NOUVELLES
03/01/2018 12:56 EST | Actualisé il y a 19 heures

60 arrestations pour moins d'une once de pot en Géorgie

Personne n'a voulu prendre la responsabilité pour la drogue, alors tous les gens au party ont été arrêtés.

Getty Images

Plus de 63 personnes ont été arrêtées sous suspicion de posséder moins d'une once de marijuana après que la police ne puisse identifier la personne qui possédait la drogue à un party de maison à Cartersville, en Géorgie, la fin de semaine dernière.

La police de Cartersville a dit qu'elle est arrivée au party d'anniversaire de vingt-et-un ans - dont le thème était la lingerie, selon WXIA-TV - à environ 2:20 du matin dimanche après avoir reçu un appel du 911 à propos de coups de feux.

La police a appelé la cellule antidrogue du comté pour avoir du renfort dans l'enquête.

Les policiers ont trouvé deux armes à feu sur la scène, incluant une qui aurait été volée de Détroit, de même que plusieurs outils pour fumer. Cependant, le bruit de coups de feux provenait de feux d'artifices.

Les policiers ont aussi trouvé moins d'une once de marijuana, selon le Cartersville Daily-Tribune. Quand personne n'a admis être propriétaire du cannabis, tout le monde qui était au party a été arrêté.

«Toutes les personnes à la résidence ont été placés sous arrestation pour la possession de la marijuana qui était accessible à tous», a noté la Bartow Cartersville Drug Task Force dans un communiqué de presse.

Selon le Daily-Tribune, les 63 personnes qui ont été arrêtés au party ont été arrêtés avec un chef d'accusation pour possession de moins d'une once de marijuana. Les individus arrêtés étaient principalement des hommes noirs de 19 à 25 ans. Le Daily-Tribune a noté que plusieurs d'entre eux étaient des «athlètes importants de l'école secondaire.»

Deja Heard, la femme dont c'était l'anniversaire de 21 ans, a dit à WSB-TV que «nous sommes tous innocents - ce n'est pas correct.»

Certains des invités au party ont rapporté avoir été maltraités par la police. Ils ont expliqué à WSB qu'ils ont été «attachés avec des attaches rapides» et «menacés avec des pistolets à impulsions électriques». Plusieurs hommes ont dit avoir été «embarrés dans des cages.»

La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) a dit avoir lancé une enquêtes dans ces arrestations. L'organisation a soutenu une campagne GoFundMe pour ramasser des fonds pour les gens arrêtés, décrits comme le «Cartersville 70.»

«Certaines de ces jeunes personnes ont besoin d'argent pour leur caution et ils ont tous besoin d'assistance avec leurs frais légaux. Une bonne majorité d'entre eux sont des étudiants et des membres de l'armée américaine qui étaient en visite pour les Fêtes, et qui ont décidé de se rendre à un party pour prendre des nouvelles de vieux amis. D'autres étaient des citoyens avec des emplois qui les ont perdus lorsqu'ils sont rentrés au travail», peut-on lire sur la page de la campagne. «Ils ont besoin de votre aide pour apporter de la justice et de la lumière au traitement injuste dont ils ont fait l'expérience avant et pendant leur incarcération.»

À Athens, en Géorgie, non loin de là, les personnes noires sont 4.7 fois plus propices à se faire accuser d'un crime relié à la marijuana que les personnes blanches, selon Think Program. À travers les États-Unis, une personne noire est 3.73 fois plus propice à se faire arrêter par rapport à la marijuana qu'une personne blanche.

Mardi, la police de Cartersville a dit dans une déclaration qu'elle reverrait sa politique d'appeler la cellule antidrogue pendant les enquêtes.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit et adapté de l'anglais.