DIVERTISSEMENT
25/01/2018 22:28 EST | Actualisé 25/01/2018 22:28 EST

La première de «Danser pour gagner» a déplacé de l’air

V s'est enorgueillie d'avoir attiré une moyenne de 514 000 téléspectateurs.

Courtoisie V

La grande première de Danser pour gagner, présentée en direct sur les ondes de V mercredi soir, a déplacé de l'air, presque autant que les danseurs de T.eenagers, QMDA, Dead Angle Crew, Marvl et les autres troupes qui nous en ont mis plein la vue lors de ce gala de lancement animé par un Olivier Dion à l'aise comme s'il avait mené ce genre de soirée toute sa vie.

V s'est enorgueillie, jeudi, d'avoir attiré une moyenne de 514 000 téléspectateurs, selon les données préliminaires de Numeris, pour ce rendez-vous qui donnait le coup d'envoi à la compétition de danse urbaine qui réchauffera notre hiver, adaptation fort réussie de America's Best Dance Crew produite par Julie Snyder.

Des participants talentueux, des chorégraphies endiablées, une ambiance survoltée, un enrobage à l'américaine fort bien rendu, du rythme, des commentaires francs des juges Kim Gingras, Laurence Nerbonne et Denis Bouchard : il y avait de tout pour rendre heureux n'importe quel amateur d'émission du genre dans ce premier jet de Danser pour gagner.

Ce fut un spectacle aussi joli que tonitruant, qui nous donnait l'impression, dans nos salons, de faire partie de la fête. De quoi nous donner envie d'y revenir à tous les mercredis, si le calibre demeure aussi élevé. Dans les prochaines semaines, quand on connaîtra davantage les différentes équipes, l'édition quotidienne nous permettra d'en apprendre un peu plus sur l'évolution de chacune d'elles. On s'attachera sans doute à ces artistes et bûcheurs acharnés aux prouesses impressionnantes, qui repoussent leurs limites à la manière de n'importe quel type d'athlète pour offrir à chaque prestation le meilleur d'eux-mêmes.

Pour TVA ou pour Radio-Canada, un tel résultat de 514 000 personnes pour le début d'une production d'aussi importante envergure, c'aurait peut-être été de mauvais augure, mais chez V – qui, rappelons-le, a déplacé le gala hebdomadaire de Danser pour gagner du jeudi au mercredi, pour ne pas devoir affronter les gros canons Face au mur et 1res fois -, on s'en réjouit.

Il faut dire qu'Occupation double Bali, à l'automne, qui n'a pas cartonné en termes de cotes d'écoute, mais a fait – et fait encore! - parler toute la cité, a bien démontré que le public peut répondre à l'appel sans nécessairement être devant son téléviseur au moment de la diffusion originale.

Sur Twitter, on a abondamment jasé de Danser pour gagner, alors que le mot-clic #danserpourgagner s'est hissé au sommet des sujets les plus discutés mercredi soir. Et sur Facebook, le numéro d'ouverture, au son de Montréal XO, de Laurence Nerbonne, a été visionné près de 30 000 fois. Comme ce fut le cas pour Occupation double, la «viralité» sur les réseaux sociaux jouera sans doute un grand rôle dans le possible succès de Danser pour gagner.

À voir également:

La première de «Danser pour gagner»

Adieu Christophe

Aux autres chaînes, District 31 et ses révélations sur la mort de Nadine ont probablement fait la joie des bonzes de Radio-Canada, rejoignant 1 299 000 fidèles. Juste après, L'épicerie, Les enfants de la télé et Cheval-Serpentont respectivement intéressé 584 000, 739 000 et 662 000 irréductibles.

À TVA, Refuge animal a touché 651 000 amoureux(ses) des bêtes, et l'immortelle Poule aux œufs d'or a retenu 890 000 adeptes. Le déchirant décès de Christophe (Robert Lalonde) dans Au secours de Béatrice, a sûrement fait verser une ou plusieurs larmes aux 690 000 habitués qui ont syntonisé la série, tandis que Prémonitions, avec ses 318 000 abonnés, souffre probablement d'avoir déjà été diffusée sur addikTV, à l'automne 2016.