POLITIQUE
11/01/2018 17:23 EST | Actualisé 11/01/2018 17:37 EST

Budget 2018 : qui perd, qui gagne?

Réponse : les locataires, les quartiers centraux et les résidents de Ville Mont-Royal sont tous perdants.

MJ_Prototype via Getty Images

La hausse de taxes de 3,3% annoncée mercredi par la Ville de Montréal n'affectera pas tout le monde également. Au final, qui perd au change et qui s'en tire pas trop mal?

Les locataires écopent, les condos épargnés

À première vue, plusieurs observateurs pourraient penser qu'une augmentation des diverses taxes à la propriété ne devrait pas trop préoccuper les locataires. C'est faux, puisque cette augmentation leur est généralement donnée par le biais d'une augmentation de loyer.

Cette année, ils écopent même plus que ceux qui possèdent leur propre demeure, puisque les immeubles locatifs de six logements et plus connaîtront la plus importante augmentation de leur charge fiscale: 5,4% en moyenne pour l'ensemble de la ville. La hausse atteint pas moins de 8,2% à Outremont.

Suivent ensuite les locataires de multiplex, qui connaîtront une augmentation de 3,3%.

Les propriétaires de condos sortent gagnants de cet exercice budgétaire avec seulement 2,1% d'augmentation, en moyenne. Les plus chanceux seront à LaSalle: 0,1% d'augmentation pour un condo. Les maisons unifamiliales seront taxées 2,8% plus cher, à l'échelle de la ville.

Les quartiers centraux taxés davantage

Outre Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension (5,4%), les arrondissements qui connaîtront les plus fortes augmentations de taxes sont les quartiers centraux. Rosemont-La Petite-Patrie remporte la palme avec une augmentation de 5,6%, suivie d'Outremont (4,5%) et Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (4,2%).

Dans certains cas, l'ampleur de l'augmentation s'explique par la place importante qu'occupe le marché locatif, comme à Côte-des-Neiges.

Dans le cas d'Outremont, la réforme du financement des arrondissements (RFA) imposée par l'administration précédente continue de faire mal. Les transferts de la ville-centre – de loin la plus importante partie des budgets d'arrondissement – diminueront de 3,1%, soit la plus importante diminution de tous les secteurs. Entretemps, les dépenses augmentent de 7,1%. L'administration locale de Philippe Tomlinson a donc augmenté les taxes d'arrondissement de plus de 11%.

Le parti de la mairesse Valérie Plante, Projet Montréal, a vertement critiqué cette réforme au cours des dernières années. L'administration Plante prévoit y apporter des changements dans les budgets subséquents.

À Rosemont-La Petite-Patrie, la situation est tout autre. L'arrondissement recevra une des plus importantes bonifications de transferts de la ville-centre (3,7%). Ce qui n'empêche pas l'administration de William Croteau d'imposer une augmentation incroyable de 25,2% de la taxe locale.

Répit à LaSalle

Les résidents de LaSalle pourront respirer un peu mieux que les autres Montréalais en 2018, puisque leur compte de taxes n'augmentera que de 0,7%, en moyenne. Cette performance s'explique en partie par une proportion légèrement plus faible de locataires, mais aussi par une augmentation de 3,6% des transferts de la ville-centre.

Surtout, l'administration de Manon Barbe a passé la tronçonneuse dans la taxe locale, qui baisse de 26,6%.

D'autres arrondissements excentrés font aussi bonne figure, dont Montréal-Nord (1,3% d'augmentation) et Saint-Léonard (1,4%).

L'agglomération coûte chère... surtout à Mont-Royal

De nouvelles règles de calcul du potentiel fiscal ont été imposées par le gouvernement du Québec au mois d'août. Ces changements font bondir la quote-part qui doit être versée à l'agglomération de Montréal.

La Ville de Montréal y goûte, mais Mont-Royal et Montréal-Est sont encore plus touchées, avec des augmentations de 9,8% et 9% respectivement.

Au final, toutefois, il peut être avantageux d'habiter dans une ville défusionnée, puisque la quote-part de celle-ci n'augmente que de 6,5% en moyenne contre 6,8% pour la Ville de Montréal. Sainte-Anne-de-Bellevue bénéficie même d'une réduction de 7,4%.

Le budget sera analysé en profondeur par la Commission sur les finances et l'administration dès vendredi, avant son adoption par le conseil municipal et le conseil d'agglomération. Les présentations des différents services sont disponibles à partir du site web de la Ville.