DIVERTISSEMENT
18/12/2017 21:08 EST | Actualisé 19/12/2017 10:46 EST

Meryl Streep répond aux critiques de Rose McGowan

Elle ne mâche pas ses mots.

Samedi, Rose McGowan a tweeté une critique à l'intention de Meryl Streep, disant que l'actrice avait accepté de travailler avec le producteur Harvey Weinstein pendant des années et que le fait qu'elle protesterait contre les inconduites sexuelles à Hollywood en portant du noir aux Golden Globes était hypocrite.

«Des actrices comme Meryl Streep, qui ont travaillé avec joie pour «le monstre cochon», portent du noir aux Golden Globes dans une protestation silencieuse. VOTRE SILENCE est LE problème. Vous acceptez un faux prix et ne créez pas de vrai changement. Je déteste votre hypocrisie. Peut-être que vous devriez toutes porter du Marchesa» avait tweeté McGowan. Le tweet a depuis été effacé.

À noter que Marchesa est la compagnie de vêtements de soirée cofondée par l'ex-femme de Weinstein, Georgina Chapman. Chapman s'est fait critiquer d'être restée silencieuse alors que des douzaines de femmes dénonçaient les actions d'Harvey Weinstein.

Dans une déclaration envoyée au HuffPost par son agente, Leslee Dart, Streep explique: «C'est blessant de se faire attaquer par Rose McGowan dans des gros titres en fin de semaine, mais je voulais lui faire savoir que je ne savais pas à propos des crimes de Weinstein, pas dans les dans les années 1990 quand il l'a attaquée, ou à travers les décennies subséquentes alors qu'il en a attaqué d'autres.»

«Je n'étais pas silencieuse de façon délibérée. Je ne savais pas. Je n'approuve pas tacitement du viol. Je n'aime pas que les jeunes femmes se fassent agresser. Je ne savais pas que ça se passait», explique-t-elle.

«Je n'ai jamais été invitée à sa chambre d'hôtel. Je suis allé à son bureau une fois, pour une rencontre avec Wes Craven pour Music of the Heart en 1998», note-t-elle.

Streep explique qu'Harvey Weinstein distribuait des films qu'elle faisait avec d'autres personnes. Elle note que ce n'est pas tous les acteurs ou réalisateurs qui ont collaboré avec Weinstein qui savaient qu'il abusait des femmes, ou qu'il avait violé Rose dans les années 1990.

«On ne savait pas que le silence des femmes avait été acheté par lui et ses facilitateurs», dit-elle. «Il avait plus besoin de moi que j'avais besoin de lui et il s'est assuré que je ne savais pas. Apparemment, il a engagé d'anciens opérateurs de Mossad pour empêcher que cette information devienne publique.»

«Rose a assumé et diffusé quelque chose de faux à propos de moi et je voulais qu'elle sache la vérité», explique-t-elle.

«Je suis vraiment désolée qu'elle me voie en tant qu'adversaire, parce nous sommes toutes deux, avec les autres femmes dans notre secteur, debout contre le même problème: un statu quo qui veut tellement se retourner aux mauvais jours où les femmes étaient utilisées, abusées et refusées aux hauts niveaux de l'industrie. (...) Ces salles doivent être désinfectées et intégrées avant que quoi que ce soit change.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit et adapté de l'anglais.