POLITIQUE
10/01/2018 14:55 EST | Actualisé 10/01/2018 17:03 EST

Valérie Plante fustigée pour l'augmentation des taxes

«Manque de rigueur budgétaire», «signal inquiétant», «bris d'engagement»...

Olivier Robichaud

Les critiques fusent seulement quelques heures après le dévoilement du budget 2018 de la Ville de Montréal. L'administration de Valérie Plante est notamment accusée de nuire à la communauté d'affaires.

«Manque de rigueur budgétaire», «signal inquiétant», «bris d'engagement». Les réactions sont nombreuses à l'annonce d'une augmentation substantielle de la charge fiscale des contribuables.

Cette augmentation, qui comprend notamment la taxe foncière, les taxes locales et la taxe d'eau, est de 3,3% pour les immeubles résidentiels et 3% pour la les immeubles non résidentiels. L'inflation prévue pour 2018 est 2,1%.

Nuire à l'environnement d'affaires

Cette nouvelle a fait réagir la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

«Cette décision va à l'encontre de la promesse faite par la mairesse en campagne électorale, ce qui envoie un signal inquiétant. Les contribuables montréalais sont déjà les plus taxés en Amérique du Nord. Il est évident que cette hausse nuit à l'environnement d'affaires et réduit l'attractivité de la métropole pour les entreprises», affirme Michel Leblanc, président et chef de la direction de la CCMM.

M. Leblanc se réjouit toutefois de l'engagement de la mairesse à soutenir les commerçants affectés par les chantiers de construction.

Même son de cloche du côté de l'Institut de développement urbain du Québec (IDU), qui représente l'industrie immobilière commerciale.

«La Ville de Montréal fait le bon choix en voulant investir davantage dans le transport collectif et les infrastructures, mais pour réussir, l'administration municipale devra appuyer les entreprises, les PME en particulier, qui sont maintenant préoccupées par la décision de la nouvelle administration qui s'était pourtant engagée à ne pas hausser les taxes au-delà de l'inflation», affirme André Boisclair, président et directeur général de l'IDU.

M. Boisclair rappelle que les PME, surtout les petits commerces, sont les principaux clients de l'industrie immobilière commerciale.

Les propriétaires mécontents

L'Association des propriétaires du Québec (APQ) dénonce une situation «extrêmement difficile» pour ses membres.

«Ça fait longtemps qu'on n'a pas eu une augmentation aussi importante à Montréal. Nos propriétaires auront l'odieux d'envoyer une augmentation de loyer à leurs locataires alors que ce ne sont pas leurs revenus à eux qui vont augmenter», affirme Annie Lapointe, porte-parole de l'APQ.

Mme Lapointe estime que cette hausse ne pourra qu'encourager les locataires à quitter Montréal pour d'autres municipalités.

Manque de rigueur, dit l'opposition

Le chef de l'opposition officielle, Lionel Perez, critique vertement l'augmentation de taxes de l'administration Plante-Dorais.

«On voit un manque de rigueur financière, avec une augmentation historique des dépenses de 5,2 %. L'administration a brisé une de ses principales promesses électorales», lance-t-il.

Son porte-parole en matière de finances, Alan DeSousa, en rajoute.

«Si la population avait su à quoi ressemblerait la hausse de taxes, je crois que beaucoup d'entre eux n'auraient pas voté», dit-il.

Aref Salem, porte-parole de l'opposition en matière de développement économique, estime qu'il est «inconcevable» que l'administration augmente la taxe commerciale sans réconforter les commerçants en précisant les crédits de taxes qui seront offerts pour les entreprises affectées par les chantiers de construction.

L'augmentation de la charge fiscale est due en partie à une augmentation de la taxe de l'eau. Selon l'administration Plante, cette augmentation est nécessaire afin de poursuivre le rattrapage dans le maintien des infrastructures.

Une explication qui ne satisfait pas M. Perez.

«Allez voir nos investissements passés dans les infrastructures de l'eau. 2017 était une année record. D'autant plus qu'ils ralentissent l'augmentation prévue des dépenses en argent comptant. Il n'y a aucune justification pour cette augmentation.»

Le budget sera adopté sous peu par le conseil municipal.