POLITIQUE
11/12/2017 14:58 EST | Actualisé 11/12/2017 17:19 EST

Les pitbulls permis à Montréal, malgré la loi provinciale?

Vendredi, la Ville a annoncé que les articles visant les pitbulls seront retirés du règlement sur le contrôle des animaux dès le 20 décembre.

Blaza1980 via Getty Images
Time to explore

Montréal pourrait-elle faire fi du projet de loi provincial qui interdira les chiens de type pitbull au Québec? La possibilité a été évoquée par un élu de l'administration Plante, Sterling Downey.

Vendredi, la Ville a annoncé que les articles visant les pitbulls seront retirés du règlement sur le contrôle des animaux dès le 20 décembre. Ce règlement avait été adopté à la suite du décès de Christiane Vadnais, tuée par un pitbull le 8 juin 2016.

Selon le chef de l'opposition, Lionel Perez, cette décision ne fait aucun sens puisque le gouvernement du Québec a déposé un projet de loi qui appliquera les mêmes contraintes à l'ensemble de la province.

«Le projet de loi a été déposé, il s'en vient dans les prochains mois. Donc, d'ici quelques mois, l'administration Plante devra se raviser et remettre en application des dispositions qui sont reprises dans notre règlement», note-t-il.

L'exemple d'Ottawa

M. Downey, anciennement porte-parole du parti en matière de gestion animalière, estime que la loi provinciale ne signera pas la fin de ce débat.

«On voit qu'en Ontario, il y a une loi en place et il y a des villes comme Ottawa qui ne l'appliquent pas», souligne-t-il.

Sur le site de la Ville d'Ottawa, on lit effectivement que la municipalité «n'applique pas l'interdiction provinciale visant les pit-bulls [sic]». Paradoxalement, on y lit également que les propriétaires sont obligés d'enregistrer leurs pitbulls, mais que la Ville n'a pas légalement le droit de leur attribuer une licence.

Certains cas médiatisés montrent que des propriétaires de chiens ressemblant à des pitbulls les enregistrent comme étant d'autres races.

M. Downey estime qu'il est trop tôt pour dire si l'administration Plante suivra l'exemple de la capitale fédérale.

Lors de l'assemblée mensuelle du conseil municipal, le conseiller Francesco Miele a demandé à l'administration Plante si elle compte faire fi de la loi lorsqu'elle sera adoptée par l'Assemblée nationale. Craig Sauvé, responsable de la gestion animalière, a répondu qu'on «ne sait même pas si Québec va soumettre le projet de loi au vote».

Sécurité compromise?

M. Perez estime que la décision de permettre à nouveau les pitbulls à Montréal comporte des risques pour la sécurité des Montréalais.

«À partir du 20 décembre, il y a des changements importants qui s'en viennent. Toute personne qui a un casier judiciaire pourra se procurer un chien de type pitbull. Il n'y aura plus d'obligation de s'assurer que les chiens de type pitbull sont vaccinés contre la rage. [...] Il n'y aura plus d'obligation pour que ce type de chien ait une muselière lorsqu'il se trouve à l'extérieur», souligne le chef de Mouvement Montréal, nouvelle mouture d'Équipe Denis Coderre.

M. Downey réplique que les mêmes mesures qui permettaient à la Ville de saisir et euthanasier un chien dangereux, peu importe la race, demeureront en place. Il s'agit essentiellement des mêmes règles qui avaient cours avant l'attaque ayant coûté la vie à Mme Vadnais.

«Il y a eu une situation très triste qui est arrivée, mais ce n'était pas à cause des pitbulls. C'est parce qu'il y avait un règlement en place qui n'était pas appliqué par la Ville de Montréal. Une des responsabilités de notre administration sera de s'assurer que la réglementation sera appliquée», affirme M. Downey.

Rappelons que le rapport du coroner sur cet événement ne recommande pas de bannir des races spécifiques de chiens.

VOIR AUSSI: