NOUVELLES
03/01/2018 14:50 EST | Actualisé 03/01/2018 14:50 EST

Les partys de sexe problématiques de la Silicon Valley mis en lumière dans un livre à paraître

«Quoiqu'on fasse, on est perdante», raconte une participante de ces rassemblements secrets.

Ce n'est pas un secret que les femmes voulant faire avancer leur carrière dans l'industrie de la technologie doivent souvent faire des sacrifices et prendre des risques que les hommes n'ont pas à faire, mais un livre bientôt publié offre un aperçu d'un environnement moins connu en jeu: des partys de sexe alimentés de drogues où les prétentions de libération de la chair masquent une dynamique de pouvoir problématique.

Le livre de la journaliste de Bloomberg Emily Chang, Brotopia: Breaking Up the Boys' Club of Silicon Valley (traduction libre: Brotopia: briser le boy's club de la Silicon Valley) dénonce ces rassemblement libertaires. Une adaptation du livre a été publié dans Vanity Fair mardi.

Chang a interviewé deux douzaines de personnes familières avec ces soirées, dans lesquelles les hommes - typiquement des nouveaux investisseurs, des entrepreneurs importants et des cadres hauts placés - s'amusent avec des jeunes et attirantes femmes travaillant en technologie ou dans des entreprises connexes.

Des sources anonymes ont décrit les rassemblements qui sont gardés secrets et qui souvent inclus des drogues, écrit Chang:

Voici comment la soirée se déroule, selon ceux qui y ont participé. Les invités arrivent avant le souper et sont admis par des gardes de sécurité privée, qui vont vous revirer si vous n'êtes pas sur la liste. ... L'alcool lubrifie la conversation jusqu'à ce que, après le repas principal, les drogues sortent. De la MDMA, mieux connue sous le nom d'Ecstasy ou Molly, connu pour transformer des étrangers en amis extrêmement affectueux est de mise, incluant des capsules de Molly qui ont été moulue avec les logos de quelques unes des compagnies techno les plus en vogue. Certains réfèrent à ces soirées comme des «E-partys».

Les sources ont affirmé que les participants sont encouragés à devenir intimes avec les autres invités. Souvent, les hôtes obligent un ratio plus élevé de femmes que d'hommes et penche «fortement vers des fantaisies hétérosexuelles masculines», a observé Chang. «On s'attend souvent à ce que les femmes soient impliquées dans des trips à trois qui incluent d'autres femmes, les comportements gays ou bisexuels mâles sont ostensiblement absents.»

Malgré que plusieurs hommes interviewés par Chang voient ces rassemblements comme d'une autre façon qu'ils perturbent le monde, les femmes font face à un dilemme: manquer le party veut dire passer à côté d'un accord commercial et du réseautage, mais être présente peut avoir son lot de conséquences.

«Si vous participez à ces partys de sexe, ne pensez pas partir une compagnie ou chercher un investisseur», a raconté une entrepreneure à Chang. «Ces portes se ferment. Mais si vous ne participez pas, vous êtes exclues. Quoiqu'on fasse, on est perdante.»

D'autres femmes qui ont parlé à Chang ont confié que leurs collègues masculins les ont agressivement poursuivies et les ont harcelées sexuellement après qu'ils aient appris qu'elles avaient participé à certains rassemblements.

Cette situation difficile n'est pas surprenante, étant donné la discrimination de genre répertoriée à Silicon Valley: les femmes dans le domaine techno sont moins payées, sont absentes des postes hauts placés et font face à du harcèlement sexuel. Le plus gros scandale d'inconduite sexuelle dans le monde de la techno est survenu chez Uber, qui a viré 20 employés après que des allégations de harcèlement sexuel aient fait la manchette.

Le livre de Chang paraîtra le mois prochain. Vous pouvez lire l'adaptation (en anglais) ici.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

flashgun via Getty Images