POLITIQUE
18/12/2017 13:36 EST | Actualisé 18/12/2017 17:01 EST

La Formule E, « un fiasco » dit la mairesse de Montréal

Valérie Plante a indiqué qu'il s'agissait d'un fiasco financier.

Montréal annule sa participation à la Formule E, un événement qualifié de «fiasco financier» par la nouvelle mairesse, Valérie Plante.

Selon Mme Plante, la recherche de commandites et de subventions a fait défaut. Si bien que l'administration de l'ex-maire Denis Coderre, qui a lancé la Formule E à Montréal, aurait été consciente d'un important déficit dès le début de l'aventure.

«Il est devenu clair dès le mois de mai dernier que l'organisation se dirigeait tout droit vers un fiasco financier», affirme Mme Plante.

L'organisme à but non lucratif Montréal c'est électrique (MCE), responsable de la promotion de la course, ferait face à des factures impayées de 6,2 M$, alors que les revenus à venir pour l'édition 2017 n'atteignent que 1,6 M$.

Les chiffres diffusés par MCE lundi après-midi font état d'une situation encore plus grave: la dette serait de l'ordre de 13,55 M$, pour l'édition 2017, ce qui comprend la marge de crédit de 10 M$ garantie par la Ville.

Aucune option viable

La mairesse Plante a promis en campagne électorale que la Formule E n'aurait plus lieu au centre-ville. L'événement avait attiré la grogne de nombreux résidents enclavés et de commerçants irrités par les entraves imposés à leurs clients.

Selon la nouvelle administration, trois scénarios ont été envisagés pour maintenir la course de Formule E.

Le choix privilégié par la mairesse était le déménagement de la course au circuit Gilles-Villeneuve. Cette option n'est toutefois pas viable, puisque le circuit entrera en chantier tout juste avant la date prévue pour l'édition 2018, afin de moderniser les paddocks.

La Ville a tenté de se négocier un sursis d'un an auprès des responsables de la Formule E afin de tenir la course sur l'île Notre-Dame en 2019 et 2020, sans succès.

La dernière option aurait été d'aménager une nouvelle piste ailleurs en ville, par exemple près du port.

«Cette option aurait nécessité des investissements considérables, sans régler les problèmes de finances de 2017 et sans garantir la viabilité de l'événement à long terme, ni l'acceptabilité sociale du nouveau site», explique la mairesse.

Selon la mairesse, maintenir la Formule E à Montréal aurait coûté entre 30 et 35 M$, en plus des 34 M$ déjà investis en subventions et en marge de crédit.

Denis Coderre blâmé

L'ex-maire Denis Coderre est largement pointé du doigt dans cette affaire.

«Cette situation est uniquement due à l'improvisation de l'ancienne administration et à un montage financier irréaliste, déconnecté, voire douteux», lance la mairesse.

Du côté de MCÉ, on affirme que le cabinet du maire devait se charger d'obtenir des subventions gouvernementales de 11,55 M$. Ce qui aurait tout de même laissé un déficit structurel de 6,55 M$... déficit que la Ville se serait engagée à éponger aux frais des contribuables.

Seuls 3,45 M$ ont été obtenus, principalement un prêt de 1,75 M$ du fédéral et deux subventions totalisant 1,5 M$ de la part du ministère des Affaires municipales.

La recherche de commandites aurait été laissée à evenko, qui a obtenu le contrat pour la billetterie. Un seul commanditaire majeur a toutefois été trouvé: Hydro-Québec, qui a injecté 850 000$ dans cette aventure.

Le chef intérimaire de Mouvement Montréal, nouvelle dénomination d'Équipe Denis Coderre, a répliqué que c'est à MCÉ de s'expliquer pour ce fiasco. Il estime qu'un «manque d'information» persiste, malgré le fait qu'il était au comité exécutif pendant toute la saga. Selon lui, la teneur de négociations n'était pas nécessairement partagée avec les instances décisionnelles.

Hydro-Québec se retire

Hydro-Québec a par ailleurs confirmé vendredi que sa participation n'aurait pas été renouvelée en 2018. Les résultats de la course étaient largement en-deçà des attentes, selon le porte-parole Serge Abergel.

«Notre objectif était de faire rayonner la voiture électrique. [...] On souhaitait avoir 37 millions de téléspectateurs, on en a eu la moitié», affirme-t-il.

MCÉ affirme au contraire que 36,8 millions de personnes ont regardé les courses à la télévision.

Hydro-Québec souhaitait également que 90 000 personnes se déplacent sur le site. Il y en a finalement eu 45 000.

Une poursuite à prévoir

Mme Plante n'est pas en mesure de préciser le montant des frais d'annulation auprès de Formula E Holdings, qui organise la course. Elle affirme que Montréal c'est électrique est la seule responsable de ces frais, tout en laissant entendre que la Ville sera fort probablement entraînée dans un conflit judiciaire à ce sujet.

Selon son cabinet, la Ville s'attend à ce que MCÉ réclame les droits de tenue de la course pour les éditions 2018 et 2018, qui s'élèvent à 4,8 M$ par année.

Le HuffPost Québec a tenté d'obtenir plus de détails à ce sujet de la part de MCÉ, sans succès.

Quant à la Fédération internationale de l'automobile (FIA), qui a créé le championnat de Formule E, elle a répondu à l'annonce avec un brin d'humour.