POLITIQUE
08/01/2018 11:20 EST | Actualisé 08/01/2018 14:59 EST

L'opposition souhaite un bureau indépendant pour analyser le budget

Le chef de l'opposition, Lionel Perez, estime que cette mesure permettrait de dépolitiser les données financières.

Olivier Robichaud

L'opposition officielle à Montréal souhaite la création d'un Bureau indépendant du budget (BIB) pour analyser les données budgétaires de la Ville.

Le BIB fonctionnerait sur le modèle du Directeur parlementaire du budget, au niveau fédéral. Le Bureau analyserait ainsi non seulement le budget, mais également les divers programmes et propositions de l'administration.

Le chef de l'opposition, Lionel Perez, estime que cette mesure permettrait de dépolitiser les données financières.

Nous croyons que l'information financière dont disposent les élus doit être la même pour tous. Elle doit être juste, vérifiée et fiable.Lionel Perez

M. Perez et son parti sont en désaccord avec l'administration de Valérie Plante sur le fameux «trou» budgétaire de 358 millions $ laissé par l'administration précédente. L'équipe de Mme Plante estime que c'est un manque à gagner, alors que M. Perez réplique qu'il s'agit seulement des demandes de dépenses des différents services, demandes qui n'auraient pas nécessairement été approuvées si son parti était resté en poste le 5 novembre.

Le BIB proposé par l'opposition pourrait se pencher sur les données liées à un projet spécifique. À Ottawa, le Directeur parlementaire du budget, Kevin Page, a notamment analysé la commande de chasseurs F-35 par le gouvernement de Stephen Harper.

Selon M. Perez, le Bureau pourrait aussi analyser les programmes électoraux des partis politiques lors des prochaines élections.

Le nouvel organe coûterait environ 5 M$, un montant qui équivaudrait au salaire de 30 à 40 personnes.

Trop coûteux dit l'administration

L'administration de Valérie Plante estime que cette option est trop coûteuse.

«Rappelons que le Bureau du directeur parlementaire du budget à Ottawa compte 17 employés à sa charge alors que le budget de la Ville de Montréal représente une fraction du budget du gouvernement fédéral», souligne Marc-André Viau, directeur des communications de la mairesse.

Selon M. Viau, l'administration privilégie une option semblable à celle mise en place récemment par le gouvernement du Québec. Au niveau provincial, le vérificateur général fera l'état de la situation budgétaire du Québec avant le déclenchement des prochaines élections, prévues au mois d'octobre.

«L'administration Plante est par ailleurs en désaccord complet avec la proposition [...] qui mènerait à l'embauche de dizaines de fonctionnaires pour analyser les programmes des partis politiques. En effet, ce n'est pas à la fonction publique d'effectuer des tâches politiques», ajoute M. Viau.