devant soi et de s'informer sur l'appareil utilisé par la clinique. Une petite recherche Google avec le nom du fabricant et une lecture de quelques critiques sur Internet peut éviter bien des dégâts!

* : nom fictif. La personne a requis l'anonymat.

VOIR AUSSI :

10 trucs inusités pour une épilation réussie