NOUVELLES
21/12/2017 12:21 EST | Actualisé 21/12/2017 12:21 EST

Le volet commercial du Faubourg Contrecoeur ira de l'avant

Mais des conditions devront être respectées.

Olivier Robichaud

L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) donne son aval aux changements réglementaires qui permettront à l'entreprise Sobeys d'aller de l'avant avec le volet commercial du Faubourg Contrecoeur.

Le développement du Faubourg Contrecoeur a été retardé pendant plusieurs années à cause des scandales qui ont secoué l'administration de l'ex-maire Gérald Tremblay. Le projet est notamment au coeur des allégations de corruption et de partage de contrats qui ont affecté la Ville de Montréal à cette époque.

Le volet commercial du projet est présentement encadré par un règlement spécial ayant fait l'objet d'une consultation publique. Sobeys, qui a acquis une partie du site dans les années suivant la faillite du promoteur Construction Frank Catania, et l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve souhaitent s'en départir pour que le règlement d'urbanisme habituel s'applique.

L'OCPM estime que ce changement concorde avec les besoins du milieu, même si certains aspects dépassent les seuils maximums prévus dans le règlement d'urbanisme. Il recommande la création d'un projet particulier pour permettre certaines dérogations.

La commission est d'avis que l'aménagement de la zone commerciale du Faubourg Contrecœur constitue une rare occasion de réaliser un projet exemplaire en matière de développement commercial intégré.

«Considérant que l'ébauche de projet est déjà prometteuse, elle recommande que les perspectives de bonification apportées par les participants soient prises en compte, d'autant plus qu'elles s'inscrivent dans le sens du développement durable et du respect de l'environnement», indique le rapport de consultation publique dévoilé jeudi.

Circulation et vues sur la Rive-Sud

L'Office demande toutefois que l'arrondissement établisse un plan pour gérer l'augmentation prévue de la circulation automobile. La sécurité des piétons et cyclistes devra notamment être considérée.

«Avec le parachèvement du développement résidentiel, la construction d'équipements comme un centre de la petite enfance et le développement de la zone commerciale, il faut s'attendre à une augmentation des déplacements, ceux des automobiles autant que ceux des piétons et des cyclistes. Il faut aussi prendre en compte les allées et venues des personnes âgées entre la résidence Station Est et la zone commerciale», lit-on dans le rapport.

L'OCPM partage aussi les inquiétudes de certains citoyens, qui craignent que les commerces ne bloquent les vues sur les monts Saint-Bruno et Sainte-Hélène, en Montérégie. Ce corridor visuel était protégé par le règlement spécial actuellement en vigueur et l'Office recommande de maintenir cette préoccupation dans le règlement d'urbanisme.

L'OCPM souhaite également que le ratio d'arbres soit maintenu à 1 arbre par 150 m2.

Un secteur mal desservi

Le Faubourg Contrecoeur forme un long quadrilatère qui s'étire vers le nord à partir de la rue Sherbrooke, du côté ouest de la rue de Contrecoeur. Le côté est, qui accueillera les commerces et le nouveau CPE, est demeuré vide jusqu'ici, hormis le parc Carlos-D'Alcantara.

Au mois d'août, le HuffPost Québec rencontrait les résidents du secteur, qui ont parlé d'un grave manque de commerces. Ceux-ci doivent se rendre jusqu'à la rue Sherbrooke et rien n'est accessible à distance de marche pour la plupart des résidents.

L'arrondissement satisfait

L'administration de Pierre-Lessard Blais, nouveau maire de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, accueille favorablement les recommandations de l'OCPM.

«Avec l'avis favorable de l'OCPM, l'arrondissement a l'intention d'aller de l'avant avec les modifications réglementaires souhaitées. Ainsi, l'aménagement de la zone commerciale pourra enfin débuter. Comme de nombreux citoyens, nous souhaitons que ce projet de développement économique soit exemplaire tout en assurant l'amélioration de la qualité de vie des résidents», déclare M. Lessard-Blais.

Selon Suzie Miron, conseillère municipale du secteur, les recommandations concernant la sécurité des cyclistes et des piétons seront prises en ligne de compte. Cette question est d'ailleurs un des chevaux de bataille de Projet Montréal, le parti dont sont issus M. Lessard-Blais et Mme Miron.